Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Franchises- Indice international d'attractivité - Classement Rosenberg 2019

Date de création: 31-08-2019 12:16
Dernière mise à jour: 31-08-2019 12:16
Lu: 4 fois


COMMERCE- -ETUDES ET ANALYSES- FRANCHISES-INDICE INTERNATIONAL D’ATTRACTIVITE- CLASSEMENT ROSENBERG 2019

 

Le classement de l’Indice international d'attractivité des franchises pour 2019, mis en place par le Centre de franchise international «Rosenberg», affilié au groupe New Hampshire, a positionné l’Algérie à la 66e place au niveau mondial sur 131 pays, et deuxième dans la région du Maghreb, en matière d’attrait des marques franchisées. Ce classement pour l’année 2019 se base sur une série de composantes et de variables notamment le risque et potentiel du marché, le niveau d’attractivité du climat des affaires, et les avantages aux plans réglementaires et juridiques. Dans cette optique, les chercheurs du Rosenberg International Franchise Center (RIFC) se sont basés dans leur démarche de classement des pays en fonction de leur attractivité en tant que marchés d'expansion internationale des franchises. L’indice de référence est ainsi généré à l'aide d'un modèle quantitatif fondé sur des recherches évaluées par des pairs et sur une enquête menée auprès de dirigeants d’entreprises de franchises. Le modèle produit deux classements d'indices différents (croissance équilibrée et croissance dynamique) en fonction des niveaux de tolérance au risque d'une entreprise. En utilisant un cadre macro, le modèle intègre les déterminants clés du potentiel du marché international (taille du marché, croissance du marché et pouvoir d’achat) et les risques de marché (risques économiques, politiques, juridiques et réglementaires) ainsi que les dimensions, géographiques et culturelles. Bien évidemment, beaucoup de ces variables ne sont pas directement observables. Par conséquent, l'utilisation de mandataires est nécessaire pour les rendre opérationnels. A ce titre, le potentiel de marché d'un pays est représenté par la moyenne pondérée de la taille de sa population (représentant le nombre de clients potentiels), de la croissance de son PIB réel au cours des cinq dernières années (pour capter la croissance du marché) et de son PIB par habitant (représentant les pays. Pouvoir d'achat). Aussi, les risques économiques et politiques sont représentés par l’indice de risque pays d’Euro-money, un indice largement utilisé pour situer les risques économiques et politiques d’un pays. Par ailleurs, les risques juridiques et réglementaires sont représentés par l’indice de facilité de faire des affaires de la Banque mondiale, un indice qui capture les facteurs clés qui déterminent les risques juridiques et réglementaires auxquels une entreprise peut être exposée dans un pays étranger. En Algérie, et en dépit de l’absence d’un cadre juridique spécifique à la franchise, un grand engouement est affiché pour le marché national de la part de marques étrangères au regard de l’importance du potentiel de consommation. Par conséquent, un encadrement juridique adapté à l’activité s’impose pour promouvoir la franchise et juguler ainsi l’ampleur de la contrefaçon qui frappe les grandes marques et les produis et articles imposés, supposés tels. En fait, la franchise constitue un levier de lutte contre la contrefaçon, et, en définitive, de protection du consommateur.
Dans cette optique, un texte spécifique à la franchise s’impose, cette dernière étant encore régie par le droit des contrats et régulée par des lois qui ne répondent pas à ses caractéristiques. Rappelons que les premiers projets de textes inhérents à la franchise ont fait l’objet d’une initiative, dans les débuts des années 2000, entre 2005 et 2007 précisément. Un autre texte examiné en 2008 n’aboutira pas pour des raisons non justifiées. Ainsi, malgré l’attrait du marché algérien, dans le domaine des franchises, ce procédé commercial peine à se développer, pour des raisons évidentes, entre autres, l’absence de cadre juridique, mais aussi, du fait de la réglementation algérienne des changes qui interdit tout transfert de royalties, rémunération générée en contrepartie de la franchise, vers l’étranger.