Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Défense

Very influent personnality


Hamel Abdelghani:

2010 : - Agé de 58 ans  ( né en 1952 dans la région de Sabra dans la wilaya de Tlemcen) ,    général- major de l'ANP, promu à ce grade  le 4 juillet 2010, Abdelghani Hamel ,  est décrit , par ses proches et la presse, comme "un homme de terrain ayant le sens de la communication". On dit , aussi, qu'il maîtrise sa matière aussi bien en sécurité qu'en criminologie. " Personne dans les rangs de l'armée ne peut prétendre pouvoir lui apprendre les rouages des enquêtes".

C'est le premier DGSN de grade de général-major à être nommé à la tête de cette institution

Il a débuté comme officier de la gendarmerie où il a occupé plusieurs postes-cjlés au niveau du commandement de cette institution ainsi qu'un stage durant une année à l'Académie militaire en Egypte.

Il a également occupé le poste de Directeur de la sécurité publique , ainsi que le commandement du groupement de la wilaya de Ain Defla avant d'être promu au poste de commandant régional de gendarmerie d'Oran (de 2004 à 2005). Il a été promu général le 3 juillet  2006.

Durant trois années, il a été  responsable des Garde-frontières (GGF) avant d'être nommé , en 2008, au poste de commandant de la Garde républicaine.

 


Mediene Mohamed (dit Tewfik) :

2010 : - 70 ans   (né en 1940, à Bordj Bou Arréridj), Général de corps d'armée de l'Armée Nationale Populaire (ANP), directeur du Département Renseignements et Sécurité (DRS) depuis septembre 1989, il a été un des principaux collaborateurs de Chadli Bendjedid, alors chef de la IIè Région militaire d'Oran puis attaché de défense en Libye. Toujours discret (aucune photo récente de lui n'est disponible) , il reste un des hommes décisifs de la vie politique du pays.


Nezzar Khaled:

DEFENSE - KHALED NEZZAR - VIP

- 71 ans  en 2008 (né le 25 décembre 1937 à Thlet , près de Seriana/ Wilaya de Batna). Général-major à la retraite depuis 1994. Il a été chef d'état-major de l'Anp puis ministre de la Défense nationale. Il a été un partisan de l'arrêt du processus électoral en décembre 1991 et parmi les initiateurs du Haut Comité d'Etat , la plus haute instance après la démission du président Chadli Bendjedid. Il s'était opposé au second mandat présidentiel de A . Bouteflika. Il a publié plusieurs ouvrages, dont le dernier, en janvier 2010, sur la participation de l'Armée algérienne aux combats sur le front égyptien en 1967 et en 1973..

NOTE: - Suite à une plainte pour "crimes de guerre et violations des droits de l'homme" déposée par deux Algériens, militants de l'ex-Fis,  "réfugiés" en Suise, il est auditionné par la justice helvétique jeudi et vendredi 20 et 21 octobre 2011.

En 2002, il a été visé par une plainte déposée le 28 juin à Paris par neuf Algériens pour "tortures et traitements cruels , inhumains et dégradants". Le 4 juillet suivant, le parquet de Paris a classé l'affaire en raison de l'absence d'éléments graves ou concordants reposant sur le général Nezzar au regard de cette plainte.

- Mardi 31 juillet 2012, le Tribunal pénal fédéral suisse estime  (communiqué) que le général-major à la retraite Khaled Nezzar ne pouvait bénéficier de l'immunité pour des actes commis entre 1990 et 1993. L'Ong Track Impunity Always (TRIAL) est à l'origine de l'ouverture de l'instruction judiciaire et tout ceci a pris son départ d'une démarche initiée par deux ressortissants algériens , bénéficiaires de l'asile politique en pays helvétique. Ces deux ressortissants avaient sollicité l'ONG Trial afin de porter plainte contre Khaled Nezzar pour "crimes contre l'humanité".


Vip - Forces spéciales de l'Anp:

 DEFENSE - VIP-  FORCES SPECIALES DE L'ANP

On savait qu’elles existaient mais, jusqu’ici, elles travaillaient dans la discrétion, gage d’efficacité en matière sécuritaire. Elles sont mises à contribution et en avant lors des évènements de  Tiguentourine/ Ain Amenas, lorsqu’un groupe de terroristes , venu du Sahel, avait pris en otage, les employés , algériens et étrangers, de la base pétrolière .L’assaut étudié des Forces spéciales de l’Anp neutralisa les terroristes et permis, sous l’oeil des caméras du monde entier, de démontrer l’efficacité du corps militaire spécialisé .........ce qui ne manquera pas d’attirer , par la suite , bien des jeunes, à la recherche d’action et de nobles missions. 

 Critiquées par certains milieux qui anticipaient sur le déroulement de l’opération de libération des otages à In Amenas ( NDLR: Site gazier de Tiguentourine, fin janvier 2013) , les unités spéciales de l’ANP ont  donné une leçon de professionnalisme, mais aussi de sacrifice . Tantôt assimilées aux militaires russes présentés d’ailleurs comme leurs mentors, tantôt qualifiées de «brutes incompétentes», ces troupes sont composées de jeunes Algériens, pour certains recrutés parmi les majors de promo, formés en Algérie et dotés de compétences avérées en partie grâce à l’expérience de deux décennies de lutte contre le terrorisme. Elles ont fait leurs preuves à plusieurs reprises dans des opérations d’assaut contre les groupes du GIA, du GSPC et d’AQMI. Leurs exploits médiatisés sont loin de ceux frappés du sceau du secret.

 

Il existe trois types d’unités spéciales.

La première et la plus ancienne est le Groupe d’intervention spécial (GIS) composé de militaires. La seconde unité est le Groupe d’intervention rapide (GIR). Il s’agit d’une unité d’élite sélectionnée et en partie formée par la Gendarmerie nationale.

La troisième unité est la force des troupes spéciales aéroportées. Elle est formée, à Biskra, aux arts martiaux, au maniement des armes et surtout au tir. Ce sont en général des tireurs d’élite qui ont une grande maîtrise d’eux-mêmes. Ils sont plutôt formés à l’art de la guerre et des missions de guerre et connus sous l’appellation de Kouksoul.

Les trois unités des forces spéciales subissent le plus gros de leur formation à l’école de Biskra, mais les éléments de chacune d’elles peuvent bénéficier de stages de courte durée à l’étranger, dans le cadre de la coopération ou de la spécialisation dans certaines disciplines très pointues. Ces formations entrent en général dans le cadre des mesures d’accompagnement des contrats d’achat d’armement ou d’équipements militaires. Il s’agit, entre autres, de séjours de formation aux Etats-Unis, en Allemagne, en Italie, en Russie, en Grande-Bretagne et en France. Pour d’anciens militaires, les éléments des unités spéciales «sont tous formés par l’école militaire algérienne. Leur savoir-faire et leurs compétences ont été acquises à Biskra, mais aussi dans cette grande école qu’est le terrain».

VIP 2013, n° 3 (www.almanach-dz.com)