Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Crime organisé 2012 - Statistiques Gendarmerie nationale

Date de création: 19-11-2012 19:30
Dernière mise à jour: 19-11-2012 19:38
Lu: 551 fois


SOCIETE - CRIMINALITE - CRIME ORGANISE 2012 - STATISTIQUES GENDARMERIE NATIONALE

 

Plus de 17 000 individus, dont la majorité est constituée de ce réservoir de jeunes sans emploi ou encore de récidivistes, ont été placés sous mandat de dépôt durant la période allant de janvier à fin octobre 2012. Le bilan de la Gendarmerie nationale révèle que “la lutte contre la criminalité de droit commun représente 49,98% de l’activité globale”. Celle-ci, selon un document exhaustif, a enregistré 59 752 affaires, ayant conduit à l'arrestation de
62 903 personnes, dont 2 223 femmes. Avec 12 371 affaires et 14 934 personnes interpellées, la criminalité prend de plus en plus d’ampleur. En ce sens, note-t-on, les coups et blessures volontaires sont les plus dominants avec 7 762 affaires et 10 588 personnes arrêtées, alors que les homicides volontaires, au nombre de 334 cas avérés, ont conduit à l’arrestation de 517 individus. De même, les atteintes aux biens, avec 14 717 affaires traitées et 9 599 personnes arrêtées, font ressortir une baisse par rapport à 2011. Selon la même source, “les vols demeurent la manifestation criminelle la plus dominante”, avec 11 983 affaires, soit 81,42% des affaires liées aux atteintes contre les biens. En revanche, les destructions et les dégradations des biens ont connu 1 609 affaires et l'interpellation de 1 383 mis en cause.


Sur un autre registre, comme l’indique le CGN, “la lutte contre le crime organisé constitue un volet très important dans l’activité de la Police judiciaire où elle représente le taux de 15,49%”. En effet, les 48 groupements ont traité 9 249 affaires, ayant conduit à l’arrestation de 10 870 personnes, dont 354 femmes et 254 mineurs. Et si “la comparaison avec les dix premiers mois de l'année 2011 a fait ressortir une augmentation respective de 04,58% et de 02,27 % en matière d'affaires traitées et de personnes arrêtées”, comme souligné par ce bilan, il faut dire que les mineurs sont davantage embourbés dans le crime organisé et exploités dans les filières, notamment celles liées au trafic de drogue. En ce sens, le trafic de stupéfiants représente 27,80% de la criminalité organisée, avec 2 573 affaires et 3 986 personnes arrêtées, avec une hausse de 15,59% et de 11,98% en matière d’affaires traitées et de personnes arrêtées par rapport à 2011. Mieux, les unités de la GN ont réussi à saisir près de 64 tonnes de kif traité, 136 200 comprimés de psychotropes, 291 plants de pavot, 7,8 g d'héroïne et 47 g de graines de cannabis et d’opium. Le trafic de véhicules occupe aussi un registre inquiétant. Celui-ci représente 2,98% du crime organisé, avec 273 affaires et 394 individus arrêtés. Toutefois, les enquêtes ont abouti à la saisie de 187 véhicules légers, de 26 véhicules lourds et de 4 motos.
Le crime organisé, c’est aussi les ateliers de trafic d’armes artisanales ou encore de munitions. Avec 332 cas et 455 arrestations, on relève une hausse de 41,13% et de 43,23% en matière d'affaires traitées et de personnes arrêtées, non sans signaler la saisie de 180 armes et  25 763 cartouches de divers calibres. Viendra ensuite le faux avec 868 cas et  1 190 arrestations. En ce sens, note le CGN, “les affaires traitées ont révélé que la majorité des personnes arrêtées s’implique dans cette criminalité dans un but d’intérêt personnel (bénéficier d’un prêt bancaire, l’obtention du permis de conduire, de la carte d’identité et la constitution de faux dossiers de cartes grises, etc.)”. Ces affaires sont associées avec d’autres formes de criminalité, comme le trafic de véhicules (falsification des dossiers de base), le trafic d’armes (falsification des dossiers de port d’arme), le détournement (falsification des actes de ventes et des prêts bancaires) et l’escroquerie (falsification des documents officiels).


