Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Zone arabe de libre échange (Zale)

Date de création: 06-04-2013 13:35
Dernière mise à jour: 19-05-2014 22:27
Lu: 1747 fois


 

COMMERCE - COMMERCE EXTERIEUR - ZONE ARABE DE LIBRE ECHANGE (ZALE)

Date de création: 06-02-2010 21:47
Dernière mise à jour: 03-02-2013 21:29
Lu: 231 fois au 6 avril 2013
 

 

 

- L'Algérie a adhéré officiellement à la Zone en janvier 2009

Les importations ont totalisé 1,6 milliard de dollars en 2009, en hausse de 511 millions de dollars (+46,6%) selon le CNIS (Douanes). 

La valeur des produits bénéficiant des avantages douaniers de la Zale, quant à elle, a augmenté de 49,9% , passant de 1,05 milliard de dollars à 1,58 milliard de dollars en 2009.

S'agisant des produits non concernés par les avantages préférentiels accordés aux marchandises en provenance de cette région, ils ont chuté de 41,7% pour passer de 39,3 millions de dollars en 2008 à seulement 22,9 milions en 2009.

Pour les exportations algériennes vers les pays de la ZALE, elles sont passées de 246,7 millions de dollars à 124,7 millions de dollars , enregistrant ainsi une chute de 49,44%...qui s'explique, selon le CNIS, "surtout par le fait que l'accord n'est intervenu en pratique qu'à partir du 1er avril 2009".

Le manque à gagner en droits de douanes résultant de l'octroi des avantages préférentiels aux marchandises des pays de la ZALE est évalué à 10,4 milliards de dinars.

En matière d'importations algériennes des pays de la ZALE, en 2009, l'Egypte occupe toujpurs la première place avec une part de 34,3% avec 550,6 millions de dollars, suiviée par la Tunisie (21,6% et 347,5 millions de dollars), l'Arabie saoudite (10,4% et 166,5 millions de dollars), la Jordanie (7,7% et 123,9 milloons de dollars) et le Maroc (7,6% et 121,8 millions de dollars).

Notes: -  Pour lutter contre la concurrence déloyale (et "contre les pratiques de dumping ou de menace sur une filière industrielle") après l'adhésion de l'Algérie à la Zale, le pays  a entamé, début janvier 2010, l'application unilatérale d'une "liste négative" de plus de 1 100 produits dont il  interdit l'importation auprès des pays membres de la Zale. Cette liste veut donc interdire à l'importation de cette Zone, certains produits,  pour une durée de 3 à 4 années, afin de protéger certaines filières ("prioritaires") de production tels  les produits de l'industrie agroalimentaire, les produits agricoles, le textile, le papier et l'électroménager.

- Le 15 janvier 2010, la liste négative a été  augmentée de 370 nouveaux produits. Le total est donc de 1 141 produits interdits à l'importation par l'Algérie auprès des pays membres de la ZALE. A noter que le nombre total des produits enregistrés dans la nomemclature du tarif douanier algérien est de 6 000 . Depuis le 28 février  2010, la liste totalise 1 644 produits interdits après une nouvelle augmentation. Cette liste négative s'ajoute à celle de 388 produits qui sont interdits à l'importation par l'ensemble des pays arabes à l'intérieur de la Zale, se composant essentiellement des produits prohibés par les préceptes de l'Islam.

- A signaler que le Maroc a une liste négative de 804 produits, l'Egypte 709 produits, la Syrie 255, la Tunisie 161, la Liban 41, la Jordanie 35....

- L'Algérie a proposé  que la délivrance du certificat d'origine du produit exporté vers les pays de la Zale soit effectuée au niveau de la même instance dans tous les pays arabes contrairement à ce qui se fait actuellement ( février 2010) où le document est délivré dans certains pays par le ministère du Commerce, dans d'autres par les Chambres de commerce et d'industrie.

- Début 2010, 60% des marchandises qui transitent par la Zale ne comportent pas de mention du pays d'origine lors du dédouanement.

