Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Suicide - Enquête

Date de création: 27-08-2013 14:12
Dernière mise à jour: 27-08-2013 14:12
Lu: 280 fois


SOCIETE - MAUX SOCIAUX - SUICIDE - ENQUÊTE

Une enquête datant de 2003 diligentée par la Forem révèle que le suicide a été responsable d'un décès toutes les 12 heures en Algérie (France: toutes les 40 mn).
En dix ans, le nombre de suicides a doublé passant de 251 cas en 1993 à 699 cas en 2003. Entre 1993 et 2003, l'Algérie a enregistré 4 571 cas de suicide (la seule Gendarmerie nationale a enregistré, de 1993 au 31 août 2005, 3 709 cas dont 2 785 hommes et 1 423 tentatives de suicide ont été enregistrés pour 848 femmes).
La crise qu'a connue le pays durant les années 90 a joué un grand rôle dans l'accroissement du nombre de suicides. A cela s'ajoutent les problèmes familiaux (12,31%), les cas de désespoir (14,78%), les déficiences mentales (19,07%) et certains troubles comme le dépression et la schizophrénie (15,69%). La pauvreté, le chômage, la perte d'un être cher, les sévices sexuels subis pendant l'enfance, les problèmes professionnels, les démêlés avec la justice ainsi que l'abus d'alcool et de drogue peuvent, également, accroître les risques de suicide.


La frange la plus touchée est celle des chômeurs (63% des suicidés en 1993-2003), 6% des étudiants, 11% des fonctionnaires, et 8% avaient une profession libérale.
C'est la Kabylie qui détient le triste record de suicides avec 13,74% à Tizi-Ouzou, 7,82% à Bejaia et 4,31% à Bouira. Le phénomène est également présent à l'Est du pays avec 3,14% à Sétif et 4,09% à Batna ainsi qu'à l'Ouest avec 3,14% à Sidi Bel Abbès et 4,24% à Tlemcen.
La courbe affiche une nette progression du nombre de jeunes de moins de 18 ans ayant mis fin à leurs jours, passant de 27 cas en 1993 à 200 cas en 2002.


Dans les tentatives de suicide ratées, les produits chimiques ingérés prennent la première place des moyens utilisés: 563 cas durant la période 1999-2000 contre 80 cas de chutes volontaires et 70 cas d'utilisation d'objets tranchants. Dans les tentatives abouties, durant la même période, on a 126 cas par pendaison, 26 cas par armes à feu et 42 cas de chutes volontaires.
Evènement ahurissant: lors du séminaire tenu par la Forem, en avril 2005 à la bibliothèque d'El Harrach, une dame, sans doute attirée par les banderoles dissertant sur les causes et les solutions du suicide, est entrée dans la grande salle et a menacé de …se suicider.

Notes: - Selon une enquête de la Gendarmerie nationale diffusée par le presse mi-décembre 2005, 3 709 cas de suicide et 1 423 tentatives ont été enregistrés en Algérie de 1993 au 31 août 2005.
Femmes: Plus de 75%.
Wilayas: Bejaia, Tizi-Ouzou, Bouira, Tlemcen, Oran, Skikda et Mila sont les plus touchées.
Catégorie la plus vulnérable : les sans profession( 63% des victimes ) , les employés (12%), les fonctionnaires (11%), les activités libérales (8%), les étudiants (6%).
Age: Jeunes de 18 à 40 ans (63%), plus de 40 ans (24%), moins de 18 ans (13%).
Moyen utilisé: Pendaison(70%), le reste par empoisonnement, armes à feu, armes blanches, objets tranchants…
Causes: problèmes familiaux et sociaux (crise de logement, chômage, échec scolaire) (16%), dépressions nerveuses (13%), troubles mentaux (17%).
- Selon des statistiques de la Dgsn pour la période de janvier à août 2005, 225 suicides ont été enregistrés en Algérie, dont 175 de sexe masculin et 50 de sexe féminin. La plupart des suicidaires sont des personnes âgées entre 18 et 30 ans suivies des plus de 40 ans, alors que les moins de 18 ans ne représentent qu'un chiffre réduit. Concernant les moyens utilisés, la pendaison, les armes à feu, la défenestration, la prise de barbituriques et autres produits toxiques sont utilisés. Durant la même période, il a été enregistré 650 tentatives de suicide dont 458 femmes. Le Nord du pays est la partie la plus touchée.
- Selon la Gendarmerie nationale, 192 cas de suicides et 223 tentatives de suicide lui ont été signalés en 2005: les hommes plus que les femmes, les 18-40 ans suivis des plus de 40 ans, suivis des moins de 18 ans.
- Du 1er janvier au 15 mai 2006, selon la Direction de la Police judiciaire de la Dgsn, pas moins de 107 cas de suicide dont 86 hommes et 51 femmes ont été recensés. Il faut ajouter à cela 286 tentatives (122 hommes et 264 femmes). Par régions , nous avons Tlemcen avec 69 cas de suicide, Mascara 64 cas, Tizi Ouzou avec 39 cas….La tranche d'âge entre 18 et 26 ans est celle qui est passée le plus souvent à l'acte.…
- Pour le Pr Farid Kacha (9 octobre 2006), chef de service des maladies mentales à l'hôpital psychiatrique de Chéraga, 30 à 40% des cas de suicide en Algérie sont dus aux dépressions nerveuses.
- Selon la Police (chiffres publiés par la presse fin mars 2008), on a eu : 144 suicides (dont 2 mineurs) et 614 tentatives en 2003, 210 (dont 10 mineurs) et 449 tentatives en 2004, 114 (dont 7 mineurs) et 358 tentatives en 2005, 169 ( dont 7 mineurs) et 275 tentatives en 2006 et 177 (dont 9 mineurs) et 559 tentatives en 2007. Pour sa part, la Gendarmerie nationale fait état, pour l'année 2007, de 128 suicides).
- 34,1 pour 100 000 habitants , tel est le taux (en 2007) annuel des tentatives de suicide , dont 76% tentés par des femmes.

-De janvier 2011 à mai 2012, les services de la Gendarmerie nationale ont recensé quelque 2 191 cas de suicide , 335 effectifs et 1 856 tentatives.