Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Hamra Krouha Mahmoud

Date de création: 11-12-2020 16:48
Dernière mise à jour: 11-12-2020 16:48
Lu: 20 fois


ENERGIE- PERSONNALITES- HAMRA KROUHA MAHMOUD

Le père de l'industrie pétrolière et gazière des Emirats Arabes Unis était tout simplement un Algérien, mais il n'etait pas le seul Algérien qui a monté de toute pièce l'industrie de ce pays du golfe.

La toute jeune ADNOC (Abu Dhabi National Oil Company)- les Emirats Arabes Unis n’était indépendant que depuis peu (la souveraineté britannique s’étant terminée en 1971) et venait juste de créer une société nationale pour diriger les négociations qui définiraient les droits et les obligations de chacun : l’État EAU, les investisseurs, les constructeurs, les exploitants, les banques et l’ADNOC elle-même. Les Emirats Arabes Unis ne trouvant pas de candidat expérimenté abou-dhabien pour diriger ce projet, choisit pour directeur général de l'ADNOC un jeune et brillant docteur en économie, un algérien, détaché de la Sonatrach (société nationale algérienne des pétroles), Mahmoud Hamra Krouha.

La Sonatrach détacha ensuite auprès de l'émirat une équipe composée, au départ, d'une vingtaine de cadres pétroliers de toutes les spécialités. Dirigée par un vice-président de l'entreprise nationale SOINATRACH, Mahmoud Hamra Krouha, cette mission durera treize ans (de septembre 1974 à juin 1987). Elle aidera à négocier les accords de partenariat avec les multinationales, à créer une Industrie pétrolière d'envergure et à mettre sur pied une compagnie pétrolière nationale, l'Abu Dhabi National Oil Company, qui deviendra plus tard l'une des plus dynamiques du Moyen Orient.

Mahmoud Hamra Krouha fils de Abdel Wahab et de Hamra Zineb, né le 4 Avril 1938 dans le Douar des Ouled Attia dans le massif de Collo dans la wilaya de Skikda. Il a suivi ses études universitaires de 1956 à 1962 en France. En 1964 Il rejoint l'équipe des jeunes cadres pionniers qui ont bâti la SONATRACH et qui étaient à l'œuvre pour nationaliser graduellement le pétrole et le gaz Algérien.

Tout a commencé en 1969 Cheïkh Zayed Ben Sultan Al Nahyane, fondateur de la fédération des Émirats arabes unis, qu’il dirigea de sa création le 2 décembre 1971, tenait à la création d’une compagnie pétrolière « nationale », sollicita « l’aide » de feu Houari Boumediene, le président algérien de l’époque.

Cheïkh Zayed, voulait « s’assurer » une indépendance vis-à-vis des compagnies pétrolières étrangères qui opéraient dans son pays. Bien entendu, Houari Boumediene ne pouvait pas dire non. Bien au contraire : le vœu de Zayed Ben Sultan est exaucé.

Agé à peine de 31 ans à l’époque, qu’est confiée « cette » mission qu’il réussira avec brio. Docteur en Economie de la Sorbonne, Mahmoud Hamra Krouha occupait durant cette année-là, le poste de directeur de la planification à la Sonatrach. Destination les Emirats Arabes Unis. Dans son projet, il se fait accompagner par d’autres cadres-ingénieurs de la Sonatrach.

Le 1er juin 1973, soit quatre ans après, la Abu Dhabi National Oil Company est née. Elle prend la relève des compagnies étrangères qui opéraient dans le pays jusqu’ici. Les années se succèdent est se ressemblent. Le Dr algérien a su se faire une réputation. Il a surtout mis sur pied, bâti une grande compagnie pétrolière et formé des générations de ses cadres. L’aventure s’achève en 1987, année durant laquelle Hamra Krouha est forcé à démissionner et rentrer dans son pays natal. Par manque d’archives, l’on ne saura peut-être jamais les raison d’une telle « ingratitude ».

Mahmoud Hamra Krouha n’est pas seulement le fondateur de la Abu Dhabi National Oil Company. Il est également l’un des experts ayant grandement contribué de par ses propositions dans le domaine des hydrocarbures, lors des accords d’Evian entre la délégation du FLN et la France coloniale.

Le 20 Aout 1997, à 59 Ans, à moitié paralysé, Mahmoud Hamra Krouha quitte ce monde (en France) pour un monde meilleur, sans trop faire de bruit lui qui ne s’était jamais remis de la perte de son fils, mort dans un accident de la circulation quelques années auparavant.

Un texte inédit de Ali El Kenz