Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Année 2018-Evènements marquants

Date de création: 01-01-2019 13:16
Dernière mise à jour: 01-01-2019 13:16
Lu: 14 fois


SOCIETE- ENQUÊTES ET REPORTAGES- ANNÉE 2018- ÉVÉNEMENTS MARQUANTS

Les 13 événements qui ont marqué 2018 en Algérie

(c) www.tsa-algerie.com, lundi 31 Déc. 2018 .Synthèse 

1- Crash de l’avion militaire à Blida

Le 11 avril, à 7 h 50, un Illiouchine Il-76 décolle de l’aérodrome militaire de Boufarik, au sud d’Alger, à destination de Tindouf. Il s’écrase quelques minutes seulement après son décollage sur un terrain agricole. 247 passagers et dix membres de l’équipage périssent.

2- Saisie de cocaïne au port d’Oran

Le mardi 29 mai 2018, au large du Port d’Oran, les Garde-côtes découvrent dans un navire commercial battant pavillon du Libéria, en provenance du Brésil, 701 kg de cocaïne, dissimulés dans un conteneur chargé de viandes rouges congelées.

3- Limogeage de Hamel…

Mardi 26 juin 2018, le général-major Abdelghani Hamel est limogé de son poste de Directeur général de la Sûreté nationale qu’il occupait depuis 2010. Il a été remplacé par le colonel Mustapha El Habiri.

…et poursuites pénales contre des généraux

Le mercredi 4 juillet 2018, le général-major Menad Nouba, commandant de la Gendarmerie national, est démis de ses fonctions, remplacé par le général Ghali Belekcir. Sa mise à l’écart serait liée à l’enquête sur la saisie de la cocaïne à Oran.

Le 17 septembre 2018, plusieurs hauts gradés ont été limogés comme le général-major Ahcene Tafer, commandant des Forces terrestres et Abdelkader Lounes, commandant des Forces aériennes. En octobre 2018, cinq généraux sont arrêtés avant d’être remis en liberté provisoire par le Tribunal militaire de Blida. Ils sont poursuivis pour faits de corruption et d’enrichissement illicite. Parmi eux, les généraux-major Habib Chentouf, Said Bey et Chérif Abderrazak, commandants respectivement de la 1er, 2èmeet 4ème régions militaires.

4- La longue grève des médecins résidents

L’année 2018 a commencé par la grève générale des médecins, pharmaciens et dentistes résidents. Des sit-in sont organisés à Alger, à Oran et à Constantine. Après huit mois de conflit, la grève a été suspendue en juin 2018 pour permettre l’établissement d’un dialogue avec la tutelle.

5- Le choléra

En août 2018, une épidémie de choléra touche le centre du pays. Les premiers cas sont signalés à Boufarik. Une soixantaine de cas sont confirmés alors que deux décès sont annoncés.

6- Le message de Bouteflika aux walis

Le 28 novembre 2018, le président Abdelaziz Bouteflika adresse un message aux walis, réunis à Alger.

Le chef de l’Etat dénonce « les manœuvres infâmes » et « les manigances » de ceux « qui se positionnent en spectateurs guetteurs ou en conspirateurs » et qui découragent les citoyens.

7. Le blocage de Cevital

Le blocage des projets d’investissement de Cevital n’a pas commencé en 2018, mais c’est durant cette année que le groupe économique privé a multiplié les actions publiques de dénonciation.

8. La planche à billets à plein régime

Le recours au financement non conventionnel de l’économie, ou planche à billets, a été décidé en Conseil des ministres le 6 septembre 2017. Un amendement de la loi sur la monnaie et le crédit paru au Journal officiel le 15 octobre autorise le gouvernement à y recourir pendant cinq ans.

Mais c’est au cours de l’année 2018 que la planche à billets tournera à plein régime

9. Coup de force à l’APN

Le 29 septembre, les députés des partis de la majorité (FLN, RND, TAJ et MPA) demandent publiquement le départ du président de l’Assemblée populaire nationale, chambre basse du Parlement, Saïd Bouhadja. Ils lui reprochent le limogeage du secrétaire général de l’institution Bachir Slimani.

Le 16 octobre, ils bloquent le portail d’entrée du siège de l’institution à l’aide de grosses chaînes de fer. Le 17 octobre, le bureau de l’APN déclare la vacance du poste de président et le 24, Mouad Bouchareb, député FLN de Sétif, est élu nouveau président.

10. La mort atroce du jeune Ayache choque les Algériens

. Ayache Mahdjoubi, 31 ans, est tombé le 18 décembre dans une canalisation de 35 centimètres de diamètres (à Oum Chmel/M’sila) . L’annonce de sa mort sera faite le 23 décembre et son corps ne sera extrait que le 26. Les Algériens ont suivi minute après minute son atroce agonie. La Protection civile et les autorités locales sont sévèrement critiquées pour leur gestion de l’incident.

11. Madjer part enfin, Belmadi arrive en sauveur

Le choix de Rabah Madjer comme sélectionneur national de football en octobre 2017 n’a jamais fait l’unanimité. Après une campagne soutenue de la presse et des réseaux sociaux et des résultats plutôt décevants (notamment quatre défaites d’affilée en matchs amicaux), l’homme à la talonnade sera limogé le 24 juin au lendemain d’une autre défaite face au Portugal (0-3). À la tête des Verts, Madjer n’a pas disputé le moindre match officiel. Le 2 août, l’ancien international algérien Djamel Belmadi est appelé à la rescousse.

12. L’Algérie nouveau berceau de l’humanité

Des archéologues découvrent des traces de présence humaine en Algérie remontant à 2.4 millions d’années, remettant en cause l’Afrique de l’Est comme berceau unique de l’humanité. Les résultats de leurs travaux sont publiés dans la très sérieuse revue Sciences le 29 novembre. Des galets en calcaire et en silex taillés ont été trouvés dans la région de Aïn Boucherit, près de Sétif. L

13. Yenayer fête nationale, une grande avancée

Une grande avancée pour l’Algérie dans sa quête de recouvrement de son identité millénaire. Fin 2017, le président Bouteflika décrète le jour de l’an amazigh, Yenayer, journée chômée et payée. Le 12 janvier 2018, les Algériens fêtent Yenayer pour la première fois officiellement. La loi n° 18-12 modifiant et complétant la loi du 26 juillet 1963 fixant la liste des fêtes légales sera publiée au journal officiel le 14 août.