Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai Youssef Girard- "Une lecture de Malek Bennabi"

Date de création: 22-01-2021 18:44
Dernière mise à jour: 22-01-2021 18:44
Lu: 10 fois


CULTURE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH-ESSAI YOUSSEF GIRARD- « UNE LECTURE DE MALEK BENNABI »

UNE LECTURE DE MALEK BENNABI. Essai de Youssef Girard.Editions Alem El Afkar, Alger 2019, 650 dinars, 208 pages

 

Né en 1905 à Tébessa dans une famille originaire de Constantine, Malek Bennabi fit des études à la médersa d’Etat de sa ville d’origine avant de partir en France poursuivre des études d’ingénieur en électricité. Intellectuel bilingue, influencé par Ibn Khaldoun et F. Nietzsche, il est arrivé à maîtriser à la fois les références occidentales et les références arabo-musulmanes, ce qui en faisait, selon Anouar Abdel-Malek (1965)  « l’un des premiers philosophes sociaux du monde arabe et afro-asiatique de notre temps »

Durant plus de trente années (de 1936 à 1973, date de son décès à Alger ), il a écrit plus d’une vingtaine d’ouvrages et des centaines d’articles (dont plusieurs dans l’organe central du Fln, « Révolution africaine »).Il a forgé pas mal de concepts (dont celui de « colonisabilité ») et  produit beaucoup d’idées, tout particulièrement sur la culture, la civilisation et/ou la fonction des idées dans les processus sociaux.  Tout cela dans un cadre précis…..que beaucoup de ses « héritiers » occupent, tout particulièrement depuis les années 90 : la défense d’un Islam qui aurait retrouvé sa dynamique sociale originelle afin de lui permettre de refaire la civilisation musulmane. Rêve ou utopie ? Pour l’instant, sur le terrain, ce sont bien plutôt les idées radicales….allant jusqu’à la violence,  qui ont pris , ça et là, le dessus

Malek Bennabi, un philosophe de son époque….mais aussi un observateur critique qui a construit toute sa réflexion à partir de la situation sociale et politique du monde musulman de son époque, c'est-à-dire d’un monde vivant alors « sous le joug de l’Occident ». La grande question de l’époque : comment se sortir de la situation de dominé politique , économique et culturel ?

Il a, donc,entrepris, une longue (elle a duré jusqu’à son décès) analyse très intellectualisée et approfondie des situations et des autres « pensées » et thèses  en posant , à partir de la problématique de base, les questionnements principaux en  tentant d’y apporter des réponses : Abdelhamid Ben Badis et le mouvement réformateur algérien,les orientalistes européens, la société musulmane post-almohadienne,  l’orientalisme apologétique, le mouvement des  Frères musulmans, la posture apologétique de certains intellectuels musulmans , le phénomène de « surimposition » dans la production intellectuelle musulmane, les travaux ou écrits  de Mohamed Abduh, Mohammed Rachid Reda, Chakib Arslan, Anouar Abdel-Malek,…..ne s’arrêtant jamais de dénoncer « les idées mortes » et les « idées mortelles » et leurs partisans , sa critique s’apparentant, dans une certaine mesure , à celle formulée par ses prédecesseurs réformateurs à l’encontre des tendances traditionnalistes et occidentalisées .

 

L’Auteur :Historien spécialiste de l’Algérie contemporaine….ayant soutenu une thèse de Doctorat en Histoire (Université Paris VII) : « Nationalisme révolutionnaire et socialisation politique : le cas du Ppa-Mtld dans l’ancien département d’Alger, 1943-1954 »

Table des matières : Avant-propos/ Introduction/ IUne pensée dynamique/ II. Malek Bennabi et le mouvement de renouveau/III.Penser à partir de Malek Bennabi

Extraits « Les pensées naissent et se développent en interaction avec le vécu de chaque personne » (Malek Bennabi cité, p18), « Pour mener à bien sa mission, le monde musulman devait sortir de la posture apologétique pour regarder en face sa situation réelle et ainsi traiter les problèmes auxquels il était confronté.Il devait également sortir de son isolement pour prendre pleinement part aux affires du monde  » (p 79)

Avis :Bennabi ! Une pensée généreuse et sincère , une réflexion critique qui collait assez bien avec les réalités d’hier, celles de son temps….dont l’ « utopie islamo afro-asiatique ». L’auteur y croit, avouant « une lecture subjective de la vie et des idées de Malek Bennabi » ….On aurait tant aimé y croire, nous aussi .La déception a été bien grande.

Citations « Celui qui décrit une personne et son action le fait en fonction d’un regard singulier porteur de son identité individuelle propre » (p 97), « L’apologie , c’est la substitution de l’erzatz verbal au fait tangible, la substitution d’une réalité subjective à la réalité objective de ce milieu : c’est la tentative de justification de l’effondrement de ses forces morales et sociales.Et, cette justification qui s’opère de deux manières- soit par substitution du subjectif à l’objectif soit pas substitution d’un passé prestigieux à un passé déshérité – rend impossible une thérapeutique sociale (  Malek Bennabi, extrait de « L’Afro-asiatisme ». Sec, Alger  1992) (  p 137) ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------