- Les produits importés en Algérie bénéficiant du démantèlement des droits de douane prévu par l'accord de la Zone arabe de libre-échange (ZALE) ont atteint 886,9 millions de dollars en 2010, contre près de 1,6 milliard de dollars en 2009, soit une baisse de 44,56% (CNIS). Les importations globales de l'Algérie de cette zone ont atteint 1,66 milliard de dollars en 2010 contre 1,6 milliard de dollars en 2009, en hausse de 2,6%. A signaler que les exportations de l'Algérie vers la Zale ont baissé de 49,44%. Elles sont passées de 246,7 millions de dollars à 124,7 millions de dollars en 2009

- En mars 2012, le ministère du Commerce avait commencé à réviser la liste négative de 1 260 produits dont il veut limiter l'importation auprès des pays membres de la Zale ( en vue de la discussion en juin 2012 avec la Ligue arabe)

- La nouvelle "liste négative" est applicable dès le 1er février 2013;...et désormais, on emploie l'appellation de "Grande Zone arabe de libre-échange "GZALE" (????)

2012

 Les exportations algériennes hors hydrocarbures vers les pays de la grande zone arabe de libre échange (Gzale) se sont établies en hausse en 2012 de 21%, alors que les importations ont reculé de 7%, indique jeudi 4avril 2014, l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex).

"Le volume des exportations algériennes hors hydrocarbures vers cette zone en 2012 est de 267 millions de dollars, soit 12% du total des exportations de l’Algérie, contre 220 millions de dollars en 2011, en hausse de 21%", a souligné  Malika Lannad, sous-directrice à Algex, auteur d’une étude d’impact de l’accord de libre échange sur le commerce de l’Algérie avec cette zone. Il s’agit notamment d’expéditions de sucre et de verre plat qui totalisent une hausse de 47 millions de dollars en 2012 par rapport à l’année d’avant.

Selon cette étude, durant l’année 2012, le volume des échanges hors hydrocarbures entre les pays de la Gzale et l’Algérie s’est établi à 2,55 mds de dollars dont 2,28 mds de dollars d’importations et 267 millions de dollars d’exportations.

La valeur des produits exportés au cours de l’année 2012, bénéficiant de l’avantage préférentiel, s’est établi à 81 millions de dollars contre 62 millions de dollars en 2011, en hausse de 31%.

Le marché de l’Algérie au sein de la Gzale est à 78% dominé par l’Irak, le Maroc, la Tunisie, la Syrie et l’Arabie Saoudite, selon Mme Lannad, qui a souligné que l’Irak occupe la place de premier client de l’Algérie au sein de cette zone avec 29% de l’ensemble des exportations hors hydrocarbures devant le Maroc (19%).

Les produits agricoles et agro-alimentaires d’une valeur de 164 millions de dollars (+48%) représentent 61% du total des exportations hors hydrocarbures vers la Gzale, dont 5% de ces produits ont bénéficié de l’avantage préférentiel, alors que les produits industriels d’une valeur de 102 millions de dollars ne représentent que 38% des exportations algériennes vers cette zone , en baisse de 6% par rapport à 2011.

Cependant, si les exportations algériennes hors hydrocrabures vers la Gzale ont augmenté de 21%, les importations depuis cette zone ont, en revanche régressé de 7% à 2,28 mds de dollars contre 2,45 mds de dollars en 2011.

Pour l’année 2012, le marché des fournisseurs de l’Algérie au sein de la Gzale a été à 79% dominé par l’Arabie Saoudite, la Tunisie, l’Egypte, le Maroc et les Emirats arabes unis.

Entrée en vigueur de la liste négative

Les produits industriels importés depuis cette zone représentent une valeur de 2,1 mds de dollars, soit 92% des importations, en baisse de 6% par rapport à 2011. 70% de ces produits bénéficient de l’avantage préférentiel.

Les produits agricoles et agricoles transformés importés de la Gzale ont régressé de 16% passant de 217 millions de dollars en 2011 à 180 millions de dollars en 2012 au moment où les importations des produits de la pêche en provenance des pays de cette zone ont progressé de 25%, enregistrant une valeur de 8 millions de dollars en 2012 contre 6 millions de dollars en 2011.

Une nouvelle liste négative des marchandises exclues par l’Algérie de la franchise au droit de douanes à l’importation des produits originaires de la Gzale est entrée en vigueur le 1er février dernier.

