Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Accord d'association 2005 - Manque à gagner fin 2016

Date de création: 02-02-2017 23:24
Dernière mise à jour: 02-02-2017 23:24
Lu: 63 fois


RELATIONS INTERNATIONALES- UNION EUROPEENNE- ACCORD D’ASSOCIATION 2005 – MANQUE A GAGNER  FIN 2016


L'Accord d'association entre l'Algérie et l'Union  européenne (UE) a amorcé un manque à gagner de plus de 700 milliards de dinars aux recettes douanières algériennes depuis sa mise en œuvre en 2005 jusqu'à  fin 2015, ainsi, rien qu'en 2016, ce manque à gagner en termes de recettes douanières s'est élevé à 120 milliards DA,  à 140 milliards DA en 2015 et 143,5 milliards de dinars en 2014.
Selon les chiffres avancés par le sous-directeur à la Direction des recettes et des recouvrements des douanes, Toufik Saci, (lundi 16 janvier 2017) qui intervenait lors de la conférence de presse consacrée à la présentation du bilan des douanes pour l'année 2016, en dépit de ce manque à gagner dans le cadre de cet Accord d'association, les recouvrements globaux de l'administration des douanes ont avoisiné les 1.000 milliards de DA en 2016, soit 40% de l'ensemble de la fiscalité ordinaire de l'Etat.  Dans d'autres pays, la mission fiscale de la douane est en déclin en  faveur des missions économique et sécuritaire (de cette institution). En Algérie, beaucoup d'efforts sont consentis pour consolider le rôle fiscal des douanes afin de maintenir les recettes des recouvrements à ce niveau (de 1.000 milliards de DA) », a-t-il ajouté. D’ailleurs, suivant les statistiques des douanes, ce manque à gagner a été de 7,7 milliards de dinars en 2005, de 31 milliards de DA en 2006, de 38,8 milliards de dinars en 2007, de 75 milliards de dinars en 2008, de 85,3 milliards de dinars en 2009.
Il a amorcé une baisse en 2010 à 76,6 milliards de dinars, avant de repartir à la hausse en 2011 avec des pertes estimées à 104 milliards de dinars, de 110,1 milliards de dinars en 2012 et de 130,1 milliards de dinars en 2013.
M. Saci, a fait savoir, dans le détail, que les produits industriels, importé dans le cadre de cet accord d’association avec l’UE, devraient subir progressivement un dégrèvement tarifaire allant vers zéro à l’horizon 2020. Les produits agroalimentaires, par contre, seront concernés par de simples réductions selon le type de produit, a-t-il précisé.
Il a rappelé,  que les exonérations  et réductions douanières prévus dans l'Accord d'association avec l'UE s'ajoutent à plusieurs autres exonérations ou réductions de taxes introduites dans le cadre de la promotion des investissements et de l'emploi (ANDI, ANSEJ...).