Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Stratégie industrielle

Date de création: 24-05-2008 14:30
Dernière mise à jour: 02-09-2014 15:33
Lu: 731 fois


INDUSTRIES - STRATEGIE - STRATEGIE INDUSTRIELLE

Principaux points de la Stratégie et des politiques de relance et de développement industriels, élaborée par le ministère des Participations et de la Promotion de l'investissement et soumis aux Assises nationales de l'Industrie les 26,27 et 28 février à Alger.
Problématique : L'Algérie doit passer du stade de simple exportateur de produits primaires (naturels) vers celui de producteur et exportateur de biens transformés à technologie plus élaborée et à plus forte valeur ajoutée pour faire face à la concurrence internationale.
Propositions :
- Hiérachisation des branches avec une liste de cinq secteurs prioritaires à potentiel de forte valeur ajoutée et à potentiel à l'exportation : chimie, pétrochimie, industries électriques, sidérurgie et métallurgie, industries agroalimentaires.
- Développement " accéléré " de nouvelles industries telle que l'industrie automobile et les Ntic.
- Déploiement spatial avec une nouvelle approche intégrée du dévelopement industriel par des concepts de district industriel, de système local de production (Slp), de réseaux d'entreprises et de grappes industrielles (les clusters), et ce pour attirer les Ide.
- Relation triangulaire entre la technologie, la recherche-formation et l'entreprise : trois technopôles sont programmés en priorité dans le cadre de la stratégie, à Sidi Abdellah (Alger), Bejaia et Sidi Bel Abbès.
- Création de " zones d'activités polyvalentes ", en priorité à Alger, Oran, Mastaganem, Sétif, Bordj Bou Arréridj, Ghardaia, Hassi R'Mel, Annaba, Blida, Boumerdès et Tizi Ouzou.
- Arzew, Hasssi Messaoud, Skikda et Oran sont proposées comme " zones spécialisées ".
- Constantine, Skikda, Tlemcen et Ain Témouchent seraient déclarées zones d'activités polyvalentes, dans un second temps, alors que d'autres technopôles verraient le jour à Batna, Chlef, Tlemcen et Constantine.
- Création d'un cadre institutionnel prévoyant des directions de l'Economie, de la Technologie et de l'Environnement (Dete), pour une gestion intégrée des zones d'activités.
- Unification des programmes en cours…en les fondant en un programme homogène.
- Appel à la diaspora scientifique, technique et économique algérienne.
- Création de centres d'enseignement et d'apprentissage technologique orientés vers des métiers spécifiques.
- Création d'une Commission d'Etat pour la science et la technologie, d'une agence pour la promotion de l'innovation industrielle, et d'un ministère délégué chargé des sciences et de la technologie.
- Mise en place d'un dispositif législatif réglementant la mise en valeur des idées innovantes et leur commercialisation sur le marché.
- Mobilisation des moyens publics pour les Pme, subventions aux secteurs public et privé, soutien financier direct à tout projet de développement de prototypes (innovations) avec l'établissement d'un fonds autonome de financement de prototypes et d'autres mesures incitatives.
- Mise en place d'une politique de " l'intelligence économique " en mode de management, par la collecte de l'information, son analyse et son interprétation pour permettre la prise de décision.
- Pour une meilleure mobilisation des investissements directs étrangers, il est proposé d'améliorer l'environnement des affaires en supprimant les visas d'entrée aux investiseurs étrangers et la simplification des formalités liées aux conditions de séjour et de résidence pour les investisseurs et leurs cadres étrangers.
- Ouverture aux Ide de couloirs et de guichets Paf et douanes spéciaux
- Réservation de zones résidentielles aux investisseurs étrangers
- Mise à la disposiition des investisseurs étrangers porteurs de projets innovants de terrains viabilisés à prix réduits et situés dans un environnement de qualité.
- Mise à disposition de locaux fin prêts à usage industriel et commercial
- Elargissement des prérogatives de l'Andi et création de sites web de l'agence pour permettre aux investiseurs étrangers d'accomplir les procédures de déclaration des sociétés.
- Autoriser l'acquisition de bons de trésor par des étrangers et relever le taux d'exportation des devises pour les entreprises exportatrices
- Révision du code des douanes et intégration des procédures relatives au commerce électronique.
- Réduction des charges fiscales et sociales, suppression de l'impôt sur les bénéfices provenant des opérations d'exportation et octroi de primes en fonction du montant de l'investissement.
- S'agissant des Pme-Pmi, aider de manière conséquente (y compris financièrement) les Pme-Pmi qui contractent un partenariat avec l'étranger.
- Rechercher et développer le financement des laboratoires et des capacités de Recherche-Développement auprès des entreprises dans les secteurs industriels prioritaires et le dévelopement de la mobilité des chercheurs et des ingénieurs de et vers le monde de l'entreprise.
Notes : - Le Conseil de gouvernement a entendu, mardi 24 juillet 2007, une communication du ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements sur la mise en œuvre de la stratégie et des politiques de relance et de développement industriels.
Le dispositif de mise en œuvre présenté concerene, notamment , les aspects suivants :
- Le lancement de politiques de mise à niveau, de privatisation, de renforcement des capacités d'innovation, d' appropriation technologique, de gestion et de promotion des ressources humaines, notamment à l'effet de permettre à la PME de se redéployer sur le marché national et de s'inscrire dans le marché régional et international;
- l'engagement de mesures incitatives pour l'attraction des firmes multinationales dans une optique de transfert de technologies dans les secteurs à forte valeur ajoutée;
- la mise en place des instruments institutionnels et d'un cadre commercial qui assurent le lancement d'activités existantes et le développement d'activités nouvelles;
- la mobilisation des capacités existantes au sein du secteur public dans les activités où une spécialisation est possible. Dans ce cadre, le recentrage du secteur public se fera, à titre exclusif, sur des activités de haute technologie qui concernent la spécialisation de l'économie nationale et le renforcement de la capacité de compétitivité globale de la nation. Ceci se fera à travers la promotion de groupes industriels puissants, publics ou d'économies mixtes, à côté de groupes privés nationaux et/ou internationaux.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lundi 1 août 2014:  Nouveau schéma de réorganisation du secteur public marchand industriel  (18 SGP et 5 EPE non affiliées relevant du secteur )adopté jeudi 28 août par le CPE. Il prévoit la création d'une dizaine de groupes industriels (déclaration de A. Bouchouareb, ministre de l'Industrie et des Mines)

CA total 2013: 338 milliards de dinars (+18% par rapport à 2012)

Le secteur public marchand industriel est composé de 317 entités (30 groupes contrôlant 185 filiales et 102 mono entreprises) dont 266 entités rattachées à 14 SGP auxquelles s'ajoutent 32 SG Immobilières chapeautées par 4 SGP-Zones industrielles