Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Islam - Awal Moharam (Complément)

Date de création: 22-08-2020 17:43
Dernière mise à jour: 22-08-2020 17:43
Lu: 33 fois


CULTURE- RELIGION- ISLAM -AWAL MOHARAM (COMPLEMENT)

L’Algérie, à l’instar des autres pays musulmans, célèbre jeudi 20 août 2020  le premier jour de l’année hégirienne 1442. Célébrer la nouvelle année pour les musulmans, c’est se rappeler l’émigration du Prophète Mohammed (QSSSL) à Médine et l’expansion de l’islam.
Muharram est le premier mois du calendrier musulman et l’un des mois sacrés, avec Radjeb, Dhoul Qi’da et Dhoul Hidja. Cette journée, qui marque l’entame de la nouvelle année musulmane, est célébrée dans la piété et la convivialité, malgré les évènements de la crise sanitaire du coronavirus, que traverse notre pays, et qui a induit à l’instauration de nouvelles règles. Ainsi, on marque cette date par le jeûne du jour de Moharam. En dépit de la situation, les Algériens tiennent à la tradition, comme cela a été le cas pour le mois de Ramadhan, l’Aïd-el-Fitr et de l’Aïd-el-Adha. Par tradition, les Algériens préparent, à ce titre, un repas copieux qui permet aux membres de la famille de se retrouver.
À Alger, la veille de la célébration, on prépare un couscous ou une rechta au poulet. Au niveau du Grand Sud, à l’image d’Adrar, la veille de la nouvelle année, les fidèles se rencontrent dans les mosquées et dans les mausolées des ksour  pour des séries de prières durant la nuit. Dans ces contrées, le repas se prépare la veille, notamment un couscous garni de viande. À Biskra et dans les villes voisines, la tradition des prières dans les mosquées est encore vivace, et le repas diffère selon les familles. Néanmoins, il est préparé avec la première part de viande prélevée du mouton du sacrifice de l’Aïd. La deuxième part est gardée pour le jour de muharram. La majorité prépare la chakhchoukha, alors que d’autres préfèrent le couscous. Le nouvel an musulman est également accueilli avec des fruits secs et le fameux «trèze», ainsi que des gâteaux, dans l’optique que la nouvelle année apporte bonheur et joie. S’agissant des traditions culinaires d’Awal Muharram pour les habitants en Haute-Kabylie, on prépare un mets à base de feuilles de pâte fines que l’on met dans une sauce rouge et sans viande, «Timeg’zert» ou bien «ahaddour tbaquit». Le lendemain, tous les travaux de couture sont bannis. À noter que la sacralité de ce mois est telle que l’Islam préconise une trêve entre les belligérants à cette occasion.