Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Guerre/De Gaulle/ Moyens militaires

Date de création: 19-03-2021 17:53
Dernière mise à jour: 19-03-2021 17:53
Lu: 12 fois


HISTOIRE- ENQUETES ET REPORTAGES- GUERRE/DE GAULLE/MOYENS MILITAIRES

 

©Extrait étude de Djaffar Lamani, Le Quotidien d’Oran, jeudi 18 mars 2021

 

 

« ……………………..Aussi, la solution militaire adoptée par de Gaulle a été caractérisée par ces fameuses opérations militaires ……………. et qui ont été lancées dès son arrivée au pouvoir en 1958.

Elles ont été marquées, d'une part, par un gigantisme jamais égalé, d'autre part, par leur nombre. En comparaison avec la période allant de 1954 à janvier 1958, leur nombre a doublé de 1958 à 1960 avec de Gaulle.

Elles furent grandioses, par leur ampleur et leur étendue dans l'espace et le temps: puisqu'elles n'ont pas cessé de couvrir, d'Est en Ouest et du Nord au Sud, l'ensemble du territoire national.

L'ampleur de l'une d'elle : l'opération « Jumelles » peut donner une idée de la volonté, et de la décision bien ancrée, de la France et de de Gaulle à venir définitivement à bout du FLN.

Le PC de cette opération « Jumelles », installé au sommet de l'Akfadou en Kabylie, et baptisé « Artois », ne comptait pas moins d'une dizaine de généraux.

Celle-ci, déclenchée en juillet 1959, a eu le privilège de la visite d'inspection du général de Gaulle lui-même le 30 août 1959. Et devant prendre fin en septembre 59, elle se prolongera jusqu'en avril 1960. Il faut retenir cette inspection qui fut à l'origine du fameux discours de septembre 1959.

Il s'agissait, pour ces opérations, de la mise en branle de toute une armée, l'armée française, membre de l'OTAN, dont les moyens humains et matériels étaient incommensurables, supérieurs à ceux des Algériens comme l'indiquent les quelques chiffres concernant les forces en présence.

Moyens Humains se répartissaient ainsi :

- Les forces françaises écrasantes représentaient: 520 000 militaires, 80 000 police, gendarme, CRS 180 000 harkis, GMS, GAD, ainsi que 130 000 Territoriaux, soit 910 000 hommes sans tenir compte du fait que tous les Européens étaient armés.

Nous remarquerons que ces forces avaient augmenté de 40.000 militaires dès l'arrivée de de Gaulle. En effet, il y avait 480.000 militaires, selon Chaban-Delmas, le ministre de la Défense du gouvernement précédent, qui comparaît cette force écrasante à celle dérisoire de l'ALN. Aussi triomphaliste, il affirmait déjà : « l'affaire est dans nos mains ».

De Gaulle dut, lui-même, un peu plus tard, affirmer devant les opposition et réticence des militaires à lui libérer le champ politique, que l'armée compte là-bas (en Algérie), 100.000 soldats de plus que n'en avait, de son temps, Napoléon à sa disposition, pour conquérir toute l'Europe. Et encore que Napoléon ne disposait pas de la supériorité de l'aviation comme en disposait l'armée française contre l'ALN. (*)

En face de ces forces écrasantes, le FLN ne disposait, pendant les périodes les plus fastes, que de 50 000 moujahid, 30 000 fidas et moussebeles, soit 80 000 dans le meilleur des cas.

La supériorité est également patente en matière d'états-majors et d'encadrement comme en matière de matériel, d'armement et de technologies :

o les troupes françaises ne comptaient pas loin de 100 généraux, 600 à 800 colonels et 1 300 à 1 500 commandants, 7 000 capitaines, 16 000 lieutenants, tous formés dans leurs grandes écoles militaires.

o Pour l'ALN, toujours dans le meilleur des cas, on pouvait compter : 6 colonels, une vingtaine de commandants, une cinquantaine de capitaines, 120 lieutenants, tous formés dans et sur le tas (au maquis), Notons ici que ces forces ne concernaient que ceux engagés sur le sol algérien tant pour le FLN que pour la France.

o Pour le matériel et l'armement, il ne peut être moins dit.

- La France disposait de près de 2 000 avions, 300 à 400 hélicoptères, près de 100 000 véhicules (de la moto au char). Les véhicules étaient munis d'armes lourdes. La marine restait en action sur toute la longueur des côtes maritimes et participait activement et de concert à ces opérations.

N'oublions pas enfin que, en tant que membre de l'OTAN, la France pouvait utiliser des forces de l'organisation atlantique.

-En face, du côté de l'ALN, des fusils de guerre ou de chasse et quelques centaines de pièces 24 FM ou 30 US constituaient l'essentiel du matériel de guerre.

La supériorité des forces en effectifs, armement, logistique, communication et media du colonisateur était si écrasante qu'on ne peut, sans pudeur, prétendre que le FLN a été battu au cours de cette guerre.