Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Technologie et innovation- Rapport Cnuced 2020

Date de création: 27-02-2021 18:28
Dernière mise à jour: 27-02-2021 18:28
Lu: 13 fois


INFORMATIQUE- ETUDES ET ANALYSES- TECHNOLOGIE ET INNOVATION - RAPPORT CNUCED 2020

L’Algérie occupe la 98e position selon un classement évaluant 158 pays dans le domaine de la technologie et de l'innovation, élaboré par la Conférence des Nations unies sur  le commerce  et  le  développement (Cnuced), publié jeudi 25 février 2021 .

L’Algérie est devancée notamment par la Tunisie, classée à la 60e place, le Maroc qui pointe au 76e rang et l’Égypte qui se positionne à la 87e position. Afin d’évaluer les capacités nationales d’utiliser, d’adopter et d’adapter ces technologies de  manière équitable, les auteurs  du  rapport ont élaboré un indice dit de “l’état de préparation”.

L’indice  comprend  cinq  éléments  de  base :  la  diffusion  des technologies d’information et de la communication (TIC), les compétences, la recherche et développement, l’activité industrielle et l’accès au financement. L’Algérie a réalisé de piètres performances sur trois composantes de l’indice. En effet, en matière d’activité industrielle notre pays pointe à la 152e place.

L’Algérie  occupe  le  120e rang  concernant  la  diffusion  des  technologies de l’information et de la communication et la 119e position en matière d’accès au financement.  L’Algérie affiche, relativement, de bons résultats sur le plan de la recherche et du développement.

Elle occupe la 68e place en  ce  domaine  et  la  80e  position  concernant les compétences.  D’après cet indice, les pays les mieux préparés sont les États-Unis, suivis de la Suisse, du Royaume-Uni, de la Suède, de Singapour, des Pays-Bas et de la République de Corée.

Certains pays en transition et pays  en  développement  sont  également bien classés, comme la Chine qui arrive au 25e rang et la Fédération de Russie au 27e rang. La plupart  des  pays  les  moins  préparés  se  trouvent  en Afrique subsaharienne et figurent en général parmi les pays en développement. 

Avec moins de 1% du produit intérieur  brut (PIB), selon la Banque mondiale, les  dépenses  consacrées  aux  activités  de  recherche  et  développement demeurent extrêmement faibles en Algérie.

L’innovation, pilier des entreprises les plus performantes dans le monde, n’est pas encore la  priorité  de  l’entreprise  algérienne, faute  de  recherche  et  de développement.

Ainsi,  il  s’agit,  aujourd’hui,  avec  notamment  la  création  récente  d’un département ministériel dédié à l’économie de la connaissance et aux start-up, de fixer les objectifs permettant aux entreprises, en particulier, et à l’économie nationale,  en  général,  de  hisser  leurs  niveaux  de  productivité  et  de compétitivité.

Pour rattraper leur retard, la  Cnuced  exhorte  les  pays  en  développement à adopter des technologies de pointe tout en continuant à diversifier leurs bases de  production  et  en  maîtrisant  les  nombreuses   technologies  existantes.
Ces pays doivent renforcer leurs systèmes d'innovation.

Les pays en développement  devraient  également  aligner  leurs politiques en matière de science, de technologie et d'innovation  (STI) sur  leurs  politiques industrielles. “Les nouvelles technologies peuvent redynamiser les secteurs de production  traditionnels  et  accélérer  l'industrialisation  et  la  transformation structurelle de l'économie”, a  estimé Shamika N. Sirimanne, directrice  de  la division technologie et logistique de la Cnuced.