Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Femmes 2011

Date de création: 12-12-2011 14:20
Dernière mise à jour: 12-12-2011 14:22
Lu: 377 fois


SOCIETE - VIOLENCE - FEMMES 2011

(Rencontre consacrée au lancement de la 3è campagne de lutte contre la violence contre la femme. Alger, jeudi 24 novembre 2011. Intervention de Mme Kheira Messaoudène, commissaire principal à la DGSN, chargée des affaires de violence contre la femme. Extraits)

Sur les  7 042 cas enregistrés  (neuf premiers mois de l'année 2011) , 5 047 ont été victimes de violences corporelles 

1 570 femmes ont été victimes de mauvais traitements de la part de leurs ascendabnts, 273 victimes d'abus sexuels, 24 femmes victimes d'homicides volontaires et 4 cas d'inceste.

Parmi les auteurs de violence, 3 431 n'ont aucun lien avec la victime, 1 540 sont des époux et 946 sont des proches des victimes.

Par tranches d'âge, 2 708 femmes victimes de violence sont âgées entre 26 et 35 ans, 1 596 entre 36 et 45 ans et 1 512 victimes sont âgées entre 19 et 25 ans.

Quant à la situation sociale, 3 723 victimes sur 7 042 sont mariées, 2 012 sont célibataires et 727 sont  divorcées.

1 537  femmes victimes de violences n'ont aucun niveau d'instruction, suivies de 1 502 femmes ayant iun niveau d'instruction en deça de la moyenne et 1 465 ont un niveau moyen

Les femmes sans profession ont été les plus exposées à la violence avec 4 734 cas, suivies de 1 208 fonctionnaires et 321 universitaires

La majorité des cas de violence , 3649, se sont déroulés le soir, 2 535 le jour et plus de 800 cas se sont déroulés la nuit.

L'essentiel des causes sont liées à des problèmes familaiux, l'incompréhension ou à des problèmes financiers

Le phénomène tend à se propager dans les grandes villes , notamment à Alger (1 238 cas), suivie d'Oran (672 cas) et M'sila (242 cas)

NOTE : - La DGSN a organisé  (2011) un cycle de formation au profit de 53 officiers de police , à l'échelle nationale, pour les initier aux techniques de lutte contre la violence et au danger que représente ce phénomène pour les franges les plus défavorisées de la société , en premier lieu les femmes et les enfants.