Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Ide

Date de création: 24-05-2008 14:30
Dernière mise à jour: 24-05-2008 14:30
Lu: 604 fois


Selon la Banque mondiale, en février 2005, les stocks d'investissements directs étrangers détenus par la France en Algérie depuis 2002, dernière année disponible, correspondent à 144 millions d'euros. Ils font de l'Algérie le 75ème pays d'investissements français. Cependant, en termes de flux, il apparaît qu'en 2003, l'Algérie est devenue le 50ème pays pour les Ide français avec 21 millions d'euros, comme en 2002 (68ème rang).
L'accord de conversion de la dette signé le 17 décembre 2003 veut être à le fois un moyen d'alléger une partie de la dette de l'Algérie vis-à-vis de la France (61 millions d'euros), mais aussi un outil d'encouragement de l'investissement français en Algérie. Cette enveloppe a été portée à 288 millions d'euros dans le cadre de l'aide-mémoire sur le partenariat et le développement signé à Alger le 27 juillet 2004 par les ministres des Finances.
Début 2005, on compte plus de 180 filiales d'entreprises françaises, dont 60% de bureaux de représentation, activant dans de nombreux secteurs, notamment l'agroalimentaire (Danone, Bel, Lesaffre), l'électricité (Schneider), la pharmacie (Laval, Sanofi-Aventis), l'automobile (Peugeot, Citroen, Renault), les transports (Cma-Cgm), les banques (Société générale, Bnp, Natexis Banques populaires, Calyon, Cetelem), les hydrocarbures (ici, la présence est modeste , avec Total)….
Selon des sources gouvernementales algériennes, en février 2005, les entreprises françaises installées en Algérie étaient, avant 2000, 130. En 2004, les nouvelles implantations d'élevaient à 185. Le chiffre a cru de 11 nouvelles entreprises en 2005.
Au total, 325 entreprises françaises, dont 169 dans les services, sont installées, en février 2005, en Algérie.
On a enregistré, à fin novembre 2004, 57 projets d'investissements français d'un montant de 65 millions d'euros. Au cours des trois derniers mois, six joint-ventures ont été créées, entre entreprises françaises et algériennes, s'engageant sur un investissement de 18 millions d'euros.