Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Sports

Very influent personnality


Vip 2011 - Zenagui Nadjet :

SPORTS - VIP 2011 - ZENAGUI NADJET

23 ans, native de Ain Témouchent,  issue d'une grande famille de sportisfs (le père est un ancien champion de boxe),  c'est la première femme algérienne devenue arbitre internationale de la FIBA (baskett).

Ayant découvert le baskett à l'âge de 13 ans, elle fera partie , tour à tour , de l'OMS, du COUS, de l'IRJO et de l'ASUC

Elle a commencé à officier en 1999, tout en enseignant l'anglias à l'école d'agriculture .


Allik Said:

- 61 ans, il est réélu président de l'USM Alger en février 2009 pour un mandat de quatre ans. Il assure cette présidence depuis 1993. Le club , sous sa direction a décroché plusieurs titres ausi bien en football qu'en d'autres disciplines. En football, cinq Coupes d'Algérie et  quatre Championnats  (entre 1995 et 2005)


Benmaghsoula Samia:

SPORTS - VIP 2011

Ancienne DTN de natation, conseillère au minsitère de la Jeunesse et des Sports, consultante à la radio  nationale. Remarquée pour son style direct et sans détour

 


Berraf Mustapha :

- 58 ans en 2008,  président du Comité Olympique Algérien (COA). Ancien joueur et ex-président de la Fédération algérienne de basket-ball, ancien directeur de la Résidence d'Etat Moretti-Club des Pins, mais aussi député du Rassemblement national démocratique (RND), il préside depuis plusieurs années le Comité olympique algérien (COA). En novembre 2010,  (en memê temps que l'ex-premier ministre tunisien Mohamed M'Zali, à titre posthume )  il est décoré de l'Ordre du Mérite olympique international , la plus haure distinction décernée par le CIO. Il est déjà Chevalier du CISM et détenteur de l'Ordre du mérite de l'Association des Comités Nationaux Olympiques.

A note qu'il a été élu, pour la troisième fois, en 2009, à la 1ère vice-présidence des Comités olymopiques Africains (ACNOA) .


Boulmerka Hassiba:

Haddad Soraya:

- 24 ans en 2008 (née le 30 septembre 1984 à El Kseur /Bejaia), judoka, médaillée de bronze aux Jeux Olympiques de Pékin en août 2008.
C'est à l'âge de dix ans qu'elle a commencé à fréquenter les tatamis. Déjà, dans la catégorie des moins de 48 kg, durant les Jeux Olympiques d'Athènes , elle avait terminé à la neuvième place, et une année après, lors des Mondiaux seniors d'Egypte , elle avait glané une médaille de bronze. Deux années plus tard, elle change de catégorie et passe chez les 52 kg où elle ne tardera pas à s'affirmer. Elle est devenue, avec sa médaile (la première de l'équipe algérienne présente à Pékin) , l'idole des jeunes filles et des femmes en particulier aux côtés de Hassiba Boulmerka qui, bien que retirée  dans les affaires, reste encore présente dans les esprits et les coeurs des Algériens.

Samedi 19 décembre 2009, Soraya Haddad reçoit, à Dakar, le prix d'Honneur décerné tous les deux ans par la Fondation sénégalaise Abdou Diouf Sport Vertu (FADSV) aux athlètes africains qui se sont illustrés , par leurs performances , dans les hautes compétions internationales et mondiales.


Hannachi Mohand :

2010:

- 60 ans en 2010, président de la Jeunesse Sportive de Kabylie (JSK).
Le palmarès du club est impressionnant : treize titres de champion de 1re division, quatre coupes d'Algérie et sept trophées africains, qui en font le club le plus titré du pays. Ancien défenseur central de la JSK, il a fini par en devenir le président.

Provocateur, jouant sur le registre régional, il n'hésite pas , en 2010, à entrer en conflit avec le président de la Faf...avec l'Entv...et avec des journalsites à qui il refuse l'accès au stade ou aux conférnce de presse. L'échec de son équipe  , en octobre 2010 en demi-finale de la Ligue africaine des champions face au TP Mazembe du Congo, après des succès face aux clubs égyptiens, ne le démoralise pas.


