Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Blogueurs algériens contestataires (4)- Opinion S.Oukaci (I/II)

Date de création: 24-03-2021 11:17
Dernière mise à jour: 24-03-2021 11:17
Lu: 13 fois


 

COMMUNICATION-OPINIONS ET POINTS DE VUE- BLOGUEURS ALGERIENS CONTESTATAIRES (4)/OPINION S. OUKACI (I/II)

 

"Les blogueurs Algériens les plus en vue du moment doivent leur notoriété à leur opportunisme"

© Pr Sabri Oukaci, expert en  communication /El Watan ( de Fb, 23 mars 2021)

 

 

 

Actifs sur les réseaux sociaux, tels que Facebook, YouTube et à moindre échelle Twitter, les bloggeurs algériens les plus en vue du moment doivent leur notoriété à leur sens aiguisé de l’opportunisme qui leur a permis de surfer sur la vague de contestation populaire et d’exploiter le vide de communication laissé par les pouvoirs publics.

Si leurs rendez-vous virtuels sur internet accueillent des dizaines de milliers de visiteurs quotidiennement, c’est parce qu’ils se présentent comme une «opposition politique fiable» se qualifiant d’adversaires du régime.

En qualité d’universitaire et expert en communication, j’ai pu suivre l’évolution de ce phénomène qui a pris de l’ampleur ces dernières années, alimenté, il faut le dire, par les carences communicationnelles de l’administration algérienne.

Contribuant pour certains directement avec des médias à l’étranger ou repris par des sites le plus souvent hostiles à l’Algérie, ces «fantaisistes» du Net, qui font office de bouffons du Roi, sont largement manipulés par des intermédiaires proches de puissants clans du pouvoir, engagés dans une guerre pour le partage de la rente.

Propagandistes mercenaires

Ces propagandistes mercenaires ont réussi à capter l’attention de nos concitoyens en partageant leurs délires complotistes et en diffusant des informations parcellaires et inexactes qu’ils reçoivent, les revendiquant comme le résultat de leurs propres investigations ou les présentent comme la conséquence de la sympathie qu’ils auraient suscitée auprès de certains membres actifs dans le pouvoir politique et militaire en Algérie, ceux-là mêmes qu’ils sont censés combattre. Certains des informations exclusives et inédites qu’ils reçoivent sur des faits de corruption, d’injustice, d’abus et d’atteintes aux libertés, qui peuvent d’ailleurs être véridiques, ils ne prennent jamais le soin de vérifier la source et l’origine des accusations contenues dans leurs diatribes monnayées ni même donner la possibilité à ceux qu’ils attaquent impunément, le soin de se défendre.

Et c’est ce qui est le plus inquiétant. Ces apôtres du gain facile et à l’égo démesuré souffrent tous de leurs misérables conditions d’exilés et d’un manque de reconnaissance lié principalement à leur échec et à une carence intellectuelle et académique évidente, qu’ils tentent de combler en s’acharnant chaque jour sur l’Algérie, à coups d’intox et de mensonges. Nous ne sommes plus devant un problème qui relèverait de simples traumatismes psychologiques ou de refoulement et frustrations ayant engendré une réaction haineuse et violente de ces individus envers un pays qui focaliserait pour eux l’origine de leur mal-être. Il faut se résoudre à accepter que nous avons là affaire à des personnes atteintes d’un réel désordre psychologique, trahis par les troubles obsessionnels du comportement développés et bien visibles durant leurs prestations surjouées et faussement passionnées.

Chaque démenti des pouvoirs publics venu invalider leurs trahisons est pour eux victoire, chaque démonstration de preuve par les institutions algériennes contre leurs vils agissements est pour eux une nouvelle occasion de crier au scandale avant de se réfugier derrière une insupportable et humiliante campagne de victimisation. Car faire parler d’eux, est là leur seul fonds de commerce.

Délire complotiste, divagation propagandiste, élucubration populiste, tout y passe jusqu’au plus horrible des mensonges, le plus scélérat des chantages et la plus abjecte des menaces.

Installés exclusivement à l’étranger, ces «experts en tout» ignorent totalement les règles les plus élémentaires du journalisme, mais se présentent tout de même comme un contrepoids médiatique au gouvernement algérien.

Dépourvus des règles de déontologie professionnelle et de la rigueur morale qu’exige la profession, ils estiment incarner un service d’utilité publique, apportant à leur auditoire l’information que les responsables algériens leur cacheraient, mais qu’eux seuls détiendraient. Si ce n’est du délire, on se demande bien devant quel autre trouble nous serions.

J’ai pu approcher quatre de ces bloggeurs que sont Said Bensedira, Larbi Zitout, Amir Dz et Abdou Semmar, en leur faisant croire que j’élaborais un livre qui évoquait leurs parcours de militants des droits de l’homme. Un piège que leur personnalité égocentrique n’a pu éviter !

Concernant le natif de la petite ville de Birine dans la wilaya de Djelfa, j’ai pu recueillir les confidences de Saïd Bensedira, qui se réclame être journaliste forcé à l’exil, en raison de son engagement politique anti-pouvoir. Sauf qu’il est en fait proche de certains cercles influents au sein du régime algérien et ne s’en est jamais caché dans les nombreux entretiens que j’ai pu tenir avec lui, bien au contraire.

Saïd Bensedira affirme lui-même qu’il doit sa popularité aux révélations et aux injonctions qu’il reçoit, de la part de «très hauts officiers de l’Armée».

Niveau intellectuel limité

D’un niveau intellectuel assez limité, Bensedira se distingue par les thèmes et sujets redondants qu’il étale dans ses vidéos, durant lesquelles il menace, le plus souvent de manière burlesque, des citoyens algériens, des gouvernements ou des Etats.

Usant d’un faible champ lexical qui le contraint à recourir à des répétitions cadencées et à des anaphores populistes, le bloggeur Bensedira n’a pour unique but que de tromper la vigilance de cette masse populaire tombée dans le piège du conspirationnisme excessif, pensant ainsi apprendre sur internet des informations qui relèvent du secret d’État !

Je me suis longtemps posé la question de savoir pourquoi ses followers (suiveurs) ne s’étaient jamais demandé ou étaient les fameux soutiens que Bensedira avait dans l’Administration algérienne, lorsqu’on lui avait fermé toutes ses pages et chaînes vidéo sur les réseaux sociaux ?

Les contacts de très haut niveau dont il se targuait n’auraient-ils pas pu lui éviter la condamnation à 10 années de prison prononcée à son encontre par la justice algérienne ?

Mais nous ne sommes pas face à une paradoxalité qui serait propre à sa seule personne.