Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Ahlam Mosteghanemi- "Le chaos des sens"

Date de création: 27-10-2019 18:58
Dernière mise à jour: 27-10-2019 18:58
Lu: 2 fois


SOCIETE- BIBLOTHEQUE D’ALMANACH -ROMAN AHLAM MOSTEGHANEMI- « LE CHAOS DES SENS »

 Le Chaos des sens . Roman de Ahlam Mosteghanemi (traduit de l’arabe par France Meyer).Editions Sedia, Alger 2009. 373  pages, 850 dinars

 

J’ai la nette impression que les écrivains algériens de langue arabe (Laâredj, Zaoui…), lorsqu’ils se mettent à écrire des romans, n’arrivent pas encore à se sortir de leur langage poétique. Du moins ,c’est l’impression que j’en retire à la lecture des textes traduits en français. Tout particulièrement au niveau de la nouvelle génération, celle des années 80-90, l’ancienne ( Ouettar, Benhedougga, Boudjedra aussi..) étant plus directe dans son langage, parfois cru, car avec une vie trop liée aux péripéties de la lutte de libération nationale et leur envie de recouvrer leur identité perdue ou détournée, leur âme …et leur corps aux désirs longtemps comprimés , pour ne pas dire réprimés.

C’est cette impression qui m’envahit à la lecture du roman de A. Mostaghenemi, « Le Chaos des sens », un autre best-seller de la littérature arabe contemporaine, après son fameux « Mémoires de la chair » (édité en arabe en 1985 et en français en 2002 en France ….puis transformé en série télévisée)

Une histoire d’amour, et quel amour ! Une femme mariée  (à un officier militaire, en pleine période d’ébullition politique) qui, peut-être, cherchant à se “libérer”, se “jette “  “à corps perdu” dans les bras d’un “diseur de vérités” (un journaliste, pardi!). Que de symboles: force , sécurité et autoritarisme Vs liberté, jouissance et créativité dans une atmosphère incroyablement surréaliste! Voilà qui n’arrange pas le dialogue inter-corporations.

Un amour bouleversant raconté avec une écriture (rendue merveilleusement par la traduction) d’une beauté rarissime.

Un seul (petit?) défaut: comme la plupart des auteurs arabes (sauf, peut-être, Zaoui et….. Boudjedra , celui-ci il  y a longtemps ), l’auteure n’arrive pas à franchir le pas …de porte quand il s’agit de parler d’amour. Le chaos s’arrête aux seuls sens et tout juste aux bras de l’amant. Les “voyeurs” resteront sur leur faim!

Avis :  A lire absolument en profitant de chaque ligne, de chaque mot. Et, en ne retenant de l’histoire que  les sens profonds et  cachés. Et, il y en a. A. Mostaghanemi, bien qu’assez directe, y excelle. Et, c’est là tout l’art de l’écrivain universel.