Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Bilan Dgsn Ramadhan 2013

Date de création: 14-08-2013 11:52
Dernière mise à jour: 14-08-2013 11:52
Lu: 369 fois


SIOCIETE – CRIMINALITE – BILAN DGSN RAMADHAN 2013

Une baisse «sensible» de la criminalité de l’ordre  de 20 %  a été enregistrée durant le mois de ramadhnCe constat a été fait mardi 13 août 2013, par le directeur de la police judiciaire,  Abdelkader Kara Bouhadba lors d’une conférence de presse organisée à l’école supérieure de police de Châteauneuf.    
En effet, selon le responsable durant ces trente jours, ce sont  10.700 affaires qui ont été traitées par les services de police. Des affaires où quelque 6.210 personnes étaient impliquées donc arrêtées.  Cette baisse a été favorablement accueillie, puisque l’on dénombre une norme de 30 crimes pour 100.000 habitants pour ce mois de ramadhan, contre 40 % en 2011 et 37,5 % en 2012.  
«L ‘Algérie n’avait pas connu autant de sécurité de calme et de quiétude durant le mois sacré depuis 13 ans», s’est t-il félicité lors de cette rencontre, consacrée au bilan d’activités de la direction générale de la Sûreté  nationale durant la période allant du 9 juillet, au 9 août 2013. 
Kara Bouhadba a expliqué cette baisse par la mise en œuvre d’une  stratégie s’appuyant sur la présence, de manière permanente, des éléments de  la Sûreté nationale, ainsi que l’intérêt accordé à la prévention dans la lutte  contre la criminalité. Il a déclaré entre autres, que la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) met de plus en plus de moyens humains et logistiques pour lutter contre la criminalité, notamment  urbaine.
Etayant ses dires, le commissaire expliquera que «le taux le plus élevé des formes de criminalité en Algérie concerne l’atteinte aux personnes, où il a été enregistré 5.468 affaires, suivi de celui de l’atteinte à la  propriété. Viennent ensuite les affaires de drogue en troisième position, les crimes financiers,  les crimes  économiques et en dernier lieu les crimes liés à l’immigration et au séjour irrégulier». Il qualifiera dans ce contexte, le traitement et la résolution de ces affaires comparativement aux normes internationales, de «raisonnable», en citant l’exemple de ceux qui sont relatifs à la drogue et aux crimes financiers et économiques. Des affaires où «les taux sont standards vu les initiatives des services de polices et de l’information de police» affirme t-il, précisant que le volet de la sensibilisation,  adopté par les éléments de la police judiciaire, a eu un «impact certain» sur  la diminution de la criminalité durant le mois de ramadan.
Il a en outre précisé que tous les types de crimes ont connu une baisse cette année. Pour ce qui est de l’atteinte aux biens dont le plus grand taux concerne les vols généralement, il y a eu une baisse considérable cette année, puisqu’elle est de l’ordre de 30 %.

Le nombre d’affaires de drogue a sensiblement augmenté
Par ailleurs et selon notre interlocuteur, les affaires qui occupent la priorité des services de la DGSN sont ceux de la drogue, où les services de sécurité d’une manière générale, et ceux de la police en particulier ont enregistré des résultats «très positifs», précise t-il en ajoutant  que «notre objectif ne se limite pas ici. On agit toujours pour que ces taux diminuent de plus en plus».
Concernant les délits et crimes d’atteintes aux personnes,  là aussi, les taux ont baissé de 14 % «c’est quelque chose de très intéressant comparativement à 2011 et 2012».
Pour les atteintes aux personnes (coups et blessures volontaires) une baisse de 27 % a été enregistrée avec 3.327 affaires en 2013 contre 4.575 affaires en 2012.
Pour ce qui est des homicides volontaires, une baisse considérable a été également enregistrée avec 16 affaires de meurtres (presque la totalité a été résolue, il reste une seule qui est en cours d’enquête), contre 22 affaires de meurtres en 2012.  
Pour ce qui est des coups et blessures ayant entrainé à la mort, sept affaires ont été enregistrés (toutes résolues).
Par contre une augmentation de 9,25 % a été enregistrée pour insultes et violences  verbales.
Pour ce qui est des atteintes aux biens une baisse considérable a été enregistrée avec 3.872 soit, 31 % par rapport  à 2012 et 2011, qui a conduit à l’arrestation de 1.156personnes.  
Les vols qualifiés ont connu à leur tour une baisse considérable avec un taux de 34,5 %, également pour ce qui est des petits larcins ils sont de 33%. Quant aux vols de véhicule, ils ont enregistré une baisse de 21%.
Néanmoins, le chiffre des affaires de drogue a lui, augmenté  d’une manière vertigineuse.  Durant le mois de ramadhan 2011, il a été enregistré la saisie de 84 kg de cannabis, en 2012, ce sont plus de 165 kg qui ont été saisis, contre 2 tonnes 827 kg, pour le ramadhan de l’année en cours.
Il y a eu entre autres la confiscation d’un grand nombre de psychotropes avec 67.388 comprimés répartis entre le trafic, la vente et la consommation (3.860 comprimés à consommer).
«Nous consacrons un grand intérêt au problème de propagation des psychotropes, surtout en ce premier semestre où l’on a enregistré de plus de 500.000 comprimés hallucinogènes. C’est une tendance assez  préoccupante et inquiétante devant laquelle, nous sommes décidés à faire face, vigoureusement».
Les saisies de stupéfiants sont de l’ordre de 2.800 avec presque 30 kg en ce mois de ramadhan «ce qui n’est pas négligeable», 2.000 kg représentent  2 millions de cigarettes.  
Le même responsable a relevé, dans ce sens, que 22.500 opérations de police ont été effectuées par les éléments de la police dans 19.168 fiefs de criminalité, à l’issue desquelles 85.000 personnes ont fait l’objet d’enquêtes  et 3.550 autres ont été présentées devant les juridictions spécialisées.         
Dans le volet de la prévention, il a été enregistré, selon le même responsable, 556 cas de port d’armes, ainsi que l’arrestation de 542 personnes recherchées.  Kara Bouhadba a indiqué, par ailleurs, que l’usage des nouvelles  technologies dans la lutte contre la criminalité, ainsi que le rôle «important» joué par les citoyens et la contribution «efficace» des médias, sont autant de facteurs qui ont contribué à la baisse de toutes formes de crime.