Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Chawki Amari- "Balak"

Date de création: 05-12-2018 18:45
Dernière mise à jour: 05-12-2018 18:45
Lu: 4 fois


SOCIETE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN CHAWKI AMARI- « BALAK »

Balak. Roman de Chawki Amari. . Editions Barzakh , Alger 2018, 1 000 dinars, 173 pages.

L’histoire est toute simple. Deux jeunes, un garçon, Balak (rédacteur de modes d’emploi de produits importés...et « voleur utile » ) ,  et une fille Lydia (diplômée en Sciences politiques, mais au chômage) , se rencontrent......par hasard, dans un bus de la ville d’Alger.  Une toute petite « bavette » est taillée....Ils se quittent...et ils se re- rencontrent ...., encore une fois , par hasard. Comme par hasard ! Il faut saisir sa chance ! C’est alors le début d’un long voyage à travers des discussions philosophiques  sans fin........sur le hasard et la chance.

En fait, Balak fait partie d’une ....secte.....que les fonctionnaires de la direction des Sectes au ministère de l’Intérieur pourchasse. C’est la secte des Zahiroune. Une de plus ? Car il y  en a tellement , chacune classée en fonction de son « degré de nuisance ».Les Ghadiboune, les Zemiattis, les Aguris, les Chechnaqis, les Tabi’is mouchrikoune, les Ammoniens, Les Wahhabites, Les Qurâniyyoun, les Qadiyâniyya ou Ahmadiyya, , les Bahâiyya.........et , bien sûr, les Zahiroune (une secte nouvellement apparue et qui compterait des ministres, quelques généraux, des cadres , des écrivains, des journalistes et même des footballeurs...Que veulent-ils ? Probablement changer le système ou influer sur la destinée nationale). Les Zahiroune   croient , eux, en la suprématie du hasard  (à ne pas confondre , nous explique l’auteur, avec les Zahirites, l’une des cinq écoles de jurisprudence sunnite originelles dont il ne reste que quatre  actuellement , Malékites, Chaféites, Hanbalites et Hanafites, les madahib officiels) . On s’y perd.

Dangereuse ?,  la secte des Zahiroune (qui pensent  que ce n’est pas Dieu qui utilise le hasard pour gouverner mais le contraire, le hasard, Dieu suprême, qui utilise la notion de Dieu pour embrouiller les esprits des idiots qui pensent que la chance est un phénomène imprévisible et impossible à mettre en équation)

Ça discute ferme entre les deux . Des digressions pas fastidieuses du tout et  qui nous enchantent : bien sûr,  sur le hasard et la chance, sur le déterminisme, l’aléatoire, les sectes, le doute, l’Islam, le libre arbitre, la raison, Dieu, le jeu d’échecs.......mais aussi, sur la manière d’échapper à une filature (opérée par les fins « Suiveurs » de la direction des Sectes) , à une écoute téléphonique......

Conquérir –en public- le cœur d’une jolie et jeune femme , rencontrée par hasard....et par chance, n’est pas chose aisée. Balak y réussira. Il est  vrai qu’un grand coup de pouce avait  été donné au départ dans le cadre d’une opération d’ « infiltration » du camp adverse (l’Administration), la « victime » (en fait, fille du Directeur des Sectes au ministère ) ayant été choisie par le Grand Zahir......Mais, avec ses amis de la secte, les Zahiroune,  il échouera : la révolution attendue le jour J , calculée ( !?) à la seconde près n’aura pas lieu. Seulement un groupe « tournant en rond » et aucun « événement déterministe de la théorie du chaos » n’est venu s’emboîter dans ce mouvement « pour créer quelque chose de supérieur » .....

Morale de l’histoire : une révolution n’est pas le fruit du hasard ou de la chance mais bel et bien d’une intelligence et  d’une volonté se basant sur  des conditions objectives .

