Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Mémoire Fadela M'rabet -"La salle d'attente"

Date de création: 12-10-2019 19:23
Dernière mise à jour: 12-10-2019 19:23
Lu: 2 fois


SOCIETE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- MEMOIRES FADELA M’RABET- « LA SALLE D’ATTENTE »

La salle d’attente.Un ouvrage historico-mémoriel de Fadela M’Rabet. Editions Dalimen  . Alger 2012. 98 pages, 600 dinars

Elle a déjà produit plusieurs livres , jamais décevants, tant par leur style que par leur engagement total ,selon le sujet abordé : la femme algérienne dans les années 60, la famille et le pays, citoyenne du monde ….et, depuis la fin des années 2000, l’Algérie d’aujourd’hui.

C’est certainenemt le livre le plus abouti. Un texte très court et d’une lisibilité quasi-facile malgré la gravité des sujets et la hauteur des propos.

Essai philosophique ? Pamphlet socio-politique ? Chronique d’une société « bloquée » ? Hymne à la femme ? Procès du patriarchat ? Chant d’amour pour l’Algérie ? Nostalgie d’un passé bel et bien disparu ? Appel à d’autres (vrais) révolutions ? Ecrit contre l’obscurantisme et le conservatisme ? Procès des politiques ? Un peu de tout, de tout un peu, mais surtout des sujets multiples et divers qui découlent tous  d’une grande déception , en même termps que d’une d’une fierté sans limite  pour le pays . Presque du « nationalisme »…..presque chauvin.

 

Avis : Conseillé seulement à ceux qui aiment les femmes…, la liberté et leur prochain        

Phrase à méditer :Beaucoup, beaucoup trop, tout l’ouvrage est à méditer. Quelques-unes pour la « route » ! : « Les Algériens ont toujours l’impression que leur malheur n’est pas définitif dans cette vie qui n’est pas la vraie vie » ( p.30) ,  « Nous restions exposés à trois sources d’aliénation :celle du pouvoir patriarcal, celle du pouvoir colonial, celle du pouvoir postcolonial » (p. 41) ,  « Nous attendons depuis si longtemps que nous ne savons que désespérer » (p. 87) , et , la meilleure à mon avis, « A la maison comme à l’école, on n’apprend plus comment vivre, mais comment se préparer à la mort » (p.96).