Larfaoui Mustapha:

- 76 ans en 2008 il est élu le 22 juillet 2005, pour un cinquième mandat de 4 ans , président de la Fédération internationale de natation (FIN) dont il est le président depuis 1988. il était le seul candidat et sa candidature était appuyé par les Etats Unis et les pays européens.

Ancien basketteur et ancien joueur de water-polo, il est le fondateur de la Fédération algérienne  de natation  (FAN)  dont il est le président de 1963 à 1983 et du Comité olympique  algérien (COA) dont il fut le président.

En décembre 2005,il a été désigné personnalité de l'année par la presse sportive nationale.en 1998.

- Fin juilet 2009, Mustapha Larfaoui n'est pas réélu à la présidence de la FINA

 


Madjer Rabah:

- C'est le sportif algérien le plus populaire en Algérie et le plus connu dans le monde, tout particulièrement après ses exploits avec l'équipe nationale ..et ,surtout , avec l'équipe de Porto (Portugal)  avec laquelle (grâce à un but d'anthologie), il a remporté une Coupe d'Europe...puis la coupe intercontinentale...Il est , en 2008, consultant auprès d' Al Djazira.


Menadi Aissa:

- Il est , en 2008, député indépendant au sein de l'Assemblée populaire nationale...tout en demeurant président du club sportif l'Usm Annaba qui, grâce à lui , est remontée en 2007 , en première division de football après quelques années en division inférieure. Dirigeant syndicaliste à la Sns, il avait su faire accepter (et négocier, tout particulièrement les départs à la retraite et les compressions de personnels) la venue de Mittal Steel (devenu Arcelor Mittal par la suite) par les travailleurs du complexe sidérurgique. Il s'est, ,en quelque sorte, imposé comme seul interface. Il a , aussi , poussé l'entreprise à "sponsoriser" le football, sport populaire de la région, mobilisant ainsi toute une masse de jeunes à la "recherche d'une gloire perdue". 


Morceli Noureddine - Vip -Sondage Aps 2012 :

SPORTS – MORCELLI NOUREDDINE-VIP-SONDAGE APS 2012 

Noureddine Morceli, champion olympique et quadruple champion du monde en 1500 mètres, a été désigné , en décembre 2012, lors du sondage APS, à meilleur athlète du cinquantenaire (1962-2012), au vu de son palmarès impressionnant réalisé dans les années 1990.

L’enfant de Ténès, né le 28 février 1970, a réussi à marquer de son empreinte le sport national au début des années 1990.

Véritable successeur de l’ancien champion marocain, Said Aouita, Morceli a survolé le demi-fond à l’échelle mondiale, devenant l’une des stars incontournables de l’athlétisme aux côtés d’autres champions de son époque, à l’image de l’Américain Carl Lewis et l’Ukrainien Sergei Bubka.

Vainqueur de quatre titres de champion du monde du 1 500 mètres, dont un en salle, de 1991 à 1995, Morceli devient le premier athlète algérien masculin à remporter un titre olympique, sur cette même distance, lors des Jeux olympiques de 1996, à Atlanta. Il établit par ailleurs sept records du monde (cinq en plein air et deux en salle) sur des distances allant du 1 500 m au 3 000 m. Il est élu athlète de l’année en 1994.

Noureddine Morceli découvre l’athlétisme à l’âge de sept ans en suivant à la télévision le parcours de son frère aîné, Abderrahmane Morceli, champion d’Algérie du 1 500 m, qui se classe quatrième de la Coupe du monde des nations à Montréal.

A douze ans (1982), le jeune Noureddine participe à sa première compétition de course à pied, une épreuve de masse de 3 km le long de la plage de Ténès. Il remporte son premier titre national cadet de cross-country en 1986, et détient déjà des records prometteurs sur le demi-fond avec 1 min 50 s au 800 m et 3 min 50 s 7 au 1 500 m.

1991, l’année de la consécration internationale

L’année 1991 reste à jamais gravée dans la mémoire de Morceli, lui avait décroché son premier titre internationale, ô combien mérité après de gros sacrifices.

