Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Etudiants Algériens en France 2019- Rapport Campus France 2021

Date de création: 14-02-2021 17:55
Dernière mise à jour: 14-02-2021 17:55
Lu: 7 fois


EDUCATION-ETRANGER-ETUDIANTS ALGERIENS EN FRANCE 2019-RAPPORT CAMPUS FRANCE 2021

Le  nombre  d’étudiants  algériens  inscrits  dans  les  universités françaises a connu une augmentation de 44% entre 2013 et 2018.

L’Agence  nationale  française  d’accueil  des  étudiants  internationaux, Campus France, vient de publier un rapport exhaustif qui rend compte de  l’évolution  des  inscrits  d’origine  étrangère  dans  les établissements supérieurs  en  France. Cette étude révèle que les étudiants algériens  figurent  parmi les effectifs qui ont connu les plus fortes augmentations.

Entre 2013 et 2018, leur nombre a augmenté de 44%. Avec 31 196 inscrits en 2019, les Algériens arrivent aussi en  seconde  position  en  termes d’effectifs après les Marocains (41 729) et devant  les  Chinois (28 436). Ils représentent actuellement 9% des étudiants étrangers. 

Toutefois, Campus France note que la croissance du nombre des inscrits en provenance d’Algérie  s’est  ralentie, avec +2%  d’inscriptions  seulement en 2018. 

Bien que des statistiques précises (par pays d’origine) pour l’année 2020 ne soient pas encore  disponibles, de  premières  estimations  montrent  que le contexte sanitaire a eu un impact très négatif  sur  le  volume  des  arrivées. Selon Campus France, le nombre de  visas délivrés  aux  nouveaux  inscrits étrangers dans les universités françaises a chuté de 20% en 2020.

La pandémie de coronavirus a également ralenti le rythme  des  opérations de délivrance et de renouvellement des titres de séjour-étudiant. La lenteur et la dématérialisation des démarches compliquent la vie des demandeurs, dont les Algériens. 

Ces  difficultés  faussent  aussi l es  objectifs  du  gouvernement  français  de rendre la France plus attrayante pour les  étudiants  étrangers, conformément au  programme  “Bienvenue  en  France”,  du  ministère  de  l’Enseignement supérieur.  Cette volonté s’exprime  d’ailleurs   par  le  nombre  des  titres  de séjour-étudiant (91 000) délivrés en 2019.

Celui-ci a dépassé pour la première fois le volume  des  titres  de  séjour pour motifs familiaux, économiques ou humanitaires (88 700). Un peu  moins de la moitié  des  étudiants  étrangers  arrivent  d’Afrique.  En 2018, 6 606  titres de séjour ont été délivrés aux Algériens, contre 11 282 aux Marocains. 

Selon Campus France, les filles constituent  un  peu  moins  de  la  moitié  du nombre des inscrits en provenance d’Algérie. 49% des nationaux sont inscrits à l’université,  dont 44% en sciences et 28% en lettres  et  langues, 32% sont dans des écoles d’ingénieurs et le reste suit des études de  commerce.  Sans surprise, 79% des étudiants algériens à  l’étranger  sont  en  France. 1,9% a choisi de s’expatrier au Canada.

Quasiment la même  proportion   de nationaux se trouve  en  Arabie saoudite, aux Émirats  arabes  unis  et au  Royaume-Uni. Dans  son  rapport,  Campus France observe que  l’Algérie, en revanche, ne constitue pas une destination importante pour les étudiants étrangers.  De son côté, le Maroc figure dans le top 25 des pays privilégiés par les Français. 

“Le Maroc est une destination émergente pour les étudiants français. Leur nombre a été multiplié par neuf en cinq ans, grâce à l’ouverture de campus délocalisés  et  de  filiales  d’établissements  français  dans  le  pays,  au développement d’accords de double diplôme et à la création d’établissements orientés vers la recherche”, note le rapport.

La  précarité  pousse  des  étudiants  algériens  à  vouloir  quitter  la  France à cause  de  la  détérioration  de  leurs  conditions  de  séjour  en  France, des étudiants algériens cherchent  par  tous  les  moyens  à  revenir  en  Algérie, momentanément ou de manière définitive.

Sur la page facebook de l’association Ecaf (Étudiants  et  cadres algériens en France), des messages de jeunes filles et de garçons totalement désespérés sont publiés tous les jours.  Leurs  auteurs  veulent  s’informer  des  modalités d’inscription  sur  les  listes  de  rapatriement, afin  de  retourner   dans  leurs familles. 

…………… ;;;;;;;;;La   précarité  qui  touche  les  Algériens  est  partagée  par  la  majorité  des étudiants en France, qu’ils soient étrangers ou pas. Par désespoir, quelques-uns ont choisi de mettre fin à leur vie. En août dernier, un jeune de Béjaïa, inscrit dans une université de la Rochelle, à l’est de la France, s’est suicidé en se jetant de la fenêtre de son logement étudiant.

Pour faire face à la situation précaire des étudiants, le gouvernement français a fini par prendre des mesures, comme  la  facturation  des  repas  à  un  euro dans les restos U,  la  distribution  de  chèques  pour  des  accompagnements psychologiques, ainsi que le gel des loyers dans les résidences universitaires.