Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

L'Interview/ Glossaire

Date de création: 26-02-2021 19:36
Dernière mise à jour: 03-03-2021 18:34
Lu: 36 fois


COMMUNICATION- FORMATION CONTINUE- L’INTERVIEW/GLOSSAIRE

 

Propos officiels  : On the record (Le journaliste peut les reproduire INTEGRALEMENT en les attribuant nommément à leur auteur)

Propos officieux : On background (Les propos peuvent être utilisés mais sans les attribuer nommément , ni citer la fonction ou le titre…On utilise une formule sur laquelle on est préalablement tombé d’accord : « Selon une source bine informée.. », «  Aux dires d’un expert.. », «  Selon un haut fonctionnaire du gouvernement… » «  Selon un spécialiste … »)

Propos totalement officieux : On deep background (Ici, le journaliste peut utiliser les informations que vous lui donnez, Mais sans en citer de quelque façon l’origine. Tous les propos peuvent être utilisés, mais sans citation directe ni attribution d’auteur)

Propos confidentiels : Off the record (Ils sont destinés à la seule information PERSONNELLE du journaliste et ils ne peuvent être EN AUCUN CAS utilisés ou reproduits ou portés à la connaissance du public. Le journaliste s’interdira de faire état de cette information auprès d’une autre source dans l’espoir d’en obtenir une confirmation officielle, car cette sorte de promesse de confidentialité a la force d’un contrat écrit. Tout en sachant que connaître l’arrière-plan de l’affaire peut permettre de mieux la comprendre). A noter que le journaliste est en droit de refuser la démarche , estimant que l’informateur abuse de cette démarche, MAIS il doit le dire avant à l’interviewé

IL EST EVIDENT que chaque démarche doit être CONVENUE et/ou ANNONCEE clairement au journaliste interviewer AVANT chaque interview et même avant chaque information classée surtout dans les trois derniers niveaux. Ne pas le faire, c’est courir le risque de voir vos propos tous classé au niveau 1 (on the record).

En Algérie, ces règles , bien que connues, ne sont pas encore bien assimilées , tout particulièrement par les jeunes journalistes et/ou par les décideurs et managers , ce qui a entraîné une multitude de déboires et conflits presse-organismes et créé un climat de méfiance.

C’EST POUR CELA que lorsqu’on s’exprime devant les médias , il est préférable de le faire à titre OFFICIEL et sans peur de voir son nom cité/ Le moyen le plus sûr est de partir du principe que ce que l’on dit au journaliste se retrouvera dans le journal. Et, c’est particulièrement vrai lorsqu’on ne connaît pas le journaliste à qui on a affaire……c’est à mesure que l’on développe ses relations avec les journalistes, on apprendra à connaître ceux avec lesquels on peut parler en toute liberté.