Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Importation de marchandises - Indice des prix 2012

Date de création: 22-04-2013 13:46
Dernière mise à jour: 22-04-2013 13:46
Lu: 489 fois


COMMERCE- IMPORTATION - IMPORTATION DE MARCHANDISES - INDICE DES PRIX 2012

Les prix à l'importation de marchandises de l'Algérie, après une forte hausse (23,5%) en 2011, ont connu une décrue de 2,8% en 2012, a indiqué? dimanche 21 avril  2013? l'ONS qui relève que plus de 20% de ces importations sont encore concernées par des augmentations de prix.
Cette évolution baissière des prix permet de réduire la facture des  importations et améliorer les soldes extérieurs du pays, précise l'Office national des statistiques, qui relève par ailleurs, que l'augmentation des prix à l'importation demeure "importante" pour 20,5% des importations totales du pays. A cet effet, les chiffres consolidés de l'ONS relèvent que l'augmentation des prix demeure "importante", essentiellement pour les groupes de produits des biens de consommation (26%) et des matières premières et lubrifiants (6,5%). A l'exception de ces deux groupes de produits, la baisse de l'indice de valeur unitaire à l'importation de marchandises (prix à l'importation) a concerné l'ensemble des groupes de produits et a été particulièrement importante pour plusieurs d'entre eux, notamment les produits bruts (-43,2%). D'autres produits sont concernés également par ce recul des prix, il s'agit des équipements industriels (-8,8%), des produits alimentaires et des boissons (-6,8%) et les demi-produits (-0,8%) ainsi que les équipements industriels  (-0,2%). En glissement annuel, la baisse des prix à l'importation s'est réalisée sur sept mois de l'année 2012. Il s'agit des mois de mars (5,8%), avril (5,7%), mai (6,5%), juin (6,6%), juillet (10,4%), août (9,1%) et décembre 3,7%. En revanche, les hausses ont été enregistrées durant les mois de janvier  (3,6%), février (4,4%), mars (4,4%), septembre (5,3%), octobre 0,6%, et enfin le mois de novembre avec 2,7%.            

En valeur courante, les importations de marchandises de l'Algérie ont enregistré une hausse de 5,4% en 2012 par rapport à 2011, totalisant 3.630 milliards de DA (près de  49,05 milliards de dollars) contre 3.442,5 milliards de  DA ( environ 46,52 milliards de dollars), indique encore l'ONS. Par groupe de produits, les évolutions en valeurs courantes en 2012 et par rapport à l'année précédente, montrent qu'à l'exception d'une importante baisse de 36% des équipements agricoles et d'un léger recul (2,7%) pour les  biens alimentaires et  0,9% pour les produits bruts, les autres groupes ont  tous augmenté. La plus forte augmentation en valeur a été enregistrée notamment par les matières premières, énergie et lubrifiants (35,8%), les biens de consommation (22,3%), les demi-produits (3,1%) et les équipements industriels (2,6%). En volume les importations ont enregistré une hausse de 8,5% en 2012  par rapport à 2011, selon l'Office. A l'exception des baisses, qui ont été enregistrées par les équipements  agricoles (-35,8%) et les biens de consommations (-2,9%), les autres produits ont tous connu des hausses. Les plus importantes hausses ont concerné les produits bruts (74,4%),  les matières premières, énergie et lubrifiants (27,5%), les équipements industriels (12,4%), les produits alimentaires (4,4%) et enfin les demi-produits (4%). En matière de répartition des importations de marchandises par zone géographique, l'ONS relève la part toujours prépondérante de l'Union Européenne (UE) avec  51% de la valeur globale des importations totales de marchandises avec 1.850,3 milliards de DA, en hausse de 3,2% par rapport à 2011. L'Asie reste le premier concurrent de l'UE, confirmant ainsi sa position de partenaire commercial important de l'Algérie, avec une part de 22% soit 804,9 milliards de DA, en hausse de 11%. Les autres pays d'Europe ont représenté 7% des importations totales,  l'Amérique latine (8%), l'Amérique du Nord (4,6%), les pays arabes (3,3%), les pays du Maghreb (1,6%) et les pays d'Afrique 1,4%, ajoute l'ONS.