Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Violence contre enfance - Bilan Dgsn mai 2019

Date de création: 30-05-2019 15:47
Dernière mise à jour: 30-05-2019 15:47
Lu: 35 fois


SOCIETE- VIOLENCE- VIOLENCE CONTRE ENFANCE-BILAN DGSN MAI 2019

Pas moins 580 cas d’atteinte à l’enfance et pas moins de 5.000 appels ont été enregistrés par l’Organe national de la protection et de la promotion de l’enfance, a révélé, hier, l’officier membre de la dite instance, Taleb Abdelhakim, lors d’une conférence d’information (mardi 28 mai 2019) portant sur le rôle de la Sûreté nationale dans la protection de l’enfance contre toute forme de violence, organisée à l’École supérieure Ali-Tounsi de Châteauneuf (Alger), à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’enfance, coïncidant chaque année avec le 1er juin. À cette occasion, ce dernier a indiqué que la loi N° 15-12 du 15 juillet 2015 relative à la protection de l’enfant constitue une avancée «notoire» dans ce domaine, et affirmé que plusieurs structures et mécanismes sont venus «renforcer» la protection de l’enfance, citant, en exemple, l’installation de la commission de coordination permanente travaillant continuellement avec 14 départements ministériels, en étroite collaboration avec les services de la DGSN. L’officier a, par ailleurs, fait savoir dans ce même sillage que l’installation récente d’un comité national de la santé mentale de l’enfant, présidé par le professeur Tabti, démontre l’importance que revêt la question pour les pouvoirs publics. «Je me permets de souligner à nouveau que la protection et la promotion de l’enfance sont extrêmement importantes pour la DGSN. À cet égard, nous avons pour projet de former encore plus nos éléments à la protection de la tranche juvénile», a-t-il déclaré, avant d’ajouter que la mise en service d’un numéro vert permettant le signalement de toute atteinte à l’enfance s’est avérée être un outil très «efficient». L’orateur a mis à profit cette opportunité, pour révéler, également, que son organe était en passe d'organiser, à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance, une grande activité au niveau de l’Office Riad El-Feth (OREF) d’Alger. De son côté, la représentante du bureau central des personnes vulnérables auprès de la Direction de la police judiciaire, le commissaire de police, Khawass Yasmine, a soutenu que la situation de l’enfant est déterminée par son environnement familial, et confié qu'au 1er semestre de 2019, quelque 16.564 appels téléphoniques ont été enregistrés pour signaler 987 victimes de sexe masculin et 608 autres victimes de sexe féminin. Elle a précisé que la nature des signalements durant cette période concernait les fugues, avec 321 cas, les cas de disparition avec 640 cas et d’autres signalements avec 5.917 cas. Concernant l’année 2018, elle a fait état de la réception de 66.194 communications. Le commissaire Khawass a, d’autre part, abordé la problématique de la violence en milieu scolaire, qui est, selon elle, une donne «inquiétante», et a, à cet effet, révélé qu'en 2018, 282 victimes de violences à l’école étaient des enfants, tandis qu’au 1er trimestre de l'année en cours, 88 enfants étaient victimes d'actes de violences commis par 101 individus, dont 60 appartenant aux équipes éducatives et 41 enfants. «Au primaire, pas moins de 70 cas d'enfants victimes de violences corporelles et 16 enfants victimes de violences sexuelles au secondaire ont été recensés», a-t-elle déploré, non sans ajouter que plusieurs tentatives de suicide d’enfant ont été enregistrés au premier trimestre 2019. L’intervenante a, également, affirmé que la mise en service en 2017 du numéro vert, le «104», constitue un acquis «notoire» qui a permis de sauver «à temps» des enfants en situation de détresse. Elle a enfin précisé qu’une application pour Smartphones permettant de faire signaler toute forme de violence contre les enfants sera incessamment disponible.