Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Consommation de drogue - Détenus

Date de création: 24-05-2008 14:47
Dernière mise à jour: 28-07-2008 13:06
Lu: 485 fois


(Résultats d'une enquête réalisée , durant les quatre premiers mois de l'année 2006 au niveau de 101 centres de détention)

- Sur les 47 478 détenus interrogés, 6 015 ont déclaré être des consommateurs de drogue, ce qui représente 12,66% de la population carcérale.
- Ceux âgés entre 18 et 35 ans constituent 53,88% des drogués, suivis des plus de 40 ans, avec 43% des cas, puis des 28-40 ans , avec 25,74% des cas, et enfin des moins de 18 ans , avec 1,95% des cas.
- 40,42% des toxicomanes ont un niveau d'études moyen (Cem), 39,88% primaire, 10,96% secondaire et seulement 0,87% ont un niveau universitaire.
- Les célibataires représentent la catégorie la plus importante des drogués avec 77,24% des cas. Les jeunes mariés sans enfant viennent en deuxième position avec 12,43% des cas alors que les pères de famille ne constituent que 5,7% des cas.
- 44,42% des drogués viennent des grandes villes, 40% des petites villes et 15,58% des zones rurales.
- 54,24% ont été condamnés pour vol qualifié, 23,31% pour commerce et consommation de drogue, 12,54% pour coups et blessures, 6,61% pour homicide et 3,74% pour attentat à la pudeur.
- 56,69% des détenus drogués consomment les psychotropes, 37,3% fument du haschich, 1,32% la cocaine et 1,94% utilisent les injections.
- Les consommateurs irréguliers (non dépendants) constituent 61,85% des drogués
- 87,61% des détenus toxicomanes ont reconnu avoir commencé à se droguer avant leur incarcération, et 10,5% après leur sortie de prison, alors que seulement 2 ,33% durant leur incarcération.
- Comme causes du recours à la drogue, 48,07% invoquent les problèmes de pauvreté et de chômage. Les problèmes de famille (divorce, décès..) constituent 28,96% des facteurs déclenchants.
- 54,48% des détenus toxicomanes affirment, dans 54,48% des cas, s'être procurés la drogue auprès des médecins, dans 34,97% auprès des psychiâtres et dans 10,97% des cas auprès des psychologues.
- 84,92% des détenus interrogés ont expliqué le recours à la drogue par une fuite des problèmes, alors que 14,95% des cas ont plutôt estimé que c'est beaucoup plus pour se monter et " frimer ".
- 54,11% veulent arrêter la drogue, contre 45,89% qui refusent de suivre une cure de désintoxication.