Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai Christiane Chaulet et Faika Medjahed - "Viols et filiations...."

Date de création: 05-11-2020 18:24
Dernière mise à jour: 05-11-2020 18:24
Lu: 3 fois


SCIENCES- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ESSAI CHRISTIANE CHAULET ET FAIKA MEDJAHED- « VIOLS ET FILIATIONS…. »

VIOLS ET FILIATIONS. INCURSIONS PSYCHANALYTIQUES ET LITTÉRAIRES EN ALGÉRIE. Essai de Christiane Chaulet Achour et Faïka Medjahed (Préface de Dalila Morsly). Koukou Editions, Cheraga /Alger 2020, 195 pages, 800 dinars.

Un ouvrage qui se présente comme un « ouvrage –dialogue »qui s’écrit à partir de deux parcours de vie et de deux postures scientifiques et professionnelles différents …..mais tous les deux révélant , en creux, des connections : une expérience de rupture, un enracinement dans une histoire marquée par des séquences de violences extrêmes, un militantisme féministe et un travail intense pour penser une pratique, pour se « fabriquer » en tant que spécialiste du domaine professionnel et de recherche…

Deux parcours de vie….deux démarches qui se tissent autour d’une interrogation cardinale : « De quelles transmissions taiseuses avons-nous hérité , nous les Algériennes et Algériens pour laisser nos symptômes parler à notre place ? » .

Le travail de « détricotage »  présenté , absolument  nécessaire mais   délicat ,  va se faire à travers une approche assez originale , inaugurant , selon la préfacière, un champ et une méthode de travail qui doivent être poursuivis, amplifiés par d’autres chercheurs d’autres disciplines » :  des lectures de textes avec des récits de viol  ( articles de presse, romans, nouvelles…d’auteurs connus ou moins connus)  et des cures psychanalytiques (faisant émerger les souffrances liées au viol et celles liées à la filiation-affiliation…..ici, le poids du père guerrier (ou traître) , présent-absent, se faisant encore lourdement sentir dans notre société ).Une articulation étonnamment féconde , puisque des « fils complexes » de la vie sont démêlés….en bonne partie.

« Les textes analysés qu’ils soient littéraires ou issus des cures psychanalytiques , montrent bien les ratés, les dysfonctionnements et les entraves dans le collectif et dans les parcours individuels. Néanmoins , la voie vers autre chose est possible et les silences chahutés par des narrations multiples peuvent aider à lever la chape de plomb «  (Conclusion. Extrait.p 184))

Les Auteures : Cristiane Chaulet Achour est née à Alger en 1946. « Résidence entièrement algérienne de 48 ans….jusqu’à 1994 » et « la guerre de libération nationale ayant marqué de son sceau toute la famille » .Enseignante universitaire….marquée par Mostefa Lacheraf, Jacqueline Lévi-Valensi , Jamel Eddine Bencheikh et Renée Balibar. Nombreux travaux sur la littérature algérienne et sur l’ensemble des littératures écrites en français par des non-Français.

Faika Medjahed, née en 1950 à Constantine. Enfance (jusqu’à l’âge de douze ans) en Egypte. Chirurgien-dentiste de formation, venue à la psychanalyse au tournant des années 90.

Dalila Morsly est chercheure en socio-linguistique

Sommaire : Présentation/ Préface/Avant-propos/ Chapitre I : Des pratiques en contexte/ Chapitre II : Récits de viol (Analyses littéraires/ Cures psychanalytiques)/ Chapitre III : Filiation et transmission .Système patriarcal et parentalité (Analyses littéraires/ Cures psychanalytiques)/Conclusion/ Bibliographie

Extraits : « J’ai quitté une Egypte arabophone multi-culturelle, multi-cultuelle, colorée et bruyante à l’âge de douze ans , pour retrouver une Algérie francophone et austère « (F. Medjahed, p 16), « Comme tout penseur conséquent, comme tout écrivain qui ne fait pas de concession à la facilité, comme tout intellectuel ayant un bagage culturel impressionnant, Mostefa Lacheraf ne se lit pas comme on lit un polar » (Christiane Chaulet-Achour, p 39)

Avis : Un ouvrage qui, pour emprunter à la préfacière « nous plonge au centre de toutes les zones d’ombre qui tétanisent notre société. » » Et, on « n’en sort pas indemne ». Peut-être trop de pages consacrées aux auteurs…..Il est vrai que les pratiques psychanalytiques passent obligatoirement par une connaissance des contextes ! Cependant, ne vous inquiétez pas, ça ira mieux juste après…..car , à défaut de vous connaître, vous connaitrez encore bien mieux l’être (ou l’âme)  humain(e) .

Citations « La littérature s’intéresse avant tout aux humanités complexes et contradictoires et pas seulement à la justesse d’une lutte » (p 51), « La cure analytique est pensée comme un travail de reconnaissance de la souffrance qui vit le sujet afin de renouer le dialogue avec lui-même et avec ses aïeuls » (p 141), « Si l’on veut avancer, on ne peut se penser prisonnier de l’antériorité :pour, à la fois, construire sa propre vie et construire sa liberté d’individu .Mais on sait bien aussi que du passé…..on ne peut faire table rase…. Alors, il faut négocier avec lui en l’appréciant, le jaugeant, le jugeant. Cette mise à distance est nécessaire non pour rejeter mais pour parvenir à faire la part des choses » (p 183)