Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Sapeurs pompiers/Interventions 2019

Date de création: 02-02-2021 18:06
Dernière mise à jour: 02-02-2021 18:06
Lu: 8 fois


SANTE- PREVENTION- SAPEURS POMPIERS/INTERVENTIONS 2020

Les sapeurs-pompiers sont de plus en plus sollicités par les femmes enceintes en difficulté, en ces moments de crise sanitaire et durant les intempéries.
Selon une étude analytique menée par le capitaine Mourad Yousfi, chargé de communication à la sous-direction des statistiques et de l’information de la DGPC, 285 bébés sont nés dans les bras des pompiers, dont 138 en ambulance durant les évacuations sanitaires. Les accouchements se sont tous déroulés normalement sans aucune complication et tous les bébés se portent bien. Selon l’étude, il s’agit de 144 bébés de sexe masculin et de 141 de sexe féminin qui ont vu le jour, grâce aux «sages-pompiers», alors que 147 accouchements ont eu lieu à domicile. La wilaya de Relizane vient en tête des régions ayant enregistré le plus grand nombre d’accouchements par les pompiers, avec 28 cas, suivie de Médéa, avec 18 accouchements, Biskra (16 cas), Jijel, Mostaganem (13 cas), M’sila, Skikda (10 cas), alors que 11 accouchements inopinés ont été enregistrés dans les wilayas de Tiaret, de Blida et de Bouira, et 12 à Chlef. Le même nombre a été enregistré à Constantine, 9 à Laghouat et 8 à Tlemcen. Les DPC de Mascara, d’Aïn Defla et de Khenchela ont effectué chacune 7 accouchements inopinés en 2020, suivies des wilayas de Ghardaïa, d’Aïn Témouchent et de Souk Ahras, avec 6 cas chacune. Pour Djelfa, Tizi Ouzou, Bordj Bou-Arréridj et El- Bayadh, les sapeurs-pompiers ont effectué 4 accouchements dans chacune de ces wilayas. Dans la capitale, l’on recense 3 cas, de même pour la wilaya de Tindouf. Selon l’étude, ces accouchements ont été menés par les éléments de la PC à travers 44 wilayas. Aucun accouchement inopiné n’a été enregistré dans les wilayas de Guelma, Boumerdès, Béjaïa et Tissemssilt.

Intempéries, zones d’ombre...  les pompiers présents

Suite aux intempéries qui avaient provoqué la coupure de plusieurs axes routiers, les citoyens ont fait appel à la Protection civile, à quoi s’ajoutent les mesures de confinement sanitaire. Plusieurs citoyens ont sollicité l’aide et l’assistance des sapeurs-pompiers, notamment dans les zones d’ombre où la maternité la plus proche est à plusieurs kilomètres. Cela explique la hausse des accouchements à domicile. L’étude fait état de 24 cas à Relizane et 17 autres à Médéa dans des localités enclavées. À Constantine, 10 mamans ont accouché à la maison, grâce aux pompiers, 11 à Chlef et 8 à Bouira et Laghouat. Biskra a recensé 15 accouchements à domicile. À Alger, l’intervention des sapeurs-pompiers a permis la naissance à domicile de trois bébés. «Les accouchements se sont déroulés dans de très bonnes conditions, nous n’avons enregistré aucune complication, les éléments de la PC se sont rendus chez les familles pour s’enquérir de l’état des mamans et de leurs bébés. Les accouchements menés avec succès démontrent l’efficacité et la qualité de la formation des sapeurs-pompiers en matière de prise en charge de ce genre de situation», affirme le chef du bureau de l’information à la DGPC, le capitaine Nassim Bernaoui.

Pic des accouchements inopinés en mai

L’officier explique que les unités de la Protection civile ont enregistré, durant les premiers mois de 2020, 17 naissances en janvier, février et mars. Le pic a été enregistré en mai, avec 40 naissances, 38 autres en avril, 31 en décembre, 26 en juin, 23 en juillet, 24 en août, 23 en novembre, 20 en septembre et 17 en octobre. Ces chiffres montrent que les sapeurs-pompiers sont de plus en plus sollicités par les femmes enceintes en difficulté durant le confinement sanitaire. Les mesures ont été renforcées progressivement, dont la suspension des transports urbains durant les week-ends sur l’ensemble du territoire. De ce fait, les pompiers sont également sollicités durant les week-ends et les fêtes, à l’instar de cette femme de Tipasa qui a accouché la veille de l’Aïd-el-Fitr et d’une autre à minuit à Souk Ahras. Le capitaine Bernaoui précise que des accouchements ont été menés à l’intérieur des ambulances par des agents des unités de la PC. D’autres ont été assistés par des médecins-pompiers, lors des interventions à domicile.
«Les agents sont formés à la gestion des accouchements, dans le cadre du module de secourisme du cursus de formation de pompier, essentiellement aux techniques d’un accouchement inopiné extra-hospitalier. Il s’agit d’une formation théorique et pratique, avec des exercices de simulation. D’autres ont été formés dans le cadre du paramédical ; des formations continues sont menées au niveau interne par des médecins de la PC, pour adapter leurs connaissances afin de mieux répondre aux besoins des populations, notamment dans les zones d’ombre», a-t-on déclaré.
La DGPC envisage d’améliorer la qualité des interventions, à travers un programme de formation de qualité, c’est l’une des orientations majeures du DGPC, le Colonel Boualem Boughelf, qui insiste sur la prise en charge des préoccupations prioritaires des citoyens, notamment dans l’extrême Sud et les zones d’ombre. «La préservation des vies humaines demeure une priorité majeure du commandement de la Protection civile», dit-il.