A l’occasion des championnats du monde en salle à Séville (Espagne), Morceli obtient son premier succès international en catégorie senior. Il domine l’épreuve du 1500 m en 3 min 34 16, devançant au final de plus d’une seconde l’Espagnol Fermin Cacho.

Quelques jours auparavant, l’Algérien avait établi le premier record du monde de sa carrière, toujours sur la piste couverte de Séville, en 3 min 34 s 163. Invaincu sur 1 500 m lors de la saison estivale, réalisant notamment à deux reprises deux chronomètres proches des 3 min 31 s, il figure parmi les favoris à la victoire finale lors des Championnats du monde en plein air de Tokyo.

Le 1er septembre 1991, Noureddine Morceli décroche son premier titre mondial en bouclant son 1 500 m en 3 min 32 s 84, devançant largement Wilfred Kirochi (3 min 34 s 84) et Hauke Fuhlbrügge (3 min 35 s 28).

Cinq ans plus tard, et l’occasion des jeux olympiques JO-1996 d’Atlanta, Moceli décroche le titre en 1500 m devant le Marocain, Hicham El Guerrouj, détenteur de la meilleure performance mondiale de l’année en 3 min 29 s 05, et qui allait dominer par la suite l’épreuve reine de l’athlétisme.

Morceli décroche son premier titre olympique et devient le premier sportif algérien masculin titré dans cette compétition, le même jour que son compatriote Hocine Soltani, vainqueur du tournoi de boxe dans la catégorie poids légers.

La brillante carrière de ce champion d’exception prend fin au terme des JO 2000, à Sydney, où il termine douzième et dernier de sa demi-finale.

 il a raccroché les pointes au lendemain des jeux Olympiques de Sydney, en 2000. Depuis, il dirige une école d'athlétisme à Chlef, ville dont il est originaire.


Moutoussamy Léa- Vip - Sondage Aps 2012:

SPORTS- MOUTOUSSAMY LEA - VIP - SONDAGE APS 2012

 

 Plus jeune escrimeuse dans l’histoire de la discipline à prendre part aux jeux olympiques, l’escrimeuse algérienne Léa Melissa Moutoussamy, mérite amplement à ce titre le sacre de meilleure athlète espoir de l’année 2012 que lui a accordé unanimement la presse nationale dans le cadre du traditionnel sondage qu’organise chaque année l’APS depuis 1977.

Cette jeune et prometteuse sabreuse de 15 ans, aujourd’hui, avait validé son billet pour les JO-2012 de Londres en dominant une adversaire de 17 ans son aînée lors du tournoi de qualification régional (zone Afrique).

Née le 18 octobre 1997 à Paris, Moutoussamy qui a choisi de défendre les couleurs algériennes en septembre 2011, n’a cessé depuis d’engranger les titres.

Médaillée d’or lors du championnat méditerranéen de Porec (Croatie) en janvier dernier, elle trustera les titres au cours de cette année én s’adjugeant le titre arabe en mars à Alger avant de récidiver un mois après à Casablanca en se parant di titre continental.

Des consécrations annonciatrices de lendemains radieux pour la jeune escrimeuse d’Ivry qui réussira brillamment à se qualifier pour le plus grand rendez-vous planétaire de Londres.

En dépit de sa défaite en 16emes de finale face à la Russe Sofya Velikaya, championne du monde en 2011, la jeune Lea n’a aucunement été impressionnée touchant par 6 fois avant de s’incliner par (15 touches à 6).

Une entrée en matière positive pour la sabreuse nationale qui garde les pieds sur terre en dépit d’une notoriété grandissante, "Dans chaque compétition je regarde les meilleures, j’observe leurs attitudes, leurs techniques et j’essaie d’apprendre le plus possible, je suis encore jeune mais je compte bien m’illustrer lors des prochains JO de Rio2016", affiche sereinement ses prétentions la nouvelle îcone de l’escrime national.


