Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman (Policier) Maurice Attia -

Date de création: 28-07-2020 17:27
Dernière mise à jour: 28-07-2020 17:27
Lu: 9 fois


SOCIETE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN (POLICIER) MAURICE ATTIA- « ALGER LA NOIRE »

Alger la noire. Roman (policier) de Maurice Attia. Editions Barzakh (Actes Sud, 2006), Alger 2012. 392 pages, 500 dinars.

 

L’auteur est un Algérois et il est né et Algérie en 49. En 62, il avait donc dans les 13-14 ans. On peut dire qu’il était alors trop jeune pour comprendre très exactement ce qui se passait à l’époque…Mais c’était, aussi , l’âge des premiers engagements. On devine qu’il avait « saisi » les enjeux et les drames de l’époque

A travers  ce premier volet de toute une trilogie, volet qui a obtenu bien des prix et traduit, dit-on , en plusieurs langues, il a présenté la communauté pied-noir de l’époque, celle de Bab El Oued, la plus radicale (et la plus inconsciente) par son engagement aux côtés de l’OAS, dans ses aspects les plus réalistes. Noir, c’est noir ! Pas les pieds seulement, mais toute l’âme. L’histoire : sur fond de terrorisme, l’Inspecteur Paco (d’origine espagnole) et son ami un autre policier, (d’origine juive, celui-ci)  va sauver l’honneur, non en essayant de sauver les « melons » , mais de mener à son terme son enquête sur un crime d’un couple : un jeune arabe et une belle européenne, trouvés, enlacés, nus,  assassinés dans une plage, crime déguisé en crime terroriste. Des policiers déjantés dans une société européenne en pleine décomposition,  dominée par une « bourgeoisie » pourrie   jusqu’à la moëlle, et qui a fait le malheur de tous les autres.

 

Avis : Ce n’est qu’un bon polar et il se  lit, donc,  d’un trait. Rythme soutenu….mais une fin qui n’en est pas une. Aucune morale : Les crimes restent impunis. Aspect positif : l’auteur  nous décrit sa société de l’intérieur, et de manière crue. Cela nous change des romans presque roses  écrits par les européens « nostalgériques » et….,aussi, par des nationaux et  qui nous décrivent une société coloniale européenne presque pacifique. Interdit aux moins de 18 ans.

Phrase à méditer : «  Ne demande pas ton chemin à quelqu’un qui le connaît, tu risquerais de ne pas t’égarer…Il cherchait son chemin, et nul n’avait à le lui indiquer  » et « J’ai , par nature, tendance à me méfier des gens qui me trouvent intelligent »