Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Teissier Henri (Monseigneur)

Date de création: 07-09-2016 12:21
Dernière mise à jour: 07-09-2016 12:21
Lu: 144 fois


CULTURE- PERSONNALITES- TEISSIER HENRI (Monseigneur)

© Par www.algerie1.com/ Amine Bouali | 02/09/2016

Dès l’achèvement de sa mission en tant qu’archevêque d’Alger en 2008, après vingt ans à la tête du diocèse d’Alger, Monseigneur Henri Teissier s’installa à Tlemcen pendant une vingtaine de mois, dans une petite cellule au monastère Saint-Benoît, sur les hauteurs la ville. Il a confié à des amis qu’il a préféré s’éloigner un temps de la capitale afin de ne pas faire de l’ombre à son successeur, à l’évêché.

A plus de 79 ans (il en a aujourd’hui 87), l’homme avait gardé une grande agilité physique et intellectuelle. On l’apercevait parfois, à la fin de la journée, au volant d’une voiture cabossée par les aléas de la route, emprunter la petite voie sinueuse qui grimpait jusqu’au monastère, au quartier de Birouana, ou bien au centre-ville, marcher d’un pas alerte, un cartable d’instituteur à la main !

Au cours de son séjour à Tlemcen, Mgr Teissier s’est volontairement forcé à l’anonymat, n’attira l’attention d’aucune autorité, mais il ne refusa jamais une main tendue et encouragea les jeunes qui voulaient construire leur pays. Régulièrement, il rejoignait la petite assemblée studieuse qui se tenait, chaque vendredi, dans un petit réduit de Derb Sidi El Yadoun, qui avait accueilli, à la fin du 15ème siècle, la retraite spirituelle du grand savant mystique cheikh Sennouci.

Lorsque l’Adhan de l’Asr le surprenait dans ce lieu béni, il se retirait provisoirement, tandis que ses hôtes accomplissaient leur prière commune, et plongeait de son côté dans une méditation émaillée de questions décisives. Mgr Teissier maîtrisait la langue arabe à la perfection et n’hésitait pas à citer à l’occasion un verset du Coran, notamment la sourate El Kaf qu’il appréciait particulièrement.

Les dimanches, il rejoignait tranquillement le presbytère attenant à l’ex-église Saint-Michel, pour présider la messe avec des étudiants africains de confession chrétienne qui poursuivaient leurs études à l’université. Une fois, pendant son séjour à Tlemcen, il se rendit à Montréal pour donner une conférence sur l’Emir Abdelkader; une autre fois, il prit le train parce qu’il devait être reçu à la Présidence à Alger. Puis un matin, après avoir jeté un dernier regard sur Tlemcen à moitié endormie, il reprit de nouveau la route et retourna dans la Ville Blanche où ses amis de toujours réclamaient sa présence depuis un certain temps déjà !

Profondément attaché à l’Algérie, il y habite depuis 1947, Mgr Teissier fait partie de la vingtaine de prêtres (dont le cardinal Léon Etienne Duval) à obtenir la nationalité algérienne en 1965. Il était présent lors de la décennie rouge qu’a connue l’Algérie dans les années 90. Dix-neuf religieux sont assassinés entre 1994 et 1996 dont Mgr Pierre Claverie, évêque d’Oran, et les moines de Tibhirine. Malgré les épreuves et les menaces, Henri Teissier est toujours resté en Algérie dont il était un amoureux passionné, fidèle à son peuple. Il était l’apôtre infatigable du dialogue islamo-chrétien et du nécessaire vivre-ensemble.