Heureusement, tout est bien qui finit bien.....pour les deux tourtereaux. Quelle chance ! Ils se marieront (donc s’ « emboîteront » ) et attendent un enfant (donc « créer quelque chose de supérieur ») ......dont ils ne veulent pas savoir le sexe. Le hasard et le désordre, ce maître de l’ordre,   toujours dans la tête ! D’ailleurs, pour savoir qui doit faire la vaisselle du jour, cela va  se jouer......aux « dés », en attendant l’acquisition d’un........... lave –vaisselle.

 

 

 

L’Auteur : Géologue de formation, il est journaliste –chroniqueur (dans la presse quotidienne nationale) mais il a été (est ?)  , aussi, caricaturiste (il a même connu, le premier je crois,   la prison en raison d’une caricature jugée « politiquement incorrecte »publiée dans le quotidien « La Tribune », aujourd’hui disparu . Il avait été emprisonné à Serkadji tout un mois puis condamné à 3 ans de prison avec sursis en 1996), journaliste-reporter,.......et même, à l’occasion,  acteur.  Auteur talentueux et impertinent (comme  la plupart des écrivains de la « nouvelle génération », celle qui avait 20 ans en 88-90 - Benfodil, K.Daoud,D.e Merdaci , Lakhous, Toumi, K.Adimi, N.Bouraoui, Bachi, Mefti ...-   de plusieurs ouvrages dont « L’ Âne mort » (présenté in Mediatic ,jeudi 25 décembre 2014 .....)

Extraits : « Dans les villes modernes, la chance prend beaucoup de place car la forte densité d’éléments et de gens multiplie les interactions » (p 23), « Vu l’actualité, l’islam est perçu, à tort, comme un dogme en béton, armé évidemment, solide et indivisible, alors qu’il a , de tous temps, abrité d’innombrables sectes et lectures plus ou moins étouffées par l’autorité politique dans ce qui n’est qu’une guerre de pouvoir afin d’imposer une orthodoxie plutôt qu’une autre » (p 69), « Les voies du Seigneur sont impénétrables, disent les Chrétiens. Les voies du hasard le sont bien plus, ce qui signifierait que c’est lui le vrai Dieu, l’autre étant une adaptation anthropomorphique d’un être incompréhensible » (p 72) , « Dans la capitale du doute, on affirme qu’il y a une astuce simple, s’appeler soi-même ;si ça sonne occupé, tout va bien, mais si ça sonne en continu comme si on appelait quelqu’un qui ne répond pas, c’est qu’on est enregistré, donc sur écoute » (p 94) 

Avis : Un livre difficile à lire si on ne se concentre pas et si on ne connaît pas le style d’expression de l’auteur....à nul autre pareil.  De la philo de qualité avec ses interrogations et ses tentatives de réponse. Malheureusement, l’auteur a un  défaut ( ?): il adore jongler avec les mots et les phrases. Sera-t-il compris ?

Citations :  « Le loup ne mange pas le malchanceux, il mange le plus faible » (p 23), « L’évolution EST  le hasard, mais le hasard est intelligent et l’intelligence est évolutive, liée au hasard » (p 80), « Dans le monde de la grande délinquance, les casses les plus réussis sont les casses scientifiques « (p 81) , « Une révolution a pour but de redéfinir l’ordre pour instaurer un désordre, lui-même ordre relatif par rapport au désordre suivant vers lequel il converge sans cesse. L’ordre combat le désordre pour instaurer son propre désordre » (p 85), « Le shopping (....), un genre de sport en même temps qu’une thérapie à la névrose, défouloir onéreux qui calme une partie de l’instabilité chronique des Algéroises » ( 91)  , « Le mouvement est le contraire de l’ordre, un état stable est un état qui ne bouge pas, où chacun de ses atomes est figé » (p 138), »Les femmes pardonnent généralement plus vite que les hommes parce que, tout simplement, elles sont inscrites dans le futur, plus que les hommes, installés dans le présent avec la nostalgie du passé » (p 159), « Dieu créa les hommes. Aux uns, il offrit le don. Aux autres , il donna l’intelligence. Pour le reste , il inventa la chance » (p 162).