Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Femme rurale

Date de création: 24-05-2008 14:30
Dernière mise à jour: 24-05-2008 14:30
Lu: 539 fois


Selon une étude, relative à la participation de la femme rurale à la vie économique et sociale , menée par le Ceneap dans les wilayas de Jijeel et de Tizi-Ouzou, 88% sont au foyer et ne se déplacent que très rarement, c'est-à-dire par nécessité.
Avec près de 40% , les déplacements pour raison de santé demeurent cependant le plus fréquents, suivis des déplacements familiaux qui rerésentent 34,7% et enfin pour les courses qui constituent 18% tandis que les autres motifs de déplacements (vente de production, affaires administratives…) sont insignifiants.
Selon l'étude, le déplacement mensuel est le plus fréquent et il concerne 29,6% . Il est suivi par le déplacement trimestriel (16,8%) et semestriel (12,5%). En revanche, elles sont à peine 7% de femmes rurales enquêtées qui effectuent des déplacements hebdomadaires. La densité du réseau routier et le prolifération des moyens de transport, notamment pour la wilaya de Tizi-Ouzou, ont largement contribué à faciliter la mobilité de la femme rurale.
Pour l'accès aux moyens d'information, les femmes rurales de la wilaya de Jijel privilégient par exemple la télévision nationale (53,4%). La source d'information émanant des manifestations et autres cérémonies (les fêtes) ainsi que des voisins vient en deuxième position avec plus de 25% , et de la radio en troisième position avec 17,5%. La presse écrite, quant à elle, n'est pratiquement pas lue et concerne seulement 1,2% des femmes. En Kabylie, la femme est plutôt branchée sur la radio (45,6%), plus particulièrement la Chaîne II, devant la télévision (39,2%) soit plus de 84% pour ces deux médias lourds qui constituent le moyen d'information le plus prisé dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Les voisins et les manifestations et cérémonies constituent, par ailleurs, des occasions de s'informer pour 14,2% des femmes rurales alors que le recours à la presse écrite est insignifiant (0,3%).
A propos de l'utilisation de l'argent et de la participation de la femme rurale à la décision, près de 50% des femmes sondées à Tizi-Ouzou déclarent percevoir elle-mêmes l'argent isssu des produits de leurs activités et utilisent elles-mêmes leurs ressources, chose qui traduit une certaine autonomie finançière. Ce qui n'est pas le cas à Jijel où 57% des femmes rurales sont contraintes de verser leurs revenus au fonds familial.