Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Drogue- Trafic 2019

Date de création: 11-07-2019 11:40
Dernière mise à jour: 11-07-2019 11:40
Lu: 12 fois


SOCIETE- CRIMINALITE- DROGUE- TRAFIC 2019

 

La consommation de la drogue, sous toutes ses formes, est un fléau  en constante progression dans notre société. Ce phénomène cible plus particulièrement les jeunes, d’autant que des tonnes de drogues entrent quotidiennement en Algérie à partir de la frontière ouest du pays.

Ce qui est vraiment préoccupant, ce sont les quantités saisies et le nombre de personnes impliquées, qui augmente chaque année, notamment les psychotropes, comme confirmé par les statistiques dévoilées lors du forum de la DGSN, organisée, jefin juin 2019 , à l’école supérieure de police ‘‘Ali Tounsi’’ de Châteauneuf (Alger).  

Le chef du service central de la lutte contre le trafic illicite des stupéfiants à la Direction générale de la sûreté nationale a, en effet, révélé que 3,2 tonnes de cannabis ont été saisies lors des cinq premiers mois de cette année, outre 1,5 kg de cocaïne et 100.380 comprimés de psychotropes, et fait part de l’arrestation de 17.112 personnes pour un total de 13.559 affaires traitées.

Le commissaire divisionnaire, Djamel Guessoum, a mis à profit cette opportunité pour faire une petite rétrospective de la lutte contre les stupéfiants et confié à ce sujet que le taux le plus élevé des saisies de cannabis a été enregistré en 2014, avec une saisie de 69,6 tonnes, contre 41,7 tonnes en 2015, plus de 25,6 tonnes en 2016 quand en 2017 et 2018, les chiffres se sont stabilisés autour, respectivement, de 7 tonnes et 8 tonnes. 

Pour la drogue dure, on compte la saisie, en 2017, de 12 kg de cocaïne contre 7,8 kg en 2016 tandis que pour les psychotropes, le bilan des services de sûreté nationale fait état de la récupération en 2018 de 1.118.807 comprimés de cette substance. Au final, 116.942 affaires de stup’ ont été traitées entre 2013 et 2018, selon l’hôte du forum de la DGSN, qui a mis en exergue les efforts déployés par les services de police sur le territoire national pour lutter contre le phénomène du trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes, appuyant ses dires sur la stratégie adoptée par la DGSN. 

«Les luttes implacables contre le phénomène et les rudes batailles menées par les services de sécurité tendent irrémédiablement à resserrer l’étau autour des dealers. La répression reste notre   cheval de bataille», a-t-il souligné en ajoutant que ce dangereux fléau  touche toutes les catégories de la  société algérienne, qu’elles soient riches ou pauvres. 

«On a observé ces trois dernières années une baisse sensible de consommation de cannabis, grâce aux efforts consentis par l’ANP en amont et aval des activités quotidiennes de la sûreté nationale qui mène également des actions sur le terrain», a expliqué le commissaire divisionnaire Djamel Guessoum.   S’agissant de la prévention,  l’intervenant a affirmé que  les activités de sensibilisation et de prévention sont au cœur de la stratégie de la direction générale de la sûreté nationale dans la lutte contre le commerce illicite et la consommation de la drogue. 

«Cette stratégie s’articule sur le volet de la prévention à travers l’action des cellules d’écoutes et de sensibilisation relevant de la sûreté de wilaya. Le rôle de ces cellules,  est de descendre sur le terrain et d’aller à la rencontre des petits consommateurs de drogue, notamment les jeunes, afin de les récupérer et de les remettre dans le droit chemin», a-t-il conclu.

Pour autant, la sûreté nationale ne néglige pas le volet «répressif», en menant une guerre sans merci contre les dealers, leurs fournisseurs et leurs réseaux où qu’ils sévissent sur le territoire national.