Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Ouahioune Chabane

Date de création: 19-08-2016 16:39
Dernière mise à jour: 19-08-2016 16:39
Lu: 88 fois


CULTURE –PERSONNALITES- OUAHIOUNE CHABANE

Le talentueux chroniqueur et romancier d’expression française, Chabane Ouahioune,est décédé  lundi 5 avril 2016, au village Tassaft Ouguemoune, dans la commune d’Iboudraren, Tizi Ouzou, à l’âge de 94 ans des suites d’une longue maladie, a annoncé sa famille.  Il est né à Tassaft Ouguemoune  le  22 avril 1922.  Avocat de formation, Dda Chabane Ouahioune, comme l'appelaient affectueusement les habitants de Tassaft qui lui vouaient un profond respect pour sa simplicité et son riche savoir, est l’auteur de huit romans, sur sa région natale, en l’occurrence la Kabylie, et sa majestueuse montagne Djurdjura, à savoir la Maison au bout des champs, dans lequel le défunt racontait son village Tassaft durant la période coloniale, Tiferzizouith ou le parfum de la mélisse, considéré comme un hymne dédié au Djurdjura qu’il aimait et chérissait, Parmi les collines invaincues, Ce mal des siècles, Itinéraires brûlants et l’Aigle du rocher, son dernier roman écrit à l’âge de 89 ans. Le premier contact avec l’écriture romanesque de l’ancien lecteur et correcteur aux Editions de la société nationale d’édition et de diffusion (SNED) remonte, selon ses témoignages, à l’année 1946, lorsqu’il avait rencontré le défunt écrivain Mouloud Mammeri. Humble et profondément attaché à sa Kabylie et à ses montagnes, Chabane Ouahioune a eu droit, vendredi1 avril , soit quatre jours avantson décès , à un vibrant hommage organisé par son village natal, Tassaft Ouguemoune, où l’ «humble» a toujours été aimé et respecté par l’ensemble des villageois. Étant alité, l’écrivain n’a pu assisté à cet hommage, durant lequel tous les intervenants ont insisté sur l'amour que portait le défunt à son village natal et à sa patrie. «Ces œuvres sont de véritables hymnes à l’amour de son village et sa patrie», ont témoigné les siens.