Une liste de 1.260 produits exclus de la franchise du droit de douane, est venue remplacer la liste élaborée en 2010, ce qui pourrait permettre d’enregistrer une nouvelle baisse des importations en 2013.

Cette liste contient des produits issus des filières encore protégées par l’Algérie pour une durée déterminée comme les produits de l’industrie agroalimentaire, agricole, les textiles, le papier ou l’électroménager.

La convention de la Gzale accorde le régime tarifaire préférentiel aux seuls produits originaires de la zone.

L’Algérie a adhéré en janvier 2009 à la Gzale, instituée en vertu de la convention du Caire du 19 février 1997 pour relancer l’intégration économique arabe, et entrée en application un an après.

La zone compte actuellement tous les pays arabes à l’exception de la Mauritanie, de Djibouti, la Somalie et les Iles Comores. Les échanges commerciaux intra-arabes ne dépassent cependant pas les 10% en moyenne du volume total de leur commerce extérieur.

2013

L'excédent commercial de l'Algérie avec la Grande zone arabe de libre échange (Gzale) a reculé de 546 millions de dollars à 179 millions de dollars en 2013, soit un repli de 75% sur un an, selon des chiffres dévoilés début mai 2014 par l'Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex).

Durant l'année 2013, le volume des échanges entre l'Algérie et les pays de la Gzale s'est établi à 7,05 milliards de dollars contre 5,3 milliards de dollars en 2012.

Les exportations algériennes vers cette zone ont augmenté de seulement 19% au moment où les importations se sont accrues de 49% sur un an, souligne une étude d'Algex sur l'impact de l'accord de libre échange sur le commerce de l'Algérie avec cette zone, obtenue par l'APS.

Dopées par les hydrocarbures, les exportations algériennes vers la Gzale ont atteint 3,6 milliards de dollars en 2013 contre 3 mds de dollars en 2012 soit une hausse de 19%.

Hors hydrocarbures, les exportations du pays ont faiblement progressé (+0,4%) pour atteindre 278 millions de dollars contre 277 millions de dollars en 2012 et 221 millions de dollars en 2011.

A 179 millions de dollars, les produits agricoles et agro-alimentaires occupent une part de 64% du total des exportations hors hydrocarbures vers la Gzale dont le sucre représente 81% des exportations de ces produits avec un montant de 144 millions de dollars.

Les produits industriels représentent, quant à eux, 35% des exportations algériennes hors hydrocarbures vers cette zone avec un montant de 97,4 millions de dollars.

En termes de clients, le marché de l'Algérie au sein de la Gzale est à 74% dominé par la Tunisie, le Maroc, la Syrie, le Soudan et la Libye.

Les importations algériennes depuis cette zone ont presque doublé en 2013 atteignant 3,4 mds de dollars contre 2,3 mds de dollars en 2012.

Les produits industriels importés depuis cette zone représentent une valeur de 3,2 mds de dollars, soit 93% des importations, en progression de 52% par rapport à 2012.

Les produits agricoles et agricoles transformés importés de la Gzale ont augmenté de 22% passant de 184 millions de dollars en 2012 à 224 millions de dollars en 2013 au moment où les importations des produits de la pêche en provenance des pays de cette zone ont diminué de 37%, enregistrant une valeur de 5 millions de dollars en 2013 contre 8 millions de dollars en 2011.

Au cours de l'année 2013, le marché des fournisseurs de l'Algérie au sein de la Gzale est à 80% dominé par les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite, la Tunisie, l'Egypte, la Libye et le Maroc.

La création d'une Grande zone arabe de libre échange avait été décidée, pour la première fois,  par le Sommet arabe d'Amman en 2001.

La Gzale prévoit une suppression totale des droits de douanes entre les pays signataires de l'accord. La mise en place de cet espace vise à dynamiser et à contribuer à l'augmentation des échanges commerciaux inter-arabes.

La Gzale regroupe actuellement 19 pays, à savoir l'Algérie, la Jordanie, l'Egypte, les Emirats Arabes Unies, le Bahreïn, la Tunisie, l'Arabie Saoudite, le Soudan, la Syrie, l'Iraq, le Sultanat d'Oman, la Palestine, le Qatar, le Koweït, le Liban, la Libye, le Maroc, la Mauritanie et le Yémen.

L'Algérie est membre depuis 2009.