Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Malaria/Paludisme (Complément)

Date de création: 05-10-2020 18:01
Dernière mise à jour: 05-10-2020 18:01
Lu: 8 fois


SANTE- MALADIE –MALARIA/PALUDISME (COMPLEMENT)

Jeudi 1er octobre 2020 : Des infections au paludisme ont touché pas moins de 1.100 personnes dont deux décès à Tamanrasset et 1à Djanet, selon la radio nationale chaîne 3, citant les Directions de santé de ces deux wilayas, selon lesquelles "les cas sont importés" Zoubir Harat, entomologiste à l'Institut Pasteur d'Alger a expliqué à la radio qu'"on ne peut pas parler de retour du paludisme en Algérie, les cas signales sont des cas d'importation, il n'y a pas de foyers autochtones depuis 2015, l'OMS a même félicité l'Algérie pour cela" "Le paludisme est phénomène lié aux changement climatiques, notamment les inondations , la forte pluviométrie, qui interviennent en fin de l'été favorisant l'apparition du moustique qui véhicule le virus", ajoute l'universitaire. Ce dernier de rassurer sur les capacités de l'Algérie à faire face en indiquant que "les traitement sont disponibles en grande quantité dans les structures de santé, notamment dans la sud du pays", région plus exposée du fait de sa proximité géographique avec les pays subsahariens ........................................................ -Tous les cas de paludisme (Malaria) enregistrés dans le Sud algériens sont importés par des africains subsahariens ou des Algériens qui ont séjourné dans les pays du Sahel, a affirmé ce jeudi à Oran le ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, qui a rassuré sur les capacités de prendre en charge des malades

 

Le paludisme ou la malaria, appelé également «fièvre des marais», est une maladie infectieuse due à un parasite du genre Plasmodium, propagée par la piqûre de certaines espèces de moustiques anophèles.

Un Anopheles gambiae (une des espèces d'anophèles, vecteur du parasite responsable du paludisme).

Avec 219 millions de personnes malades et 435 000 décès en 2017, le paludisme demeure la parasitose la plus importante et concerne majoritairement les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes. 80% des cas ont été enregistrés dans quinze pays d'Afrique subsaharienne et l'Inde.

Le parasite du paludisme est principalement transmis, la nuit, lors de la piqûre par une femelle moustique du genre Anopheles, elle-même contaminée après avoir piqué un individu atteint du paludisme. Le parasite infecte les cellules hépatiques de la victime puis circule dans le sang, en colonisant les hématies et en les détruisant.

De nombreuses espèces animales homéothermes sont parasitées par des Plasmodiidae, qui leur sont inféodés ; l'humain ne peut être parasité par des Plasmodium animaux, exception faite du Plasmodium knowlesi, un parasite primitif du paludisme que l'on trouve couramment en Asie du Sud-Est.

Il provoque le paludisme chez les macaques à longue queue, mais il peut aussi infecter les humains, que ce soit naturellement ou artificiellement. Plasmodium knowlesi est le 6e parasite majeur du paludisme humain.

Sur les cent-vingt-trois espèces du genre Plasmodium répertoriées, seules quatre sont spécifiquement humaines : Plasmodium falciparum responsable d'une grande majorité des décès, et trois autres qui provoquent des formes de paludisme «bénignes» qui ne sont généralement pas mortelles Plasmodium vivax, Plasmodium ovale, et Plasmodium malariae.

Plasmodium knowlesi que l'on croyait jusqu'à une date récente spécifique aux espèces simiennes est désormais à compter parmi les Plasmodiums affectant également les humains, de façon généralement bénigne également.

La cause de la maladie a été découverte le 6 novembre 1880 à l'hôpital militaire de Constantine (Algérie) par un médecin de l'armée française, Alphonse Laveran, qui reçut le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1907.

C'est en 1897 que le médecin anglais Ronald Ross (Prix Nobel en 1902) prouva que les moustiques anophèles étaient les vecteurs de la malaria (jusqu'à cette date, le «mauvais air» émanant des marécages était tenu responsable de la propagation de la maladie).