Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Mohand Oulhadj

Date de création: 14-03-2021 16:47
Dernière mise à jour: 14-03-2021 16:47
Lu: 10 fois


HISTOIRE -PERSONNALITES- MOHAND OULHADJ

 

Mohand Oulhadj ( «Amghar» (le sage)  surnommé par l’armée française le «Vieux renard» pour son intelligence)

rejoint les rangs de l’ALN dès le déclenchement de la glorieuse Révolution de Novembre 1954 aux côtés de Krim Belkacem, Amirouche Aït Hamouda, Abane Ramdane et autres.

Après le Congrès de la Soummam, il est promu sous-lieutenant, chef de la Région IV (Azazga) de la Zone 3, Wilaya III, puis commandant politique de la Wilaya III. Après la mort du colonel Amirouche, il sera nommé par le comité de coordination et d’exécution (CEE), colonel, chef de la Wilaya III et cela jusqu’à l’indépendance.

Dans un  livre  « Si Mohand Said raconte Amghar », écrit par le fils de Mohand Oulhadj Akli Mohand Saïd, lui-même ancien officier de la Wilaya III, relève au sujet des circonstances dans lesquelles a eu lieu la succession au colonel Amirouche : «Etre à la tête de la Wilaya III durant la période 1959-1960 n’était pas une tâche facile. La région a été secouée par des événements qui ont affecté sensiblement son unité.

La Wilaya III allait vivre des conditions très difficiles. Le plan Challes visant à anéantir la lutte armée a débuté en février 1959», ajoutant qu’«en 1960, Si Mohand Oulhadj a fait prévaloir sa sagesse et son intelligence légendaire pour paralyser le plan du général de Gaulle qui visait à neutraliser les Wilayas III et IV à travers la Paix des braves».

Du parcours révolutionnaire de Mohand Oulhadj, on retient également qu’il fut le premier à hisser symboliquement le 5 juillet 1962 le drapeau algérien à Sidi Fredj et avait prononcé un discours historique en tamazight. Mohand Oulhadj a assumé le commandement de VIIe Région militaire (1962/1964). En 1966, il est membre du secrétariat exécutif du FLN et membre du conseil de la Révolution à partir de 1967 et cela jusqu’à sa mort en 1972.

Une statue a été érigée (mi-mars 2021)  au chef-lieu de la commune de Bouzeguène, à l’est de Tizi Ouzou.

L’idée de réalisation de cette  œuvre a été conçue par l’artiste-sculpteur Baziz Hammache et elle  émane de l’association qui porte le nom de ce combattant de l’ALN décédé le 2 décembre 1972.