Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Houari Boumediene

Date de création: 18-09-2020 16:38
Dernière mise à jour: 18-09-2020 16:38
Lu: 9 fois


VIE POLITIQUE – PERSONNALITES- HOUARI BOUMEDIENE

Né le 23 août 1932 à Aïn Hassainia près de Guelma (Est algérien)  et mort le 27 décembre 1978 à Alger, est un colonel et un homme d'État.

Il est le 2e chef de l'État de 1965 à 1976 puis président de la République de 1976 à 1978.

Militaire de carrière, chef d'État-major général de l'Armée de libération nationale (Aln) de 1959 à 1962, il occupe de hautes fonctions d'État, tel que ministre de la Défense sous Ben Bella en septembre 1962, poste qu'il cumule avec celui de vice-président du Conseil durant la présidence d'Ahmed Ben Bella de mai 1963 à juin 1965.

À la suite d'un coup d’État (19 juin 1965) qualifié de «réajustement Révolutionnaire», Houari Boumédiène devient en date du 20 juin 1965 président du Conseil de la Révolution, jusqu'au 10 décembre 1976, date à laquelle il est élu président de la République, jusqu'à sa mort le 27 décembre 1978 tout en gardant son portefeuille de ministre de la Défense. Il a été président du Front de Libération nationale dès le coup d'État et durant son mandat à la présidence de la République.

L'Algérie connait un développement économique et social important sous son gouvernement. Entre 1962 et 1982, la population algérienne passe de 10 à 20 millions de personnes et, massivement rurale avant l'indépendance, elle est urbanisée à 45%.

Le revenu annuel par habitant, qui n’excédait pas 2.000 francs en 1962, dépasse 11.000 francs 20 ans plus tard, tandis que le taux de scolarisation oscille de 75 à 95% selon les régions, loin des 10% de l'Algérie sous occupation française.

Toutefois, il maintient un régime à parti unique autoritaire et la priorité donnée au développement industriel lui fait négliger l'agriculture.

Il fut secrétaire général du mouvement des non-alignés de septembre 1973 à août 1976.

L'aéroport international  d'Alger porte son nom ainsi que sa commune de naissance.