Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Femmes 2008

Date de création: 12-12-2008 06:38
Dernière mise à jour: 28-03-2009 07:50
Lu: 497 fois


- Durant les huit premiers mois de l'année 2008, les services de la Gendarmerie nationale ont enregistré 428 femmes victimes de coups et blessures volontaires . 184 autres ont été vistimes de viols et 174 d'attentats à la pudeur. Le bilan fait également état de 99 femmes enlevées et 33 assasinées. Les services de Police, quant à eux , ont relevé près de 4 489 femmes victimes de violence conjugale ou autre à l'échelle nationale de janvier à juin 2008. 2675 ont été victimes de violences physiques, 1359 ont été maltraitées, 144 ont subi une violence sexuelle, 107 ont été harcelées et 4 tuées.

15,8% des agresseurs de ces femmes sont des conjoints, 4,21% des amants ou fiancés, 3,21% sont des frères, 2,9% sont des ascendants, 0,77% des pères et 72% sont des étrangers (voisins, collègues...).

L'âge des victimes varie de 26 à 75 ans, puisque 28% ont de 26 à 25 ans, 25% ont entre 18 et 25 ans, 21% ont entre 36 et 45 ans, 13% entre 46 et 55 ans, 5,9% entre 56 et 65 ans, alors que 1,7% sont âgées de plus de 75 ans.

Les grandes villes enregistrent le plus grand nombre de cas de violence à l'égard des femmes. Alger vient en tête avec 850 cas, puis Oran avec 342 et Annab avec 289. Ce phénomène fait aussi tache d'huile dans le Sud. Biskra enregistre 70 cas de violence contre les femmes , Tindouf 5 et Illizi 3.

On rappelle que l'INSP avait effectué une enquête en 205 montrant que sur un échantillon de 9033 femmes , 55% étaient violentées par leur familles dont 5% par leurs enfants, 69% des femmes battues sont sans profession et 26% sont analphabètes.

A noter , aussi, que les femmes portent de plus en plus plainte contre leurs agresseurs (5845 en 2004, 7400 en 2005 et 9000 en 2007)

Une autre enquête , réalisée en 2008 par l'INSP en collaboration avec le ministère de la Justice , de la Solidarité et du ministère délégué à la Famille et à la Condition féminine, montre que la région Est vient en tête avec 36% des cas. L'Ouest du pays se classe en seconde position avec 34% des cas. L'âge des victimes varie entre 30 et 33 ans. La femme mariée vient en première position avec 50% de cas suivie par les célibataires  (36,2%). Les mères célibataires sont classées au bas du tableau avec 1,6% de cas.

L'étude fait également ressortir que la grande majorité des victimes de violences conjugales sont des femmes analphabètes . La majorité des victimes a pour époux un individu violent , et dans l'impossibilité d'entamer une procédure de divorce car généralement elle n'a ni où aller s'installer ni disposer de moyens pour subvenir aux besoins de  sa progéniture.

Note: Durant l'année 2008, les services de la Gendarmerie nationale ont enregistré (selon une étude de la Cellule de Communication)  l'agression physique et morale de 3 833 femmes, ce qui représente 19% du nombre global des personnes ayant été victimes des atteintes aux personnes. 44 femmes ont été  victimes d'homicide volontaire, 137 kidnappées, 646 ont été agressées physiquement, 6 ont été brûlées, 103 ont été menacées et 583 ont été victimes d'un vol.