Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Fruits et légumes-Opérateurs

Date de création: 11-05-2008 12:40
Dernière mise à jour: 28-07-2008 13:35
Lu: 743 fois


L’Algérie compte (selon une note du Cnrc diffusée en septembre 2006) 44 923 commerçants inscrits au registre du commerce dans l’activité de la distribution des fruits et légumes.
Les commerçants ambulants se taillent la part du lion. Ils sont 16 250 à exercer leur activité de manière itinérante. Les détaillants dits sédentaires sont au nombre de 9535.
Quelque 4 134 mandataires et grossistes ont été recensés.
Les détaillants en alimentation générale qui commercialisent les fruits et légumes sont également inclus dans ce décompte. Ils seraient un peu moins de 13 000.
De manière générale, les commerçants spécialisés dans la vente des fruits et légumes ne représentent que 4% du total des commerçants inscrits au registre du commerce qui a atteint le nombre de 1 100 000. Ces derniers ne commercialisent que 40% de la production nationale des fruits et légumes (selon le ministre du Commerce), le reste, soit 60%, étant écoulé à travers le circuit informel.
Il est vrai qu’il n’existe que 48 marchés de gros seulement et qui’il faut en construire 20 autres pour combler le déficit.
Pour les marchés communaux de détail, ils sont au nombre de 880 seulement.
La répartition des grossistes est inégale à travers le territoire national et il y a en moyenne un grossiste pour 8 détaillants, mais dans certaines wilayas (Illizi, Ghardaia, Laghouat, Oum El Bouaghi, Béchar, Jijel, El Oued, Naâma, Tindouf, Tissemsilt, El Bayadh…) il n’y en a pas du tout ou très peu.
Par ailleurs, la production nationale a beau être excédentaire de 20%, le recours à l’importation reste inéluctable. Environ 1343 opérateurs implantés dans 35 wilayas importent ces produits agricoles.
Autres données : il existe un (1) commerçant pour mille habiatants (dans 60% des wilayas). Dans d’autres parties du pays (Tamanrasset, Djelfa, Mostaganem, El Bayadh, Khenchela, Béchar) la moyenne est d’un (1) commerçant pour 2 000 habitants. Ce ratio est triple à Adrar (1 pour 3000) et quadruple (1 pour 4000) à Illizi. Ces indications confirment que certaines régions du pays sont mal approvisionnées voire pas du tout en fruits et légumes.