Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Hamdi Benani (Fiche complmentaire)

Date de création: 22-09-2020 18:38
Dernière mise à jour: 22-09-2020 18:38
Lu: 8 fois


CULTURE- MUSIQUE- HAMDI BENANI

L’icône de la musique malouf, le chanteur et musicien Hamdi Bennani est décédé (de la Covid-19) lundi 21 septembre 2020 à l’âge de 77 ans
Surnommé l’ange blanc en référence à son violon blanc qu’il n’a jamais quitté, Hamdi Bennani, Mohamed Cherif Bennani de son vrai nom, est né à Annaba en 1943 dans une famille de musiciens qui l’a initié à la musique andalouse et à l’école du malouf.
Dans son enfance il était entouré de son oncle M’hammed El Kord et de son grand-père Mustapha, musiciens et maître du malouf.
Après avoir été primé dans un concours de chant, c’est au théâtre d’Annaba qu’il se fait connaître en 1963 avant sa première apparition à la télévision trois ans plus tard.
Connu pour avoir révolutionné ce genre musical en introduisant des instruments nouveaux et des influences d’autres musiques, Hamdi Bennani a chanté dans de nombreuses villes du monde où il a représenté avec une grande élégance la culture et la musique algérienne.
En 2017 il a reçu la médaille de l'Ordre du mérite national au rang de «Ahid» à l'occasion de la journée nationale de l'Artiste

© Extraits article de Liberté/Hana Menasria, mardi 22/9/2020 (« L’ange blanc s’envole »)

 Avec sa  voix de rossignol et  le son mystique de  son violon blanc, Hamdi Benani a fait voyager un malouf bien particulier à travers la planète. De Pyongyang  de  Kim Il-sung jusqu’à La  Havane  de  Fidel Castro. Mais il revient souvent à sa Bône natale…

L’ange  blanc vient  de  rejoindre  les cieux, en laissant une profonde tristesse dans les cœurs. L’annonce de sa disparition a été brutale, lui qui, malgré ses 77 ans,  regorgeait  de vitalité  et  d’énergie.  Pourtant,  son  fils  Kamel avait rassuré  ses  admirateurs  et  proches, le  14  septembre, en  informant  que “Cheikh est toujours hospitalisé en service de réanimation (…)………………………… 

D’une carrière exemplaire de plus d’une cinquantaine d’années, outre son talent incommensurable, il était également connu pour son humilité, sa jovialité et sa générosité. Très accessible, il n’hésitait pas une seconde à prodiguer des conseils aux jeunes artistes, la relève.

Pour tout Annabi en particulier et pour les mélomanes des quatre coins du pays, il était ce “père” ayant bercé des générations par sa voix et son emblématique violon blanc, dont la couleur était synonyme de “paix et de sérénité”. La musique étant inscrite dans son ADN, tout a commencé pour Mohamed Cherif Benani en 1943, à sa naissance dans la ville d’Annaba, au milieu d’une famille d’artistes.

Depuis le berceau, il a baigné dans la musique grâce à son père. Par la suite, il a reçu son “éducation” musicale par son oncle Mohamed, surnommé “Petit Mohamed”, qui l’a encouragé et initié au malouf annabi. En 1959, il participe à un radio-crochet pour jeunes talents et décroche le premier prix en interprétant « Je suis sentimental ».

À ce moment-là, il est  loin  de  se douter  qu’il  deviendra une icône adulée de tous. Sa première scène date de 1963, au théâtre de la ville, où il joue dans la pièce Bouss-Bouss de Hassen Derdour, dans laquelle il chante le titre « Ya bahi el djamel ».

À partir de là, l’ange blanc déploie ses ailes et commence son envol lors d’un passage télé à Constantine en 1966 et l’enregistrement de sa première chanson, tout en enchaînant une trentaine d’albums au fil de sa carrière. Il se produit sur scène et dans les mariages. Mais Hamdi Benani réussit son coup de maître en 1974, quand il révolutionne le genre malouf en introduisant des instruments modernes tels que la batterie, la guitare électrique ou encore la basse.

Cette  “démocratisation”  a  fortement  déplu  aux  puritains  de  l’andalou et du malouf. Cependant, les critiques ne l’ont pas atteint et, par son ingéniosité et son talent, il s’est imposé en bousculant les habitudes et ce, en faisant adopter son propre style et univers dans les cercles les plus fermés………………………………… 

À chacun de ses concerts, il interprétait des titres du patrimoine dans le genre hawzi, aroubi ou mahdjouz. Charismatique, il a ainsi donné des concerts dans plusieurs pays étrangers et a chanté pour de grandes personnalités politiques, à l’instar de Fidel Castro et de Léopold Sédar Senghor….. (ndlr : de Kim Il Sung qui l’avait alors surnommé « l’Ange blanc »)

 Éclectique, ouvert sur  le  monde  et  les  diverses  sonorités, il a réalisé une tournée française et algérienne avec le groupe de rock « Speed Caravan », qui a donné naissance en novembre 2019 à un opus produit par l’Institut français d’Algérie………………………..

Il est à noter également que Benani a reçu tout au long de son parcours des prix prestigieux, tels que la médaille de l’ordre du mérite national au rang de “Ahid” en 2017. En 2018, il a été décoré de l’insigne d’officier des arts et des lettres par l’ancien ambassadeur de France à Alger Xavier Driencourt, qui a souligné : “Cette décoration est bien plus rare et plus difficile que la légion d’honneur.”  …………………………