Raouraoua Mohamed:

2011
- Haut fonctionnaire dans le secteur de l'Information, ancien DG de l'Anep, il a été commissaire général de " l'Année de l 'Algérie en France " puis président de la Fédération algérienne de football. Par la suite, tout en étant versé dans les affaires, il participe activement aux activités de la Fifa ainsi que des Fédérations arabe et africaine de football. Le 16 février 2009, il est rééelu , à l'unanimité et à main levée (il était le seul candidat) à la présidence de la FAF.C'est grâce à ses efforts que l'équipe nationale de football a réussi à se qualifier à la phase finale de la CAN 2010 en Angola et à la phase finale de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Sa notoriété a cru avec son attitude ferme à l'endroit des dirigeants égyotiens de football après le "traquenard" du Caire juste  avant le match retour du 14 novembre 2009,  le bus des joueurs ayant aété"caillaissé". Il a , par la suite, refusé , en public, de serrer la main du président de la Fédération égyptienne de football.

Mercredi 23 février 2011, il est élu au comité exécutif de la Fifa, instance suprême du football mondal en récoltant le plus gros score (39 voix des 53 fédérations sportives de l'AG de la CAF) . Il y 4 représentants de la CAF au sein de la FIFA.

Début 2013, il est élu à la tête de la FAF pour un quatrième mandat , étant le candidat unique. Plébiscité, il est en même temps "attaqué "par le quotidien Mon Journal de Hicham Aboud qui publie toute une "enquête" sur sa carrière et sa fortune ....et sur sa manière de gérer la fédération de football , au moment où des dossiers sur la corruption de fontionnaires algériens et de hauts commis de l'Etat sont "divulgués"


Saâdane Rabah :

En 2009

- 63 ans en 2009 , entraîneur-sélectionneur de l'Equipe nationale seniiors de football
On lui a  longtemps reproché la débâcle des " Fennecs " lors de la Coupe du monde de football au Mexique en 1986. Mais, vingt ans plus tard, il a été rappelé au chevet des "Verts", absents depuis des années des grandes compétitions internationales. Sa mission : les qualifier pour pour la CAN et le prochain Mondial, en Afrique du Sud, en 2010. C'est ce qu'il a fait  fin 2009 en battant , entre autres, en match barrage à Khartoum, l'équipe nationale d'Egypte.Il est devenu, ainsi, l'homme de l'année 2009.

Rabah Saâdane est, dans le classement mondial des sélectionneurs "mondialistes" 2010 , 27ème avec un salaire brut annuel de 245 000 euros, le premier  étant Fabio Capello avec 8 800 000 euros.


Serrar Abdelkrim:

- Ancien joueur de football de l'Entente sportive de Sétif (ESS) durant toute sa carrière. Il en est devenu président et a décroché deux titres de Champion arabe des clubs champions.

En décrochant la Coupe de l'Unaf en décembre 2010 à Sétif contre l'équipe d' An Nasr  Benghazi, il a son  8è titre en tant que président, et le 7èbtitre international.


Vip - Haimoudi Djamel:

  SPORTS - VIP -  HAIMOUDI DJAMEL

Deux mois après avoir été sacré meilleur arbitre africain de l'année 2012, lors de la remise, le 21 décembre 2012,  des Glo-CAF Awards à Accra (Ghana), par la Confédération africaine de football (CAF),  devancant  deux autres arbitres, le Sénégalais Badara Diatta et le Tunisien Slim Djedidi.  L'international algérien Djamel Haïmoudi a  confirmé tout le bien que pensent de lui les responsables de la Confédération africaine de football (CAF) en dirigeant d'une main ferme la finale de la CAN 2013 ayant opposé dimanche dernier (10 février 2013)  le Nigeria au Burkina Faso (1-0).

