Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Agrumes -Clémentine (complément)

Date de création: 23-09-2020 17:29
Dernière mise à jour: 23-09-2020 17:29
Lu: 20 fois


AGRICULTURE- CULTURES-AGRUMES- CLÉMENTINE

La clémentine est née en Algérie autour de 1920

La clémentine est née en Algérie autour de 1920, et elle doit son nom au directeur d’un orphelinat de la région d’Oran, le père Clément, qui aurait eu l’idée de croiser un mandarinier avec une orange douce. Le fruit ainsi créé étant un hybride dont la multiplication est obtenue par greffage, cela explique que la clémentine soit presque dépourvue de pépins.L’idée de ce jésuite était brillante, car la clémentine supplante dorénavant la mandarine en popularité du fait qu’elle est plus facile à peler, moins acide et que sa chair dépourvue de pépins en fait une favorite des collations d’écoliers.Elle est principalement cultivée au Maroc, en Algérie et en Espagne. La Corse n’exporte peu sa production, mais elle la prend très au sérieux, ayant même une section réservée à la culture de différentes variétés à son Institut de recherches agronomiques.

La clémentine, baptisée en 1902

Issu du croisement naturel d’une fleur de mandarinier et du pollen d’oranger, le fruit est baptisé « Clémentine » par la société d’horticulture d’Alger en l’honneur de son créateur.Le fruit, grâce à sa saveur douce, sa chair sans pépin et sa longue période de commercialisation, se popularise très vite sur les côtes méditerranéennes (Espagne, Maroc, Italie, etc.).

La clémentine, française depuis 1925

La Corse commence à cultiver la clémentine dès 1925. Mais ce n’est qu’à partir des années 1970 que le petit agrume commence à garnir les étals des marchés.

Les caractéristiques de la clémentine

Bien que ses parents soient tous deux doués de reproduction non sexuée (polyembryonie), le clémentinier ne produit des graines qu’avec un seul embryon, celui résultant de la fécondation. Comme par ailleurs ses parents sont génétiquement diversifiés, il est une combinaison unique des deux géniteurs qu’il est peu probable de reproduire. Par conséquent la seule manière de préserver le clémentinier et de le multiplier, est la pratique du greffage ou une autre technique horticole (bouturage et marcottage).Les semis donneraient des hybrides éloignés de la variété d’origine (hybrides avec mandariniers par exemple)8. Tous les clémentiniers sont donc des clones, mais l’apparition et la sélection de mutations ont permis l’obtention de nouvelles variétés.Les vergers de clémentiniers purs (sans présence d’autres agrumes aux alentours) produisent des fruits sans pépins (c’est un hybride auto-incompatible, autrement dit auto-stérile).Même si sa chair est moins parfumée, la clémentine prend de plus en plus la place de la mandarine par son absence de pépins et son épluchage plus facile.

 La culture de la clémentine

La clémentine est principalement cultivée en Algérie, en Espagne, au Maroc en Tunisie, au Liban, en Italie. En France, la Corse contribue à hauteur de 98 % de la production nationale, cette dernière provenant essentiellement de la région de la plaine orientale (Aleria, Antisanti, Ghisonaccia), sous label Indication géographique protégée (IGP).

La clémentine dans la gastronomie

La clémentine s’ajoute très bien dans les salades de thon, de poulet, en conjonction avec des amandes ou des pistaches et du cresson. On peut l’inclure à la dernière minute dans un sauté de légumes à l’asiatique, l’important étant de ne pas la chauffer pour préserver ses vitamines hydrosolubles.Elle sera la vedette d’une salade de fruits avec des grains de grenade et des bananes, tandis que marinée dans un peu d’alcool et de sucre avec des épices, elle deviendra un dessert raffiné et rapide pour adultes… On peut aussi râper sa fine peau et l’utiliser pour rehausser la saveur d’un plat de pâtes ou d’un ragoût, comme on le ferait pour un zeste d’orange ou de citron.Une clémentine est plus petite qu’une mandarine. Le goût d’une clémentine est excellent. Par nature de petite taille, ce fruit est extrêmement populaire parmi les enfants et les adultes.

Informations nutritionnelles de la clémentine

La clémentine, un fruit qui a la pêche !

La clémentine est l’agrume star de l’hiver. Ses délicieux quartiers nous donnent de l’énergie et nous protègent. La vitamine C dont elle regorge nous aide à lutter contre les rhumes et autres infections hivernales.

La clémentine, pour lutter contre la fatigue

Deux clémentines permettent de couvrir environ la moitié des besoins quotidiens en vitamine C. Cette vitamine est très utile, l’hiver, car elle participe au bon fonctionnement du système immu­nitaire, qui est mis à contribution avec les virus saisonniers. La clémentine renferme aussi un peu de zinc et de cuivre qui renforcent également les défenses immunitaires.

La clémentine, un agrume anti-crampes

Le potassium et le magnésium sont deux minéraux qui interviennent au niveau musculaire. En cas de carence, des crampes peuvent survenir, notamment lors de la pratique d’une activité physique. Quatre clémentines apporteront 16 % des besoins quotidiens en potassium et 8 % des besoins quotidiens en magnésium.

La clémentine, pour faire le plein de minéraux

Ce petit agrume fournit regorge de nombreux minéraux : avant tout du potassium, bon pour les muscles, les nerfs et les reins, mais aussi du calcium indispensable à la bonne santé osseuse. En proportion moindre, elle contient également du magnésium, antistress, et du fer nécessaire aux globules rouges.

La clémentine, un fruit anti-vieillissement

Cet agrume renferme également des caroténoïdes, précurseurs de la vitamine A, qui limitent le vieillissement prématuré des cellules de l’organisme en neutralisant les radicaux libres, tout comme la vitamine E également présente dans le fruit.