Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Liberté économique- Classement Fraser Institute 2015

Date de création: 19-09-2016 17:29
Dernière mise à jour: 19-09-2016 17:29
Lu: 63 fois


ECONOMIE- ETUDES ET ANALYSES- LIBERTE ECONOMIQUE- CLASSEMENT FRASER INSTITUTE 2016

 

Le think tank canadien Fraser Institute vient de publier (mi-septembre 2016)  son dernier rapport, intitulé Economic Freedom of the World (ou “liberté économique du monde”). Ce rapport, publié depuis 1996, mesure le degré selon lequel les politiques et institutions des pays du monde soutiennent la liberté économique.

L’Institut, décrit comme libertarien, explique que cet index peut être vu comme une tentative de déterminer à quel point les institutions et politiques d’un pays correspondent à un idéal de gouvernement limité, où l’État protège le droit de propriété et ne pourvoit qu’à un nombre limité de “biens publics”, tels que la défense et la stabilité de la monnaie.

L’édition 2016 du rapport se base sur les données de 2014 dans 159 pays. L’Algérie est à la 151e place du classement, avec un score de 5,15/10, après l’Iran et avant le Tchad et l’Argentine. En tête du classement, Hong Kong obtient une note de 9,03. Le Venezuela, en fin de liste, est à la 159e place avec une note de 3,29.

En matière de taille du gouvernement, l’Algérie est classée 157e. La liberté de commerce algérienne est 154e, le système légal et le droit de propriété obtiennent la 106e place et la force de la monnaie est 113e.

En comparaison, le Maroc, classé 118e avec une note de 6,42, obtient la 100e place pour la taille de son gouvernement, la 53e place pour son système juridique et son droit de propriété, la 100e pour la force de la monnaie et la 115e pour la liberté de commerce à l’international.

La Tunisie, 108e avec une note de 6,54, est le mieux classé des trois pays maghrébins, avec la 99e place pour la taille de son gouvernement, la 69e pour le système juridique et le droit de propriété, et la 77e pour la liberté de faire du commerce à l’international. La Tunisie est cependant derrière l’Algérie et le Maroc pour ce qui est de la force de sa monnaie (125e place).

Les domaines principaux mesurés à partir de 42 points de données sont le choix personnel, l’échange volontaire, la liberté de pénétrer des marchés et d’y être en concurrence, la sécurité personnelle et la propriété privée.

Les éléments pris en compte dans cette mesure sont notamment la taille du gouvernement, la structure légale et la sûreté des droits de propriété, l’accès à une monnaie stable, la liberté de commercer à l’international et la réglementation du crédit, du travail et des entreprises.

L’Institut explique par ailleurs que les données sur lesquelles ils s’est appuyé supposent un accès égal de tous les membres de la société aux institutions économiques, et fait remarquer qu’une telle conception n’est pas valide compte tenu des obstacles rencontrés par de nombreuses femmes à travers le monde. Un bref index donne un classement de 128 pays en matière de disparités liées au fait d’être un homme ou une femme, et place l’Algérie en 124e position, le Maroc étant 90e et la Tunisie 97e. Au sommet du classement, on retrouve Hong Kong, mais aussi la Chine. Le Venezuela est de nouveau en fin de liste.

Cet index conclut notamment que les pays où la liberté économique est la plus importante ont les plus importants revenus par habitant, la croissance la plus rapide et la plus longue espérance de vie.