Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Mode - Hidjab - Enquête Ciddef 2008

Date de création: 06-04-2009 11:39
Dernière mise à jour: 05-02-2010 12:18
Lu: 586 fois


(Résultats de deux enquêtes réalisées par le CIDDEF sur les valeurs d'égalité chez les Algériens, avec le soutien de l'Agence de coopération technique espagnole , menées dans dix régions par le bureau d'études Ecotechnics fin 2008 auprès des adolescents âgés entre 14 et 17 ans et auprès d'adultes de plus de 18 ans. Présentés dimanche 1er mars 2009 à l'INSP. Extraits. Voir aussi fiche documentaire in Population/ Femme / Enquête Ciddef 2008)

En matière de tenue vestimentaire des femmes, ils sont 6 adolescents sur 10, soit 55% (62% de garçons et 48% de filles) à souhaiter que les femes portent le hidjab, contre 7 adultes sur 10 soit 64% (68% des hommes et 60% des femmes).

Ceux qui défendent la diversité constituent 4 adolescents sur 10 et 3 adultes sur 10

Ceux qui s'opposent au hidjab ne représentent que 5% de la population. De leur côté, 5 adolescentes sur 10 et 6 femmes sur 10, défendent le voile et souhaiteraient le voir sur les têtes de toutes les algériennes, contre 6 adolescents sur 10 et 7 hommes sur 10.

Par région, les deux tiers des algérois et la moitié des kabyles demeurent tolérants par rapport à cette question. Le souhait de voir toutes les femmes en hidjab est exprimé par une minorité alors qu'il est majoritairement déclaré dans les autres régions. Ce sont d'ailleurs les seules régions où 16% des adolescents à Alger, et 14% en Kabylie ont souhaité que les femmes ne portent pas le voile. En outre, elles sont 8 femmes sur 10 et 6 adolescentes sur 10 à porter le hidjab plus ou moins strict lorsqu'elles sortent , contre une femme sur 10 qui ne le portent pas. Néanmoins, , 4 adolescents sur 10 ne se voilent pas.

La forme la plus courante de hidjab chez les femmes et les moins jeunes, est celui qui consiste à voiler la tête en s'habillant moderne, une jupe, un  jean, tailleurs, etc... Le tchador ou djelbab, tenue noire qui couvre tout le corps reste minoritaire, 1% des adolescentes et 2% des adultes.

Le facteur région a une forte influence sur le fait de porter ou non le hidjab, puisque 84% des femmes et 48 % des adolescentes sont voilées dans les zones urbaines et 90% et 75% dans les zones rurales .44% des femmes et 19% des adolescentes portent le hidjab strict et le tchador dans les zones rurales contre 31%des femmes et 8% des adolescentes dans les villes.

Les femmes mariées représentent 95% des voilées.

Le niveau d'instruction influe , lui aussi, sur le port du voile. En effet, c'est au sein des femmes de niveau supérieur que la plus grande proportion de l'absence de voile est constatée, soit 23%. Chez les adolescentes, l'influence est à chercher au niveau de l'instruction des parents. Ainsi, les deux tiers des adolescentes ayant des parents instruits ne poortent pas le hidjab, contre un tiers de celles qui ont des parents à faible niveau d'instruction.

La raison la plus fréquemment citée dans le port du hidjab est qu'il permet de circuler librement aussi bien par les adolescents que par les adultes. La seconde est liée au phénomène de mode , "parce que tout le monde le porte"et ,enfin, l'obligation familiale.