Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Malek Ouary

Date de création: 22-12-2020 21:20
Dernière mise à jour: 22-12-2020 21:20
Lu: 41 fois


CULTURE- LITTÉRATURE- MALEK OUARY

Malek Ouary fait partie des écrivains talentueux qui sont, malheureusement, très peu connus en Algérie, leur pays. Pourtant, son apport à la littérature algérienne est indéniable. C'est un romancier qui a écrit des textes qu'on ne peut aucunement ne pas prendre en considération en évoquant un certain genre littéraire. Mais, en dépit de son œuvre considérable et importante sur le plan qualitatif (Ouary n'a écrit que trois romans), aujourd'hui, on ne risque pas de trouver ses livres dans les librairies algériennes.

Originaire de Kabylie, le regretté Malek Ouary a vu le jour le 27 janvier 1926 à Ighil Ali dans la wilaya de Béjaïa, la même région que la célèbre chanteuse et écrivaine Taos Amrouche et de Jean Amrouche.

C'est à Alger que Malek Ouary a suivi sa scolarité à partir du lycée et de l'université où son dévolu avait été jeté sur la littérature et la philosophie.

Ses études supérieures terminées, Malek Ouary devint enseignant de littérature française. Mais il ne tarda pas à épouser une autre profession très en phase avec son avenir d'écrivain: le journalisme. Il exerça alors à la section kabyle de l'Ortf d'Alger. Sa découverte de la richesse de la culture orale kabyle, notamment les contes, les chants et les poèmes anciens, l'ont poussé à s'intéresser beaucoup à cet aspect de la culture algérienne et à en faire une matière pour ses productions radiophoniques.

Il écrivait aussi dans des revues.

C'est en 1956 que son tout premier roman, "Le grain dans la meule", a été publié. Tout comme une bonne partie des écrivains, Malek Ouary s'inspira beaucoup des événements qui se déroulaient dans sa région natale en Kabylie pour l'écriture de ses romans.

Son second texte, intitulé "le Noël du petit cireur", paru en 1957, a été adapté en moyen métrage intitulé "Le rendez-vous de Noël". Son penchant pour tout ce qui a trait à la culture orale amazighe le poussa à effectuer des recherches ayant abouti à la publication de son livre "Poèmes et chants berbères de Kabylie". Ce livre a été édité pour la première fois en 1972.

Son deuxième roman a été édité en 1981; il porte le titre de "La montagne aux chacals". Quant à "La robe kabyle de Baya", il a été publié en 2000, soit une année avant son décès le 21 décembre 2001, survenu en France où il a vécu pendant des décennies. Il avait 85 ans