L’année 2012 est sans doute celle des Groupements gardes-frontières (GGF) qui ont réussi des saisies record. Et là, les statistiques donnent le vertige. Pour preuve, 3 722 affaires ont été traitées et 1 462 personnes ont été arrêtées. Même si l’activité a connu une baisse de 3,38% par rapport à 2011, les saisies, elles, ont mis les voyants au rouge. Pour illustrer cette situation, le CGN citera les saisies de  1 144 342 l de carburants, 29 202 cartouches de cigarettes, 353 049 tonnes de produits alimentaires, 209 773 effets vestimentaires, 11 627 bouteilles de boissons alcoolisées, 4 561 têtes de cheptel et 704 moyens de transport.

_______________________________________________________________________________________ La comparaison avec la même période de l’année dernière relève une hausse de 41,13% et de 43,23% respectivement en matière d’affaires traitées et de personnes arrêtées.

Ce sont 62 903 individus, dont 2223 femmes, qui ont été arrêtés par la police judiciaire de la Gendarmerie nationale durant les 10 derniers mois 2012 à travers le pays, indique , en novembre, un bilan national de ce corps constitué, qui précise que la lutte contre la criminalité de droit commun représente 49,98% de l’activité globale.
Présentées devant la justice, 17 197 personnes ont été écrouées, dont 2301 mineurs impliqués dans 59 752 affaires traitées dans le cadre de la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes à travers le territoire national, précise le bilan du commandement national rendu public avant-hier.

Le statut des personnes incriminées révèle quelque 25 078 chômeurs, 16 964 exerçant une activité libérale, 13 750 employés (non permanents), 4791 fonctionnaires et 2320 étudiants.
Le trafic de stupéfiants a enregistré un record depuis janvier dernier où il a été procédé à la saisie de 63,74 tonnes de kif traité, 136 200 comprimés de psychotropes, 291 plants de pavot, 7,8 g d’héroïne et 47g de graines de cannabis et d’opium, ce qui a donné lieu à 2573 affaires et 3986 personnes arrêtées. L’analyse de ces chiffres confirme une hausse de 63,49% des saisies de kif traité et de 322,51% des saisies de comprimés de psychotropes. Les mêmes services ont traité 12 371 crimes contre les personnes et les biens des citoyens, 1587 autres contre la famille et les bonnes mœurs, 1239 affaires contre la tranquillité publique, 9249 crimes organisés et 7243 infractions aux lois spéciales.
Les homicides volontaires ne manquent pas durant cette période, puisque le même document fait état de 334 citoyens tués.

Ceux qui ont échappé à la mort en subissant des coups et blessures représentent 7762 affaires dans lesquelles sont impliqués 10 588 malfaiteurs. Le viol et l’attentat à la pudeur ne sont pas en reste ; 1097 cas ont été recensés par la police judiciaire de la Gendarmerie nationale. Mais l’insécurité ne se limite pas à l’intérieur du pays seulement ; les frontières est, ouest et sud du pays sont quotidiennement violées. En effet, 1462 contrebandiers ont été arrêtés en flagrant délit durant la même période ; ils étaient en possession, entre autres, de 1 144 342 litres de carburant, 292 020 paquets de cigarettes, 353,049 tonnes de produits alimentaires, 209 773 unités d’effets vestimentaires, 11 627 bouteilles de boissons alcoolisées, 4561 têtes de bétail et 704 véhicules, tous poids confondus. En matière de trafic d’armes et de munitions, il a été enregistré 332 affaires donnant lieu à l’arrestation de 455 personnes. La comparaison avec la même période de l’année dernière relève une hausse de 41,13% et de 43,23% respectivement en matière d’affaires traitées et de personnes
arrêtées