Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Lavalette Safir Evelyne

Date de création: 09-09-2020 17:38
Dernière mise à jour: 09-09-2020 17:38
Lu: 9 fois


HISTOIRE – PERSONNALITES- LAVALETTE SAFIR EVELYNE

 

Evelyne Safir Lavalette, née Eveline Paule Lavalette. Elle est née à Rouiba (Alger) en 1927, issue d'une famille de pieds-noirs installée depuis trois générations en Algérie.

Elle a grandi à Rouiba. sur le sol algérien, d’une famille de colons. Elle a connu les grands espaces, la richesse agricole, les demeures fastueuses et coloniales à Rouiba où deux générations avant elle, les Lavalette, s’étaient installées.

Elle adhéra, en 1951, à l'Association de la jeunesse algérienne pour l'action sociale (Ajaas), Elle a rencontré en même temps des responsables et des membres de tous les mouvements -scouts, étudiants, travailleurs et intellectuels où sont abordés les problèmes quotidiens des jeunes : sociaux, culturels, économiques.

Son engagement s’accomplit en 1955 en participant à une revue pro-FLN qui dénonce les exactions commises à l’égard des Algériens musulmans. Elle deviendra agent de liaison pour le FLN et côtoiera (et hébergera bien souvent plusieurs grands chefs de la Révolution dont Krim Belkacem, Slimane Dehilès, Ouamrane, Larbi Ben M'hidi, Mohamed Seddik Benyahia, Abane Ramdane, Benyoucef Benkhedda, le colonel Sadek  et bien d’autres.

En 1956, elle eu l'honneur de participer à l'impression du 1er numéro du journal clandestin "El Moudjahid" elle a dactylographié pour le même journal un document épais sur le "Congrès de la Soummam", l’appel à la grève des étudiants de février 1956 et la lettre de Ahmed Zabana à ses parents, guillotiné en juin 1956.

Arrêté le 13 novembre 1956 par la police française, torturée, détenue à la prison d’Oran de 1956 à 1957, Orléansville (Chlef), puis à la Centrale de Maison-Carrée (El Harrach), elle est libérée en 1959.

À l'indépendance. Elle est élue à l'Assemblée constituante, puis à la première Assemblée nationale, en 1964, elle participe à l’étude et la mise du système éducatif. En 1967, elle épouse le journaliste Abdelkader Safir l’un des éminents pères du journalisme algérien. Elle occupera à partir de 1968, jusqu'à sa retraite, diverses fonctions au ministère du Travail et dans l'administration locale, avant d'occuper le poste de directrice de l'Action sociale à Médéa, jusqu'à la fin des années 1970.

Retraitée, elle s'installe à Benchicao, à l'est de Médéa, avec son défunt époux, doyen des journalistes algériens, puis déménagea, à Médéa (capitale du Grand Titteri), à partir de 1993 où elle passa le restant de sa vie.

Elle a publié en 2013 une autobiographie aux éditions Barzakh, "Juste Algérienne… comme une tissure"

.... Après son décès (samedi 26 avril 2014), elle est inhumée au cimetère chrétien de Diar Essâada/El Madania