Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Oran - Criminalité , bilan Police 2020

Date de création: 13-02-2021 18:29
Dernière mise à jour: 13-02-2021 18:29
Lu: 21 fois


SOCIETE- REGION- ORAN- CRIMINALITE BILAN POLICE 2020

Le bilan des interventions de la police pour l’année 2020, rendu public mercredi 10 février 2021, lors de la conférence de presse animée par le chef de sûreté de wilaya d’Oran, fait ressortir une implication remarquable de l’élément féminin dans les différents aspects de la criminalité et de la délinquance.

C’est par exemple le cas dans le domaine de la criminalité économique et financière avec 30 femmes (contre 492 hommes) impliquées dans les affaires traitées durant cette période (327 sur 358 affaires enregistrées).

Les statistiques relatives à la cybercriminalité fait ressortir l’implication de 73 femmes (contre 183 hommes) dans les 264 affaires traitées dans ce cadre-là (277 affaires enregistrées).

En ce qui concerne les atteintes aux personnes et aux biens, l’implication de l’élément féminin est respectivement de 132 (contre 2395 pour l’élément masculin) pour le premier cas et de 95 (contre 2169) pour le second.

L’élément féminin apparaît aussi dans les affaires liées au trafic de drogue (18 contre 1959). A maintes reprises, l’intervenant a considéré que certaines statistiques contenues dans ce bilan méritent que des spécialistes ou des chercheurs universitaires se penchent sur les phénomènes qui les soustendent.

A titre illustratif, la catégorie par tranches d’âge des personnes impliquées dans les accidents de la circulation n’est plus celle à laquelle on pense habituellement. En effet, les plus de 40 ans sont responsables dans 30,86% des accidents enregistrés l’an dernier contre 23, 46% pour les 18-25 ans. La responsabilité de la tranche située entre 26 et 40 ans est engagée dans 44, 13%.

«A partir de 26 ans, les gens sont sensés être plus sages y compris au volant mais, pour ce cas précis, les chiffres montrent que ce n’est pas le cas», fait remarquer le chef de sureté de wilaya.

La situation est d’autant plus préoccupante que le facteur humain représente plus de 98% des causes des accidents de la circulation enregistrés par la police et qui ont fait 32 morts l’an dernier contre 46 en 2019.

Si les décès ont diminué, les blessés et les accidents ont par contre augmenté. Le bilan dressé lors de cette rencontre a trait à plusieurs domaines d’intervention dont la lutte contre l’émigration clandestine avec le traitement de 80 affaires, dont 48 concernent les réseaux (87 personnes impliquées) et 32 autres concernent les candidats à l’émigration clandestine eux-mêmes (232 personnes impliquées).

Les lieux d’embarcation pris en compte dans ce bilan sont les plages de la commune de Aïn El Türck. Une augmentation sensible par rapport à l’année 2019 est constatée ici avec seulement 21 réseaux démantelés en 2019.

Quatre importantes affaires résolues impliquant des têtes pensantes qui activaient depuis des années ont été données comme exemple. Dans le domaine de la lutte contre le trafic de drogue, il a été indiqué que les saisies de kif ont augmenté pour atteindre plus de 607 kg en 2020 (contre plus 465 kg en 2019). L’augmentation concerne aussi les saisies de psychotropes avec notamment l’affaire traitée le 13 mars 2020 ayant abouti à la saisie de 340 000 comprimés de type Ecstasy.

Aussi, malgré une baisse constatée dans les saisies de cocaïne (plus de 2,2 kg en 2020 contre plus de 5,3 kg en 2019), il a été précisé que les saisies de drogues dures effectuées dans la wilaya d’Oran représentent 85,99% des saisies globales de l’ouest du pays.

Les infractions liées aux mesures prises dans le cadre de la lutte contre la propagation de la Covid-19 ont été nombreuses pour ne retenir que les mises en fourrière (4370) et les propositions de fermeture de commerces qui n’ont pas respecté les horaires de confinement (1513).

Sur un autre plan, on apprend que 1250 caméras de surveillance sont fonctionnelles à Oran sur un total de 1682 prévues au programme et dont 1669 sont déjà installées.

De manière générale, hormis la dissuasion, la police privilégie également la prévention et participe activement aux rencontres et aux campagnes de sensibilisation en tout genre.