 
Agé de 41 ans, Djamel Haïmoudi a effectué une excellente saison 2012 avec notamment une participation à la Coupe du Monde des clubs au Japon. Il a eu l'honneur de procéder à l'essai de la nouvelle technologie (goal-ball) lors du match d'ouverture du Mondial des clubs. Il a également officié la finale aller de la Ligue des champions d'Afrique 2012 entre Al Ahly (Egypte) et l'ES Tunis (1-1) disputée le 4 novembre dernier à Alexandrie. Haïmoudi succède à l'ivoirien Noumandiez Doue, sacré meilleur arbitre africain en 2011. Le natif de Relizane, figure également dans la short-list de la fédération internationale de football (FIFA) pour la Coupe du monde Brésil 2014.
D'ailleurs, le président de la commission fédérale d'arbitrage de la FAF, Belaïd Lacarne, est bien placé pour livrer ses impressions sur le fait que Haïmoudi soit désigné arbitre de la finale: «C'est un honneur pour l'arbitrage algérien et pour le football algérien. C'est une première dans les annales de la CAN, qu'un arbitre dirige le match d'ouverture et la finale dans un même tournoi. Les membres de la commission des arbitres de la CAF ont jugé que Haïmoudi mérite amplement de diriger la finale.», avait  déclaré Belaid Lacarne. «C'est amplement mérité après une bonne année 2012.
Haïmoudi est un type qui travaille beaucoup et fait des recherches dans le domaine de l'arbitrage. C'est une bonne récompense. il n' y a que le travail qui paye. Je suis content pour lui», a t-il ajouté. Quant au concerné lui-même, il a confié à la veille de la finale à la presse algérienne: «Je suis quelqu'un d'ambitieux. J'ai beaucoup travaillé pour arriver à ce niveau"

Je peux vous dire que depuis que j'ai commencé à arbitrer en 1988, j'attends cette occasion. C'est 25 ans d'attente.  J'ai eu un très bon rendement durant les matches que j'ai dirigés dans cette CAN. Après Côte d'Ivoire-Nigeria, j'ai senti que j'étais plus proche que jamais de la finale. Je n'ai pas été déçu, puisque la commission d'arbitrage, que je remercie au passage, a placé sa confiance en moi. Je suis prêt physiquement et mentalement. Mon objectif est d'être juste dans mes décisions et de faire en sorte que les gens oublient qu'il y a un arbitre sur le terrain et se concentrent uniquement sur le jeu.»

A noter que c'est Abdelkader Aïssaoui qui a été le dernier arbitre algérien à avoir dirigé une finale de la Coupe d'Afrique des Nations en 1972 au Cameroun. Mais, c'est bel et bien Djamel Haïmoudi qui est l'unique arbitre à avoir assuré aussi bien le match d'ouverture que celui de la finale d'une phase finale de la CAN.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

43 ans, arbitre international de football. Arbitre la  finale CAN 2012 en Afrique du Sud Nigeria-Burkina Faso  ,  le match Espagne –Tahiti en coupe Confédérations juin 2013 au Brésil, la  petite finale coupe de Confédérations (Uruguay/Italie).Arbitre la finale aller de la Ligue des champions africaine du 3 novembre 2013 qui a opposé Orlando Pirates d’Afrique du Sud au Ahly du Caire . C’est sa troisième finale de la Ligue des champions africaine après celles de 2008 et 2012. Présélectionné pour le Mondial brésilien de 2014.  Désigné ,par la Caf, meilleur arbitre africain 2013

 

VIP 2013, n° 12,(www.almanach-dz.com/société/personnalités)

 


Vip - Madjid Bougherra :

SPORTS - VIP- MADJID BOUGHERRA 

Joueur professionnel  exerçant à l’étranger (Glasgow Rangers puis, actuellement,  Lekhwiya au Qatar, un club de 1ère division , entraîné par Eric Gerets …,) , capitaine de l’équipe nationale de football depuis déjà 2010  ( Mondial en Afrique du Sud). Défenseur, Il a réussi, grâce à son but marqué à la 49è mn, à Blida, lors du match retour ,  contre l’équipe du Burkina Fao, à qualifier l’Algérie pour la phase finale au Brésil en 2014.  A 28 ans, « Magic »   Bougherra, déjà icône publicitaire, se consacre aussi à des œuvres caritatives algériennes auprès d’enfants handicapés

VIP 2013, n° 5 (www.almanach-dz.com/société /personnalités)


