Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Ryad Girod- "La fin qui nous attend"

Date de création: 02-07-2020 11:11
Dernière mise à jour: 02-07-2020 11:11
Lu: 59 fois


 

SOCIETE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN RYAD GIROD- « LA FIN QUI NOUS ATTEND »

La fin qui nous attend. Roman de Ryad Girod. Editions Barzakh, Alger 2015, 600 dinars , 161 pages

C’est l’histoire romancée des derniers jours «  de  la fin du monde » annoncée d’une société en pleine décomposition, prise en étau entre les affairistes  jouisseurs et les religieux mortifères, société  dirigée par une caste  de militaires et d’oligarques   qui vit « ailleurs », en dehors d’elle , dans le luxe, la luxure et l’indifférence, ayant à son service des personnes à la gâchette facile, encadrant les quartiers et n’ayant aucune pitié , obéissant au doigt et à l’œil aux ordres d’ « en haut » ; une histoire qui tourne autour de la vie quotidienne d’un agent officier des « services » , alcoolique  sur les bords, vie  rythmée par des séismes apocalyptiques et des répliques destructeurs, et par l‘attente de la caisse de bon  whisky bien âgé en provenance d’Ecosse, entre une maîtresse très attentionnée, au prénom significatif, Douce, masseuse ( !!!)  de hammam,  une épouse revêche  et devenue inabordable ( !) et un enfant , jeune homme obèse, goinfre, fainéant et totalement occupé à « virussé » les réseaux informatiques , pour le plaisir  de faite semer encore bien plus de panique. …..bref, un homme qui , pris au piège de sa « vie de merde » dans une « société de merde » en fin de vie, se met à distribuer la mort non comme châtiment , mais comme récompense ….pour délivrer sa maîtresse atrocement mutilée par les religieux ou son fils qui a totale ment « déjanté ». Un roman , mais aussi un essai sur la vie et la mort……dans une « société de merde » et dont la disparition va peut-être enfanter quelque chose de nouveau. « Ce tremblement de terre nous avait brusquement jetés dans une réalité si nouvelle que même le labeur le plus douloureux avait des airs de renaissance » . Qui sait ? Phrase à (bien) méditer, surtout en temps de crises.

L’Auteur : Né à Alger en 1970,  Ryad Girod est professeur de math’ . Il a enseigné à Alger, Ryadh et Paris  dans le cadre de L’Agence pour l’Enseignement français à l’étranger. Déjà auteur d’un premier ouvrage, un récit ( « Ravissements », en 2010, aux  Editions Barzakh).

 Avis : Un livre étrange, plein de haine et de mépris pour l’humanité telle qu’elle est, car trop cruelle. On le comprend !  Une écriture totalement originale, maîtrisée et de virtuose, qui ne vous lâche pas  : ramassée, rapide, vertigineuse, aux ponctuations rares ou introuvables (voir le style  mon commentaire) …..Livre mortifère et déprimant.

Citations :  « Ce tremblement de terre nous avait brusquement jetés dans une réalité si nouvelle que même le malheur le plus douloureux avait des airs de renaissance » (p 13), « La bonté, le bien, c’est une histoire de sens » (p 112), « Etre mauvais  c’est naturel…..être bon, au contraire, c’est miraculeux…. c’est laisser le miracle s’exprimer, c’est continuer le miracle qui est à l’origine de tout ça » (p 118)