Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Douanes algériennes - Bilan 1er semestre 2016

Date de création: 19-08-2016 16:09
Dernière mise à jour: 19-08-2016 16:09
Lu: 89 fois


FINANCES- DOUANES-DOUANES ALGERIENNES- BILAN 1er SEMESTRE 2016

La baisse des ventes du pétrole a entraîné une forte chute des importations algériennes. Le déficit commercial enregistré au 1er semestre 2016 a atteint 10,83 milliards de dollars.

Les différentes mesures prises par le gouvernement pour réduire les importations semblent dérisoires au vu de la hausse continue du déficit commercial, qui a atteint 10,83 milliards de dollars au premier  semestre 2016 contre un déficit de 8,51 milliards de dollars à la même période de 2015, soit une hausse de 27,2%, selon les données des Douanes algériennes

Le recul des importations est en fait quasi annulé par la baisse des exportations d’hydrocarbures, qui fléchissent en volume et en valeur faisant craindre un impact négatif plus accentué que prévu sur la balance des paiements en 2016. La balance commerciale avait déjà connu un énorme déficit en 2015 avec 13,71 milliards de dollars, loin de l’excédent de 4,3 milliards de dollars enregistré en 2014.

La baisse des cours du pétrole, qui peinent à retrouver de la vigueur, et le déficit de production d’hydrocarbures pénalisent l’Algérie, qui n’a enregistré, selon les services des Douanes, qu’un taux de couverture des importations par les exportations de 54% durant les six premiers mois de 2016 contre 69% durant le 1er semestre 2015. Il est à noter plus globalement que le déficit de la balance commerciale a atteint 8,18 milliards de dollars contre un excédent de 2,31 milliards de dollars au titre du premier semestre 2014.

Les exportations ont ainsi nettement reculé à 12,68 milliards de dollars durant les six premiers mois 2016 contre 18,93 milliards de dollars sur la même période de 2015 (-33,02%), soit un recul de 6,25 milliards, selon les données du Centre national de l’informatique et des statistiques (Cnis) des Douanes. Les importations se sont également réduites en s’établissant à 23,51 milliards de dollars contre 27,445 milliards de dollars (-14,34%), en baisse de 3,93 milliards, précise la même source.

La diversification de l’économie reste un objectif lointain de l’économie algérienne, encore sous l’emprise de sa dépendance aux hydrocarbures qui ne permettent plus à l’Etat d’engranger les recettes confortables depuis la chute des cours du pétrole. Ainsi, les hydrocarbures continuent à représenter l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger pour une part de 93,55% du volume global des exportations, avec un montant de 11,86 milliards de dollars durant les six premiers mois, contre 17,868 milliards de dollars à la même période de 2015 (-33,62%), soit une baisse de 6 milliards de dollars.

Les exportations hors hydrocarbures, qui ont représenté 6,45% du montant global des exportations, ont diminué à 818 millions de dollars, en baisse de 22,83% par rapport aux six premiers mois de 2015. Les exportations hors hydrocarbures sont composées des demi-produits avec 624 millions de dollars (contre 846 millions), des biens alimentaires avec 129 millions de dollars (contre 150 millions), des produits bruts avec 34 millions de dollars (contre 50 millions), des biens d’équipements industriels avec 22 millions de dollars (contre 8 millions) et des biens de consommation non alimentaires avec 9 millions de dollars (contre 6 millions).

Pour ce qui est des importations, tous les groupes de produits ont connu une baisse durant la première moitié de l’année en cours. Les produits alimentaires ont reculé à 4,041 milliards de dollars  (-21,09%), les biens d’équipement à 8,031 milliards de dollars (-15,28%), les biens destinés à l’outil de production à 7,330 milliards de dollars (-11,65%) et les biens de consommation non alimentaires à 4,107 milliards de dollars (-9,70%).

Sur les 23,51 milliards de dollars d’importations enregistrées, 13,62 milliards de dollars ont été payé par cash (57,94% des importations), soit un recul de 16,8% des règlements par cash par rapport à la même période de 2015. Les lignes de crédit ont financé les importations à hauteur de 37,93% pour un montant de 8,917 milliards de dollars, en baisse de 13,7%, tandis que les comptes en devises propres ont financé à hauteur de 2 millions de dollars, en baisse de 87,5%. Le reste des importations a été financé par le recours à d’autres moyens de paiement à hauteur de 970 millions de dollars, en baisse de 32,88%.

Les Douanes précisent par ailleurs que l’Italie et la Chine préservent leur statut de premiers partenaires, suivis de l’Espagne, la France, les Etats-Unis et le Canada. Quant aux principaux fournisseurs de l’Algérie, la Chine est encore venue en tête avec 4,167 milliards de dollars (17,73% des importations globales algériennes entre janvier et juin), suivie de la France avec 2,684 milliards de dollars (11,42%), de l’Italie avec 2,405 milliards de dollars (10,23%), de l’Espagne avec 1,861 milliard de dollars (7,92%) et de l’Allemagne avec 1,334 milliard de dollars (5,67%).                     

Note : 14 milliards de dinars, soit 140 millions d’euros, ont quitté illicitement l’Algérie en 2015. C’est ce qu’a déclaré Brahim Saâda, le sous-directeur des contentieux des recouvrements à la Direction générale des Douanes (DGD),début août 2015,  lors d’un point de presse portant sur le bilan du premier semestre 2016. Les opérateurs économiques indélicats encourent 68 milliards de dinars de pénalités