Vip - Albert Ebosse Bodfjongo:

 

SPORTS - VIP - ALBERT EBOSSE BODFJONGO 

Joueur de football d’origine camerounaise à la JS Kabylie, 24 ans.  Il a marqué 22 buts toutes compétions confondues (saison 2013-2014) . Joueur vedette et populaire et devenu presque un enfant du pays  ……il décède samedi 23 août 2014, à la fin de la rencontre, à la sortie du terrain et  juste avant l’entrée dans la galerie menant aux vestiaires, lors d’ un jet de pierres par des supporteurs déçus de la défaite de leur club (1-2) face à l’USM d’Alger au stade de Tizi -Ouzou. Il venait d’avoir son premier enfant, née en Algérie. Et, il allait faire partie de la sélection nationale des Lions Indomptables (1ère sélection)

VIP 2014, n° 13, (www.lamanach-dz.com)


Vip - Equipe nationale de football:

 

SPORTS - VIP - EQUIPE NATIONALE DE FOOTBALL 

Pour sa brillante participation au Mondial 2014 au Brésil et pour sa qualification à la CAN 2015 après quatre rencontres d’affiliée remportées . Avec son  staff , et tout particulièrement le gardien de but Rais M’bolhi ainsi que la Faf et l’entraîneur Halilhodzic

VIP 2014, n° 10, (www.almanach-dz.com)    


Vip 2013 - Mca - Maarif Rachid:

SPORTS – VIP 2013 - MCA - MAARIF RACHID

 

" Son nom n’a jamais autant circulé comme ces dernières années. Malheureusement, pour lui, on disait beaucoup plus de mal de lui que de bien. Et pour cause, c’est la période la plus triste de l’histoire du Mouloudia qui a vu son nom défrayer la chronique. Pourtant, il n’assumait aucune responsabilité officielle. Mais il était le maître à bord et rien ne se faisait chez le doyen des clubs algériens sans sa volonté. 

Ce maître à bord a pour nom Maarif Rachid.  Un nom inconnu chez les vieux Mouloudéens qui ont connu les Drif, Balamane, Zoheir Abdellatif, Laggoune, sans parler des Djazouli, Derriche, Kasbadji et Hassena pour ne citer que ceux-là. Le nom de Maarif est apparu à l’ombre de Drif quand s’était posée la question du retrait du Mouloudia d’Alger du giron de SONATRACH. 

Directeur du protocole à la Présidence, Maarif profite de ce poste pour jouer au décideur tout en étant derrière le rideau. Jouer le rôle de pouvoir occulte si cher à certains politiciens qui ont mené l’Algérie à partir d’un cabinet noir où les décideurs tenaient le pouvoir sans assumer la moindre responsabilité. Ce rôle, Maarif  le joue au Mouloudia. Mais  il le joue mal. Très mal, en causant beaucoup de tort au Mouloudia. Il fait mal au Mouloudia au point où il place un repris de justice aux commandes du club alors qu’il n’était qu’un simple chauffeur qui trouvait un malin plaisir à conduire les dirigeants du vieux club algérois.

Pour Maarif, il n’y a aucun mal à ce qu’un chauffeur préside aux destinées du club puisque lui-même a fait son entrée au Mouloudia, dans les années soixante-dix, comme porteur du seau d’eau qu’on trimballait autrefois avec cette fameuse éponge magique qu’on passait sur la jambe, le cou, le tibia ou le crâne du joueur quand il reçoit un coup sévère qui le met à terre.  C’est Youcef Hassena qui l’avait ramené au Mouloudia en allant le chercher au café « Le Bristol » qui se trouvait en face de l’ancien siège de la FAF à la rue Emir Abdelkrim El-Khettabi. Un café fréquenté par les supporters de l’USMA dont il faisait partie.

