Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Communication présidentielle

Date de création: 08-03-2021 19:18
Dernière mise à jour: 08-03-2021 19:18
Lu: 25 fois


COMMUNICATION- FORMATION CONTINUE- COMMUNICATION PRESIDENTIELLE

Voici les trois règles d’or qu'il devra respecter pour ce type d'intervention.

1 / Préparer les lieux et verrouiller avec soin le déroulé

S’il y a une chose que les communicants détestent, c’est l’imprévu. Gardiens farouches de l’image de leur "client", leur rôle consiste à sélectionner, orchestrer et trancher pour s’assurer que rien, ni personne, ne puisse bousculer la stratégie qu’ils ont mis des mois à établir. L'objectif de l'intervention de ce soir ? Montrer un "Président au travail", combatif, posté derrière son bureau. "Le souhait du président de la République était de changer par rapport aux autres années et d'être au travail dans son bureau" explique un réalisateur de l'émission . Derrière lui des techniciens s'affairent pour monter les projecteurs et régler tous les détails de la mise en scène. "Le problème, c'est qu'on va aller nous reprocher l'horloge, un livre. Il y a des émissions qui vont faire des zooms sur la montre, donc on essaye de faire attention à ça pour que l'on se concentre sur le fond, et pas du tout sur la forme. Il faut oublier la forme simplement passer le message qu'on est dans le bureau du Président qui travaille pour les fêtes". Certes, le fond doit primer, mais les communicants accordent un soin tout particulier au décor. Une fois passée la retransmission, seules quelques secondes seront diffusées dans les différents JT et sur les chaînes d'information continue pour être décryptées. C’est donc l'arrière-plan qui va frapper l’inconscient des récepteurs et signifier visuellement la stature d'homme d'Etat du Chef.

2/ Blinder le fond et répéter

De son côté, le Président, acteur principal de la pièce à venir, devra répéter son intervention avec son conseiller. Tout comme Churchill se pliait à l'exercice afin de faciliter ses prises de parole, lui qui était bègue. Une phrase maladroite et c'est immédiatement un précédent en politique. Une situation à impérativement éviter. D'ores et déjà, les médias spéculent sur les annonces qui seront prononcées lors de l’ intervention : bilan des réformes engagées et annonces à venir ? Retour sur l'actualité de l'année et notamment les drames des jours écoulés ? Les paris sont lancés. Pourtant, ces interrogations ne sont que celles des commentateurs. Les citoyens  veulent, d'abord et avant tout, comprendre ce qu'il se passe, savoir si le Président, par exemple,  est sûr de lui, s'il sait où il va -et où donc nous allons- et s'il peut nous annoncer quand il y aura des résultats. 

3/ Live-tweeter et surveiller les premières réactions 

Les journalistes politiques et autres commentateurs de tout bord ne manqueront pas de live-tweeter l'intervention pour faire part de leurs analyses à chaud. En bon communicant, le boss  publiera depuis le compte Twitter du Palis  pour accompagner la parole présidentielle sur les réseaux. En observant ce qu'il se dit en temps réel lorsque vous êtes communicant, non seulement, vous pouvez prendre le pouls de ceux qui vont colorer l'opinion les prochains jours, mais également préparer vos éléments de langage pour gagner un peu de temps sur l'agenda médiatique et les critiques qui ne manqueront pas d'être formulées.

De toute façon ,vous ne couperez pas aux détournements qui seront légion. Car , ce n'est pas une cravate bien nouée ou des voeux bien ficelés qui vont changer fondamentalement la perception des publics.