Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Mineurs - Prise en charge

Date de création: 24-05-2008 14:47
Dernière mise à jour: 17-07-2008 17:48
Lu: 528 fois


Début 2005, le ministère de la Solidarité nationale est en charge de 28 214 enfants et adolescents en difficulté, répartis sur 232 centres à travers le pays dont 40 destinés à la prise en charge de 2 274 mineurs délinquants âgés entre 8 et 13 ans et placés par les juges des mineurs.
Il existe trois sortes de structures: Les Centres spécialisés dans la protection (Csp) au nombre de 8 pour les mineurs âgés de 8 à 13 ans, les Centres spécialisés dans la rééducation(Csr) au nombre de 28 pour les mineurs âgés de 14 à 18 ans, les Centres sociaux de protection de la jeunesse (Cspj) au nombre de 4 . Il existe aussi quatre foyers (Oum El Bouaghi, Bouira, Mohammadia, Relizane) destinés à la prise en charge d'enfants orphelins (des deux parents) victimes du terrorisme. Ils y suivent, dès leur placement en foyer, une thérapie psychologique du fait du traumatisme dont ils souffrent.
Les enfants en danger moral (868 en mai 2005, dont 580 garçons et 288 filles) sont pris en charge dans 23 centres. Ils ont été, en général, des mineurs victimes de violences, de sévices sexuels, vivant dans la rue, ou tout simplement auteurs de petits délits. Leur mise en relation avec leurs proches ou leurs familles pourraient mettre en péril leur vie. Ils sont donc placés sous la protection de l'Etat en attendant de leur trouver une solution.
Douze autres centres accueillent les délinquants placés par le juge des mineurs. Par ailleurs, des milliers de mineurs sont suivis par les éducateurs des 48 centres d'observation et d'éducation en milieu ouvert (Soemo).
Pour leur part, les handicapés physiques ou mentaux sont pris en charge dans les centres spécialisés que compte le pays ( 33 pour les sourds-muets, 19 pour les mal-voyants, 75 pour les handicapés mentaux (pour beaucoup abandonnés par leur famille), 196 pour les handicapés physiques (souvent bien assistés par le mouvement associatif), 3 pour les handicapés moteurs.