Son entrée au Mouloudia l’avait aidé à trouver un emploi à la wilaya d’Alger grâce à feu Boualem Keddache dit « Tapyouka », l’un des dirigeants influents du Mouloudia d’Alger à cette époque. Il quittera la wilaya d’Alger pour occuper le poste de directeur de l’unité de la Société nationale de semoule (SEMPAC). Ainsi, il entame un parcours qui lui fera gravir les échelons en passant par le ministère du Turisme, la direction de l’EGT Sahel avant de se retrouver secrétaire d’Etat au Tourisme. Une fois limogé de ce poste, il connaîtra une pénible traversée du désert.

Comme le Mouloudia lui a mis le pied à l’étrier de la fonction publique dans les années soixante-dix, le doyen des clubs viendra de nouveau à son secours par le biais de l’association El-Mouloudia créée sur une idée du président historique des années soixante-dix, Abdelkader Drif, et le capitaine des champions d’Afrique des clubs, le Dr Zoubir Bachi. Deux éminentes personnalités du grand Mouloudia d’ Alger qui avait écrit les plus belles pages de l’histoire du football algérien.

Il profitera de sa présence au sein de l’association El-Mouloudia pour établir sa feuille de route qui lui permettra de renouer avec les hautes sphères du pouvoir. Il n’y a pas meilleur tremplin que le Mouloudia pour se propulser haut, très haut. Et ça n’avait pas raté. Rachid Maarif est directeur du protocole à la Présidence de la République et ensuite ambassadeur d’Algérie à Rome. Ces fonctions lui servent, alors, pour écarter Drif et Bachi et s’introniser « président d’honneur » du Mouloudia. 

Sous la conduite du président d’honneur, les déboires se multiplient pour le doyen des clubs algériens jusqu’à se retrouver le seul club SDF en Algérie, endetté jusqu’au cou et ses dirigeants se chamailler comme des chiffonniers à chaque assemblée générale pour terminer sa trajectoire dans les bras d’un dealer repris de justice qui s’est taillé un poste sur mesure. A défaut d’être président, il est coordinateur de section. Mais il fait la pluie et le beau temps sous le parapluie du parrain, Rachid Maarif.

Ce parrainage, Omar Ghrib, le fameux coordinateur de section, le met à profit pour fouler au pied toutes les lois, se montrer d’une insolence inouïe envers tous les représentants de l’Etat pour finir par faire poireauter durant une heure tout le gouvernement et à sa tête le Premier ministre Abdelmalek Sellal ainsi que tous les corps constitués dont celui de l’armée. C’était, retenons bien la date, un 1er mai 2013 à l’occasion du déroulement de la finale de la Coupe d’Algérie qui opposait le Mouloudia d’Alger à son voisin l’USMA ".

                                                            ©HICHEM ABOUD (article publié mardi 7 mai 2013, in Mon Journal)


Vip- Slahdji Abdelmalek:

 

SPORTS- VIP - SLAHDJI ABDELMALEK 

 Né en 1983, gardien de but de l’équipe nationale de hand ball ,  il  a , grâce à ses exploits , permis à son équipe de décrocher, à Alger, le titre de championne d’Afrique des Nations …en battant la Tunisie ,grande favorite, en finale. ..et de décrocher la qualification en Coupe du Monde . Onze fois champion d’Afrique avec le GS pétroliers, trois fois Super coupe d’Afrique, 3è Coupe du monde , 11 fois Coupe d’Algérie, 6 fois Ligue des champions d’Afrique….Un long et fastueux palmarès

VIP 2014, n°14 (www.almanach-dz.com)  


Yefsah Djâafar:

- Fonctionnaire depuis plusieurs décennies, il est , en 2008, conseiller auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports.  Ancien international de hand-ball, il  est devenu l'homme de toutes les situations difficiles et l'organisateur des grandes manifestations sportives (dont les 9è Jeux sportifs arabes en 2005 et les 10è Jeux africains en 2007) . Il a occupé plusieurs postes de responsabilité. En janvier 2010, il est désigné Inspecteur général au ministère de la jeunesse et desSports après avoir été un certain temps DG de l'INFS/STS de Dély Inbrahim (Alger)


Ziani Karim :

- 26 ans en 2008 , footballeur professionnel  . Arrivé en 2007 à l'Olympique de Marseille, le milieu de terrain met également son talent au service de la sélection nationale.