Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Réseaux commerciaux Mena 2020

Date de création: 27-10-2020 18:39
Dernière mise à jour: 27-10-2020 18:39
Lu: 8 fois


COMMERCE- ETUDES ET ANALYSES-RESEAUX COMMERCIAUX  MENA, 2020

 

L’Algérie n’exploite  pas la  proximité  géographique. C’est  ce  que relèvent Giorgia  Giovannetti, professeure  d'économie à  l’université de Florence et l’Institut universitaire  européen  et  Florence, et Enrico Marvasi, maître de conférences à l’université de Florence et à l’École polytechnique de Milan, dans une étude (publication fin  octobre 2020)  sur les “réseaux commerciaux dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena)”.

La  valeur  du  commerce  intermédiaire  au  niveau  global  (somme des importations et des exportations) de la région Mena est très hétérogène selon les pays, constatent les deux chercheurs. Ces derniers indiquent que plus de 98% des échanges intermédiaires de l’Algérie concernent des pays non-Mena.

“Les exportations  intermédiaires  de  l’Algérie  sont  presque  entièrement orientées hors région”, lit-on dans le document. “L’Algérie est clairement un fournisseur extra-Mena de biens intermédiaires et n’est reliée à d’autres pays de la région Mena que par l’intermédiaire de pays tiers, à savoir les États-Unis, la Belgique et l’Espagne”, note-t-on.

Selon l’étude, la plupart des pays sont bien intégrés à l’intérieur de la région Mena, seuls quelques-uns, dont l’Algérie, “n’exploitent pas la proximité géographique, ce qui les isole relativement”.

L’Arabie saoudite et la Jordanie ont le plus grand nombre de liens (nombre de partenaires  commerciaux  d’importation  et d’exportation), étant  connectées avec tous les autres  pays  de  la région Mena, et sont les deux pays les plus centraux du  réseau  avec l’Iran, Oman, le  Qatar et la Tunisie.  Les  Émirats arabes unis et  l’Arabie  saoudite  jouent  un rôle  très central dans le réseau commercial intermédiaire de la région Mena.

Citant l’exemple de l’Algérie, l’étude relève que, dans l’ensemble, notre pays est un exportateur net vers la France, les États-Unis, la Belgique et l’Espagne. “Mais si l’on considère uniquement le secteur manufacturier, on constate qu’il importe de France  et  d’Arabie  saoudite  pour  exporter au Brésil”, souligne l’étude.

Le lien entre l’Algérie et la France concerne les produits intermédiaires non manufacturiers. Il constitue le seul lien important de la France dans le commerce intermédiaire total avec la région. L’étude note que de nombreux pays semblent donc fonctionner comme des plaques tournantes (hubs), des connexions entrantes ou sortantes de la région avec le reste du monde.

Les hubs entrants, c’est-à-dire avec importations nettes de l’extérieur de la région et exportations nettes vers d’autres pays de la région Mena, comprennent l’Égypte, la Jordanie, le Liban, Malte, la Tunisie et les Émirats arabes unis. Cela s’applique à la fois aux biens et services intermédiaires, ainsi qu’aux produits manufacturés intermédiaires.

L’étude constate que les pays riches en pétrole, tels que l’Iran, l’Irak, la Libye, Oman et le Qatar, importent tous des produits manufacturiers intermédiaires de l’intérieur et de l’extérieur de la région.